pain

 

définitions

pain ​​​ nom masculin

Aliment fait de farine, d'eau, de sel et de levain, pétri, levé et cuit au four. Un pain, masse de cet aliment ayant une forme donnée. ➙ baguette, bâtard, couronne, ficelle, flûte, miche. Pain de seigle. Pain de campagne. Pain brioché. Pain de mie*. —  Du pain frais, rassis. Pain grillé. ➙ rôtie, toast. Pain sec, sans aucun accompagnement. Pain azyme*.
locution Je ne mange pas de ce pain-là : je refuse ce genre de procédés. Avoir du pain sur la planche, beaucoup de travail devant soi. Se vendre comme des petits pains, très facilement.
Symbole de la nourriture. Gagner son pain, sa vie. ➙ gagne-pain. Long comme un jour sans pain, interminable.
Pâtisserie simple, faite avec une pâte levée. Pain au chocolat.
Pain d'épice(s) : gâteau fait avec de la farine de seigle, du miel, du sucre et de l'anis.
Cuisine Préparation moulée en forme de pain. Pain de viande, de légumes.
Masse (d'une substance) comparée à un pain. Pain de savon. —  En pain de sucre : en forme de cône.
Botanique Arbre à pain. ➙ artocarpe.
Pain de singe : pulpe du fruit du baobab.
familier Coup, gifle.
 

synonymes

pain nom masculin

miche, gâche (région.), khobz (Afrique du Nord), bricheton (familier, vieilli), brignolet (argot), [long] baguette, bâtard, flûte, parisien, [rond] boule, tourte (région.)

nourriture, pitance, subsistance

pain grillé

toast, rôtie (vieilli ou Québec)

pain d'épices

couque (région., Belgique), biscôme (Suisse)

pain de sucre

casson

[Géographie] cône

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elles ont une incidence bien réelle sur les gens, sur leur gagne-pain, sur leurs familles et sur leur niveau de vie.Europarl
Nous avons parcouru un chemin considérable mais il nous reste encore beaucoup de pain sur la planche.Europarl
D'après moi, nous avons fait un pas dans la bonne direction, mais ce n'est qu'un premier pas et nous avons encore du pain sur la planche.Europarl
Je ne vois pas pourquoi ce ne serait pas possible ici, car il s'agit aussi d'un groupe d'humains qui en dépendent pour leur pain quotidien.Europarl
Que ce soit comme garniture sur le pain ou comme boisson, la marche triomphale à travers les rayons des supermarchés semblait irrésistible.Europarl
Des discussions animées ont eu lieu à propos du sel dans le pain, les fromages français et d'autres aliments similaires.Europarl
Il nous reste beaucoup de pain sur la planche pour réconcilier vie professionnelle et vie familiale.Europarl
Deuxièmement, mais plus fondamentalement, le pain est un produit de base réglementé à l’échelle nationale par de nombreuses règles propres.Europarl
Pourquoi continuons-nous de l'utiliser pour faire souffrir nos concitoyens, en les privant de leur travail et de leur gagne-pain ?Europarl
Cette année, le nouveau gouvernement a fait beaucoup de progrès, mais il reste du pain sur la planche.Europarl
Il reste encore du pain sur la planche pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés en la matière.Europarl
Il n'en est pas moins vrai que nous reconnaissons tous qu'il y a encore du pain sur la planche et des problèmes à résoudre.Europarl
Tout le reste revient à, comme on le dit dans mon pays, »c'est du pain pour aujourd'hui, mais demain nous aurons faim».Europarl
Il reste du pain sur la planche, mais je pense que la voie est désormais tracée.Europarl
Si des mesures ont été prises dans la bonne direction, il y a encore beaucoup de pain sur la planche.Europarl
Il reste encore pas mal de pain sur la planche si nous voulons une paix totale et durable.Europarl
Il faut que l’appel que nous lançons ensemble pour réclamer du pain au nom de ceux qui souffrent de la faim soit entendu.Europarl
Les agriculteurs européens ne pourront, par exemple, plus produire de blé panifiable contenant un taux élevé de protéines pour la fabrication du pain.Europarl
Etant donné qu'il s'agit de leur gagne-pain les gens présents dans la tribune ont légitimement exprimé leur ressentiment.Europarl
Vous savez qu'il existe un adage espagnol qui dit «lorsqu'il y a beaucoup de pain, ce n'est jamais une mauvaise année».Europarl
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PAIN » s. m.

