berner

définitions

berner ​​​ verbe transitif

Tromper en ridiculisant. ➙ duper, jouer.

conjugaison

actif

indicatif

présent

je berne

tu bernes

il berne / elle berne

nous bernons

vous bernez

ils bernent / elles bernent

imparfait

je bernais

tu bernais

il bernait / elle bernait

nous bernions

vous berniez

ils bernaient / elles bernaient

passé simple

je bernai

tu bernas

il berna / elle berna

nous bernâmes

vous bernâtes

ils bernèrent / elles bernèrent

futur simple

je bernerai

tu berneras

il bernera / elle bernera

nous bernerons

vous bernerez

ils berneront / elles berneront

synonymes

berner verbe transitif

abuser, attraper, circonvenir, duper, jouer un mauvais, un sale tour à, mystifier, piéger, jouer avec les pieds de (Belgique), avoir (familier), blouser (familier), couillonner (très familier), embobiner (familier), faire prendre des vessies pour des lanternes à (familier), mener en bateau (familier), pigeonner (familier), posséder (familier), rouler (familier), rouler dans la farine (familier), baiser (très familier), embabouiner (familier, vieux)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Alors qu'en réalité, ils tentent de berner le public en lui faisant croire que c'est une mesure saine d'un point de vue écologique.Europarl
Les assistants proposent de le berner dans une couverture ; d'autres demandent la vérification immédiate.Hippolyte Taine (1828-1893)
Tu t'imagines que je ne songe qu'à te berner... comme les autres, est-ce vrai ?...Octave Mirbeau (1848-1917)
Elles écoutent les compliments, acceptent les galanteries, mais finissent toujours par berner leur interlocuteur.Joseph Anglade (1868-1930)
Il jure qu'il n'entend pas se laisser berner, qu'il veut vous voir tout de suite.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
La grande stratégie fédéraliste est en marche, pour berner les peuples !Europarl
Taillé en lutteur, il se laissait berner comme le plus malingre des enfants de peine.Georges Eekhoud (1854-1927)
Elle cherche manifestement à nous berner en nous faisant croire que tout est beau dans notre jardin et que cela ne changera pas.Europarl
Je ne cachais pas, je pense, au camarade le tort qu'il avait eu de me berner d'espérances et de m'entraîner, par pur caprice, à de gros frais de voyage.Louis Mullem (1836-1908)
Pourquoi le public rit-il à gorge déployée en les voyant berner un vieillard ridicule ?Jules Noriac (1827-1882)
Je me suis laissé berner comme un sot !...Michel Zévaco (1860-1918)
Ne laissons plus les consommateurs se faire berner par les négociants qui ont fait le choix du profit, au détriment de la qualité.Europarl
A des milliers de kilomètres de distance, le fraudeur est en mesure de berner le régime et c'est ce qu'il s'est passé.Europarl
Ne voilà-t-il pas une belle épigramme : ce restaurateur français, ces jeunes gens qui se font berner !Louis Ulbach (1822-1889)
Tout le monde s'accordait donc à le duper, à le berner : c'était un mot d'ordre donné que de se faire un jouet de lui et de le tromper indignement.Albert Vandal (1853-1910)
On peut berner un homme, mais lui faire tort dans sa carrière, jamais !Alfred de Musset (1810-1857)
Tout cela, n'est-ce pas, parce que je n'ai pas su mentir à nos amis, berner leur confiance et vous recevoir comme vous l'exigiez ?Hermine Lecomte du Noüy (1854-1915)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BERNER » v. act.

Faire sauter quelqu'un en l'air dans une couverture. Sancho Pança valet de Dom Quichotte fut violemment berné dans la taverne. Suetone rapporte que c'estoit un des plaisirs de l'Empereur Othon de se faire berner. Menage & Borel pretendent que ce mot vient de berne, qui est, comme dit Cujas, un ancien mot François qui signifie un certain habillement que les Latins ont appellé sagum, avec lequel on bernoit ; & Nicod dit qu'il vient de Hibernia, où il pretend qu'on porte encore de semblables vestements faits d'un drap grossier & velu, qu'on appelle bernée. Covarruvias appelle aussi bernia, un manteau fort large fait d'un gros drap.
 
BERNER, se dit aussi figurément pour Balotter, railler quelqu'un, le faire servir de joüet à une compagnie. Cet homme est un ridicule qui se fait berner par tout où il se rencontre. Originairement ce mot ne signifioit autre chose que vanner, ou jetter en haut avec le van.
 
BERNÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Podcasts Parler comme jamais, épisode 4 : l'écriture inclusive Parler comme jamais, épisode 9 : Les machines savent-elles parler ?

Écouter les instructions d’un GPS, donner une requête à une enceinte connectée, obtenir une traduction grâce à un logiciel, demander une réponse sur...

Laélia Véron 01/07/2021