brigand

 

définitions

brigand ​​​ nom masculin

vieilli Homme qui se livre au brigandage. ➙ bandit, malfaiteur, voleur. Un repaire de brigands.
Homme malhonnête.
(envers un enfant) Petit brigand ! ➙ chenapan, coquin.
 

synonymes

brigand nom masculin

bandit, gangster, malfaiteur, pillard, pirate, truand, voleur, malfrat (familier), coupe-jarret (vieux ou plaisant), malandrin (littéraire), barbet (anciennt), clephte (anciennt)

chenapan, coquin, fripon, vaurien

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le brigand leur ordonne de descendre, de ne pas jeter un cri, de ne pas souffler mot et de se coucher la face contre terre.Victor Hugo (1802-1885)
Le hautain seigneur se mordit les lèvres ; mais, placé entre la crainte du brigand et la nécessité d'en faire son instrument, il ne manifesta pas son mécontentement.Victor Hugo (1802-1885)
Les trésors du monde, le pouvoir des rois ne pourraient jamais, dans votre vie réelle, vous donner la millième partie des jouissances ineffables que goûte ce brigand en guenilles.Eugène Sue (1804-1857)
Mais il ne donna pas au brigand le temps de réfléchir, et se jeta impétueusement sur lui en lui portant la pointe de son sabre au visage.Victor Hugo (1802-1885)
Souvent aussi de pauvres animaux s'étaient laissé prendre dans ces méandres, et étaient devenus la proie du brigand.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Le pigeon, malgré la douceur de ses mœurs, est le dernier brigand blasonné dont la tradition ait survécu.Pierre Ponson du Terrail (1829-1871)
Le brigand se leva furieux, terrible comme un taureau blessé ; il fit quelques pas en avant et au hasard ; mais il trébucha.Eugène Sue (1804-1857)
Seigneur, il me faudrait bien des semaines pour raconter rapidement tous les maux que le brigand m'a faits.Johann Wolfgang von Goethe (1749-1832), traduction Édouard Grenier (1819-1901)
Le prince qui viole ou néglige ses devoirs est un brigand à plus juste titre qu'un chef de bandits.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Le brigand avait-il saisi sur quelqu'une de ses victimes des papiers relatifs aux projets du grand-chancelier ?Victor Hugo (1802-1885)
Eh bien, si vous restez ici quelques jours, vous verrez une drôle de cérémonie ; je lui ferai se manger les poings à ce brigand-là.Charles de Bernard (1804-1850)
Elle serait venue partager ses dangers, elle eût été la femme du brigand au lieu d'être la captive et la victime des assassins.George Sand (1804-1876)
Ce criminel dessein fut bientôt mis à exécution, mais non sans pertes pour le brigand, dont la troupe se trouva, après le coup fait, réduite à douze hommes.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
J'allai la chercher de nuit, et je la fis consentir à revoir les traits de ce brigand abhorré.George Sand (1804-1876)
Tu n'as pas la vaillance du brigand qui assiste à son acte, qui risque au moins d'affronter les justes reproches de ceux qu'il égorge !Paul Adam (1862-1920)
Le brigand des montagnes haranguait sa troupe et l'on faisait des préparatifs pour pendre le jeune premier aux branches d'un arbre qui avait des feuilles de cucurbitacée.Paul Féval (1816-1887)
J'étais donc seul, et ce fut seul aussi que je conduisis le brigand au corps de garde.Laure Junot d'Abrantès (1784-1838)
La journée sera bonne... c'est pas comme l'autre jour ce brigand de notaire que je croyais rançonner.Eugène Sue (1804-1857)
J'ai grimpé sur la plupart de ces branches, avec mes terribles cousins, qui faisaient de moi un vrai brigand.Paul-Jean Toulet (1867-1920)
On ne pouvait voir quelque chose de plus épouvantable que le visage de ce brigand.Eugène Sue (1804-1857)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « BRIGAND » s. m.

Voleur de grands chemins, & à main armée.
 
BRIGAND, se dit aussi des soldats mal disciplinez qui ne font que piller & desoler les pays où ils font des courses, & qui n'attendent point l'ennemi pour le combattre. Les armées des Arabes, des Tartares, ne sont que des armées de brigands. Ce mot s'est dit originairement des soldats que la ville de Paris arma & soudoya en l'an 1356. pendant la detention du Roy Jean prisonnier en Angleterre. Ils furent ainsi nommez, parce qu'ils étoient armez de brigandines, armes fort usitées alors. Or parce qu'ils firent beaucoup de voleries & brigandages, on a appellé de leur nom tous les voleurs des grands chemins. D'autres croyent que ce mot est venu de certains peuples d'Allemagne appellez Brigantins ou Brigants, qui habitoient sur les rives du lac de Constance, & voloient publiquement amis & ennemis. Menage croit que ce mot vient de Brigants, peuples d'Hybernie qui sous l'Empire Romain passerent en Angleterre & la ravagerent, dont il est parlé dans Tacite. D'autres croyent que ce mot vient de Burgand, insigne voleur qui ravagea la Guyenne du temps du Pape Nicolas I. Fauchet le derive de brig ou brug, vieux mot Gaulois qui signifie un pont, à cause qu'on y destrousse facilement les passants. Lipse le derive du Latin Bragantes, qui étoient des soldats à pied. Borel le derive de brugne, qui étoit une armure ancienne faite de lames de fer jointes, servant de cuirasse, dont les Brigands étoient armez.
Le mot du jour Patience, patients ! Patience, patients !

Le patient, la patiente a toutes les raisons d’être impatiente.

Aurore Vincenti 13/05/2020