Masse de paste cuite qui sert de principale nourriture à l'homme. En Europe le pain se fait de bled moulu, paistri & cuit. En Amerique il se fait de cassave, qui est une racine dont le suc est un poison, & le marc bon à manger. Le pain de froment est le meilleur pain. Le pain de seigle lasche le ventre. On l'a appellé à Paris le pain d'esprit fort. Le pain de son n'est bon que pour les chiens. Thomas Bartholin dit que dans la Norvege on fait du pain qui se garde trente ou quarante ans ; & qu'on y est plus friand de pain dur, qu'on ne l'est ailleurs de pain tendre, parce que plus celuy-là est vieux, & plus il est agreable. On a soin d'en garder fort long-temps pour les grands festins ; desorte qu'à la naissance d'un enfant on mange du pain qui a été cuit à la naissance de son ayeul. Ce pain est paistri de farine d'orge & d'avoine, & est cuit entre deux cailloux creux. Les Anciens faisoient cuire le pain sous la cendre.
 
On dit une croute de pain ; une mie de pain ; des chapelures de pain ; du pain moisi, en Latin mucidus ou aestivatus ; du pain rassis ; le biseau, l'entameure du pain ; du pain bis-blanc ; du pain bis, qu'on appelle à la campagne du gros Guillot ; du pain sec ; du pain & du beurre ; un quignon, une bribe, un chanteau de pain. On appelle pain au couteau, celuy qui est entamé pour l'usage ordinaire de la maison. Dans les Coûtumes on a dit, Mettre hors de pain, ou hors de pain & pot, pour dire, Emanciper. On dit, Jeusner au pain & à l'eau, quand on fait une abstinence de toutes choses.
 
PAIN, change de signification suivant ses diverses qualités & epithetes.
 
Pain des Anges, ou Pain celeste, se dit de la Sainte Eucharistie.
 
Pain à chanter, c'est du pain sans levain qui sert à la consecration, dont on fait des hosties. Dans les Sacristies on appelle absolument un pain, une hostie non consacrée. On s'en sert aussi à cacheter. On l'appelle dans l'Eglise pain azyme, ou sans levain ; & les Juifs ne mangeoient point d'autre pain durant la Pasque. Ils faisoient une exacte perquisition dans leurs maisons pour n'y laisser aucun pain levé.
 
Pain benit, est un pain qu'on offre à l'Eglise pour le benir, le partager entre les Fideles, & le manger avec devotion. On le donnoit autrefois aux seuls Cathecumenes, afin de les preparer à la communion. Ensuite on l'a donné aux autres Fideles. Les Grecs ont appellé ces pains, Panagia & Eutogia.
 
Pain sacré, est un morceau de cire, ou de paste, ou de terre, sur laquelle on a fait des ceremonies & benedictions particulieres, qu'on enchasse dans des Agnus Dei, on des Reliquaires, & qu'on garde avec veneration.
 
Pain de St. Hubert, de Ste. Geneviefve, de St. Nicolas de Tolentin, &c. Ce sont des pains benits avec certaines prieres & invocations de ces Saints, qui guerissent de la rage, de la fievre, & autres infirmitez.
 
Pains de Proposition. Ce sont les pains qu'on offroit en sacrifice dans l'ancienne Loy. Il n'y avoit que les Prestres & les Levites à qui il estoit permis d'en manger.
 
Pain du Roy, ou le Pain des prisonniers, est le pain que le Roy donne sur le fonds des amendes pour la nourriture des pauvres prisonniers. On dit aussi en parlant de ceux qui sont enrollez dans les troupes, qu'ils mangent le pain du Roy.
 
Pain de munition, est une ration de pain bis-blanc du poids de 24. onces, que les Munitionnaires doivent fournir chaque jour à chaque soldat.
 
Pain de Chapitre, est du pain qu'on distribuë par chaque jour à chaque Chanoine. Il est de fine fleur de farine bien paistrie, & d'une consistence assez ferme. Il étoit autrefois broyé & avec peu de levain.
 
Pain broyé, est le pain que font les Boulengers pour leur chef-d'oeuvre, quand ils sont receus Maistres. Il n'est plus guere en usage qu'en cette occasion. Il étoit fait de la fleur de farine, qui n'étoit pas seulement paistrie en la maniere ordinaire, mais qui outre cela étoit broyée pendant un long-temps avec des bâtons ferrez.
 
Pain à la Reine, Pain molet, à la mode, à la Montauron, de Segovie, de Gentilli, Pain de condition. Ce sont diverses façons & preparations que donnent les Boulengers de petit pain à celuy qu'ils vendent. Ils mettent du lait au pain à la mode, à la Montauron, de Segovie, &c. Ils mettent du sel & de la leveure de biere au pain à la Reine ; du beurre au pain de Gentilli, &c. & en tous ces pains la paste est plus molle & plus levée.
 
Dans les vieux Statuts des Boulengers Talmeliers de Paris, il est fait mention de pain rebouti, c'est à dire, refusé, & que les Boulengers n'ont pû vendre ; de pains ratez, c'est à dire, entamez de souris ; de pains durs, ars, ou éthaudez ; de pains mestournez, c'est à dire, trop petits ; de pain blanc, appellé de Chailly ; de pains bourgeois ; de pains faitis, qu'on dit pains de brode ; de pain pot, qui est de la valeur de plus de deux deniers, &c.
 
