fable

 

définitions

fable ​​​ nom féminin

vieux Sujet de récit. —  moderne, locution Être la fable de, un sujet de conversation, de moquerie pour. ➙ risée.
littéraire Récit de fiction exprimant une vérité générale. ➙ conte, fiction, légende, mythe.
Petit récit en vers ou en prose, destiné à illustrer un précepte. ➙ apologue. Les « Fables » d'Ésope, de La Fontaine.
littéraire Mensonge élaboré. ➙ fabulation.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Le pauvre cheval a le tricotement sec et les os durs ; mais je m'aperçois à ce moment que ce que dit la fable qu'on nous fait réciter est vrai.Jules Vallès (1832-1885)
Le poëte s'abandonne ici plus que jamais à son goût pour les mélanges de la fable avec l'histoire, et du sacré avec le profane.Pierre-Louis Ginguené (1748-1816)
Ce vieux naturaliste, dont l'observation, oubliée ou traitée de fable, remonte à deux cents ans, s'exprime à ce sujet de la manière suivante.Jean Pérez (1833-1914)
Le nu comme on en concevait alors l'application était employé au rendu de la fable, de la mythologie et de l'histoire antique.Théodore Duret (1838-1927)
Elle introduisait une foule de déguisemens, de voiles qui ne couvraient rien, jura imaginaria ; de droits traduits en fable par l'imagination.Giambattista Vico (1668-1744), traduction Jules Michelet (1798-1874)
Elle était comme les moutons de la fable, pleine de courage en l'absence du loup.Honoré de Balzac (1799-1850)
La fable n'en est point assez grave pour cela, et je serai compris sans m'expliquer davantage.Alexandre Vinet (1797-1847)
Il y a surtout tant de poésie, qu'on ne remarque pas la faiblesse de la fable, qui est simple, mais cependant suffisante.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
À côté de la fable dont le fond est entièrement vrai, je crois devoir placer le récit exact de tout ce qui s'est passé.Gustave de Beaumont (1802-1866)
Tant pis ; une bonne fable ne doit offrir qu'une seule moralité, et la mettre dans toute son évidence.Sébastien-Roch-Nicolas Chamfort (1741-1794)
Les oiseaux, dit la fable, se donnèrent pour roi le duc, grand et bel oiseau, il est vrai, mais le plus vil de tous.Jules Michelet (1798-1874)
Je vous répète, à vous qui êtes mon camarade et mon ami, des choses vraies ou fausses, qui sont littéralement la fable de la ville....Paul Féval (1816-1887)
Et ils se demandèrent, comme les compagnons de la fable, s'ils emporteraient la somme en billets, en or ou en argent.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Du besoin de lui riposter, mais à la sourdine, me vint l'idée d'une fable, et puis d'une autre.Antoine-Vincent Arnault (1766-1834)
Quelle légende, en effet, quelle vieille fable humaine était plus que celle-ci fantastique et surnaturelle ?Pierre Louÿs (1870-1925)
Nous regardons les mœurs de ce peuple comme une belle fable, et il doit regarder les nôtres comme un songe monstrueux.François de Fénelon (1651-1715)
Cet habit, que les jeunes gens d'aujourd'hui peuvent prendre pour une fable, n'était ni civil ni militaire et pouvait passer tour à tour pour militaire et pour civil.Honoré de Balzac (1799-1850)
Quant à la fable dont je parle, vous ne pouvez la juger avant de l'avoir entendue, et, ne la sachant point par cœur, je ne vous la réciterai pas.Paul Féval (1816-1887)
Je n'ai pas rattaché ma fable à un point historique qui ne soit rigoureusement exact.George Sand (1804-1876)
La simplicité de la fable, si riche pourtant, mais d'une richesse intérieure, lui donne un rapport de plus avec les compositions les plus parfaites du même genre.Alexandre Vinet (1797-1847)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FABLE » subst. fem.

Fiction d'un entretien de deux ou de plusieurs animaux, ou de choses inanimées, d'où on tire quelque moralité ou plaisanterie. Il y a de belles moralitez dans les Fables d'Esope, de Phedre, &c. le Prophete Nathan se servit d'une Fable pour faire que David se condamnast luy-même sur la mort d'Urie. on n'ose parler aux Princes d'Orient de leurs defauts que sous le voile de quelques Fables, comme on apprend par celles de Pilpay Indien.
 
FABLE, se dit aussi de la fiction qui sert de sujet aux Poëmes Epiques & Dramatiques, & aux Romans. La belle disposition de la Fable est aussi necessaire dans un Poëme, que celle des figures dans un tableau.
 
FABLE, signifie aussi absolument, Fausseté. Tout ce que les Payens ont dit de leurs Dieux sont des fables. l'Histoire du lyon baptisé par St. Paul, que quelques-uns attribuoient à St. Luc, est une fable, dit St. Hierosme de Script. Eccles.
 
On dit proverbialement, qu'un homme est la fable du peuple, pour dire, qu'il est tourné en ridicule, méprisé dans toutes les compagnies où on parle de luy. Ce mot vient du Latin fabula, où il signifie aussi, Pact, convention, pourparler, entretien, comme on voit dans ce proverbe, Lupus infabula, qui répond au nostre, Qui parle du loup en voit la queue, d'où on a fait confabulari & confabulation, & les Italiens favella, pour dire, Parole. Les Espagnols disent, Morir sin fabla ou fabula, pour dire, Mourir intestat.
Vidéos Gargouille, par Alain Rey Gargouille, par Alain Rey

Le –gouille du mot gargouille est une variante du terme goule, qui signifie « gueule ». Découvrez l’histoire du mot gargouille avec Alain Rey.

Alain Rey 15/09/2020