conte

 

définitions

conte ​​​ nom masculin

Récit de faits, d'aventures imaginaires, destiné à distraire. ➙ histoire, récit ; conter. Les contes de Perrault. —  Conte de fées : récit merveilleux ; au figuré aventure étonnante et heureuse.
littéraire Histoire fausse et invraisemblable. ➙ baliverne, sornette. Des contes à dormir debout.
 

synonymes

conte nom masculin

légende, fable, fiction, fabliau, histoire, historiette

[vieux ou littéraire] mensonge, fable (littéraire), sornette (vieilli)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Lorsque j'aurai atteint l'âge de la retraite, je propose d'écrire un roman pour leur rendre justice – un conte de fées, peut-être, qui sait !Europarl
On le dit et même on conte de lui des prodiges d'économie ; mais, que t'importe, pourvu qu'il te loge convenablement pour ton argent ?Lucie Des Ages (1845-1914)
Vous me ferez un petit conte à l'occasion des étrennes, et vous pourrez y mettre une pointe de socialisme.Anatole France (1844-1924)
Tu entends bien ce que nous disons, et tu ne l'as que trop entendu ; pas de conte.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Il y a une histoire où l'on conte qu'un homme a été puni, à cause de ses péchés, par l'impossibilité de mourir.Léon Tolstoï (1828-1910), traduction Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936)
Justine ne faisait plus attention à rien, sinon à ce conte de fées où elle jouait un rôle.Paul Féval (1816-1887)
Je lui fis un conte sur la disparition de son amoureux, dont elle s'inquiétait extraordinairement.Théophile Gautier (1811-1872)
Je vous défie de me montrer un de mes ouvrages (excepté un conte ou deux), de style ou mine populaire.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Les décors et les costumes furent, en effet, très luxueux et d'un caractère original, mais nullement appropriés à un conte russe.Nikolai Rimsky-Korsakov (1844-1908), traduction Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936)
Nulle part on ne conte mieux ces récits chimériques qui flottent dans l'imagination transparente comme les fumées du narghilé dans un ciel serein.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Mais l'histoire a des principes immuables, et c'est surtout dans un conte qu'il faut les invoquer.Louis Ulbach (1822-1889)
La conclusion du conte est, en somme, que pour réussir l'habileté vaut mieux que l'honnêteté.Émile Zola (1840-1902)
Ainsi, tu ne veux pas que je te conte les histoires et que je te chante les noëls, comme quand tu étais petit ?Madame Henri de la Ville de Mirmont (1860-1933)
Je suis comme ce géant de je ne sais quel conte, que des pygmées avaient chargé d'entraves pendant son sommeil ; en se relevant, il les brisa sans s'en apercevoir.Maurice Joly (1829-1878)
Elle lui conta tout le conte d'un bout à l'autre, et la reine pleurait de joie de savoir sa fille si belle, et de tristesse qu'elle fût dindonnière.Marie-Catherine d'Aulnoy (1651-1705)
Qui m'assure qu'en se voyant pincé tantôt, il ne m'a pas inventé un conte pour n'être pas retenu ?Eugène Chavette (1827-1902)
Il a réussi du moins à faire une œuvre d'art d'un ordre supérieur, un beau conte.Anatole France (1844-1924)
Soit ces députés font preuve d'une charmante naïveté, tout droit sortie d'un conte de fées, soit ils sont populistes : c'est l'un ou l'autre.Europarl
Et maintenant je ne vois pas pourquoi je vous conte cela, à vous ; cela me paraît méchant et cruel, fit-elle toute contrite et presque pensive.William Dean Howells (1837-1920), traduction Louis Fréchette (1839-1908)
Il me semble que, comme dans mon enfance, je vis au milieu d'un conte de fées, et que mon rouge-gorge va parler tout d'un coup.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CONTE » s. m.

Histoire, recit plaisant. Les contes de Douville, d'Eutrapel, de Bonaventure, de Periers, de la Reine de Navarre, sont agreables & divertissans. Il y a bien de l'adresse à faire un conte de bonne grace. Il entend bien à broder un conte.
 
CONTE, se dit quelquefois des choses fabuleuses & inventées. C'est un conte fait à plaisir, un conte pour rire.
 
CONTE, signifie aussi, Medisances, railleries. On fait d'estranges contes de cette femme-là, des naïvetez de ce paysan, des tours d'adresse de cet escroc.
 
CONTE, se dit aussi de tous les discours de neant & qu'on méprise, qui ne sont fondez en aucune apparence de verité, ou de raison. Cet impertinent m'est venu faire un sot conte. Je ne fais aucun estat de tout ce qu'il me promet, se sont tous contes, des contes en l'air.
 
CONTE, se dit proverbialement en ces phrases. Ce sont des contes de vieilles, dont on amuse les enfans, des contes à dormir debout, de peau d'asne, de la cigogne, de ma mere l'Oye. Un conte violet, un conte jaune, un conte bleu, &c.
Le mot du jour Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète Sauvageon, ensauvager, ensauvagement… Les mots d’une société inquiète

L’emploi des mots de la famille de sauvage pour décrire des problèmes de sécurité fait aujourd’hui polémique. Si le rôle des linguistes et des lexicographes n’est pas de se prononcer ni de porter un jugement, l’analyse des choix lexicaux des personnalités publiques peut être révélatrice des préoccupations de notre époque.

Édouard Trouillez 17/09/2020