Pain chaland, est le gros pain que vendent les Boulengers de la ville, & qu'ils font porter dans les maisons des bourgeois qui sont leurs chalands ordinaires. Il est opposé au pain que les Boulengers de Corbeil & autres de dehors viennent exposer au marché à tous venans. Quelques-uns pretendent au contraire, que le pain chaland étoit autrefois le pain de Corbeil qui venoit à Paris par des bateaux qui s'appellent chalands.
 
Pain de Gonesse, est un pain particulier qui excelle sur tous les autres, à cause de la bonté des eaux qui se trouvent à Gonesse bourg à trois lieuës de Paris. C'est un pain leger, & qui a beaucoup d'yeux, qui sont les marques de sa bonté, suivant ce proverbe Espagnol : Pan con ojos, queso sin ojos.
 
Pain de cuisson, ou de menage, est le pain que les bourgeois cuisent à la maison, soit à la ville, soit à la campagne. On appelle pain de brasse, les gros pains qu'on fait pour les gens.
 
Pain mouton, est un petit pain saupoudré de quelques grains de bled, que les Pâtissiers font le jour des estreines, que les valets donnent aux petits enfans. Ce mot vient par corruption de panis mutuatus, que j'ay trouvé dans un vieux Cartulaire ; car ce sont de petits presents que les pauvres font aux riches, qui tiennent moins du don que de l'emprunt. Il est semé de grains de bled, qui sont le symbole de la multiplication, pour figurer le profit qu'on espere d'en tirer.
 
Pain d'espice, est du pain pestri avec de l'écume qu'on tire du sucre, quand on l'affine dans les sucreries. On en fait aussi avec du miel & quelques assaisonnemens d'espiceries. Les pains d'espice les plus estimez sont ceux de Rheims & de Verdun. Les Anciens l'appelloient panis mellitus. Ils appelloient aussi panis nauticus, ou Alexandrinus, le biscuit de mer.
 
On dit figurément d'un Juge qui aime le sac, & qui taxe trop haut ses vacations, qu'il aime bien le pain d'espice.
 
Paindespicier, est celuy qui vend ou qui fait le pain d'espice.
 
On a fait aussi dans les necessitez publiques du pain avec plusieurs autres matieres, avec du gland, des racines. Durant le siege de Sancerre on fit du pain d'ardoise.
 
PAIN, se dit figurément en choses spirituelles de la pasture de l'ame. JESUS-CHRIT a dit que l'homme ne vit pas seulement de pain, mais aussi de sa parole. Il n'a pas voulu que le pain des enfans de Dieu fust donné aux chiens, c'est à dire, aux Infideles.
 
Pain de douleurs, se dit aussi figurément de la vie qu'on passe dans l'affliction, dans la misere, dont parle le Psalmiste. Dans l'Oraison Dominicale nous demandons à Dieu nôtre pain quotidien, c'est à dire, nos necessitez ordinaires. On appelle aussi pain quotidien, ce qui nous est familier & ordinaire. Ainsi Regnier a dit agreablement en parlant d'un Pedant :
 
Ciceron, il s'en taist, dautant que l'on le crie
 
Le pain quotidien de la Pedanterie.
 
PAIN, se dit aussi generalement de toute nourriture & subsistance, & de ce qui sert à passer la vie. Il a eu une pension du Roy, voilà du pain assûré pour le reste de ses jours. Cet homme travaille jour & nuit pour gagner du pain à ses enfans. Ce mestier qu'il exerce est son gagne pain. Cette femme est fort leste, & elle n'a pas du pain chez elle. S'il plaide, c'est malgré luy, c'est pour deffendre son pain, c'est à dire, son bien. Il est reduit à demander son pain, c'est à dire, sa vie. On dit qu'un homme a mangé du pain d'un autre, pour dire, qu'il a été son domestique. On dit aussi, qu'on luy a mis le pain à la main, ou qu'on luy a osté le pain de la main, pour dire, qu'on a été cause de sa fortune, ou de sa ruine. On dit qu'un homme n'a ni pain ni paste chez luy, pour dire, qu'il est dans la derniere necessité.
 
PAIN, se dit aussi de plusieurs corps qu'on reduit en une masse. Un pain de sucre est fait en cone ou en pyramide ronde. Un pain de cire est une masse de cire platte & ronde. Pain de bougie est une menuë bougie tortillée. Les fromages de Gruyere, de Hollande, de Parme, s'apportent icy en gros pains. On dit aussi, un pain de savon, de craye, de lie. Il y a de l'acier qui vient en pain, d'autre en bille.
 
PAIN, se dit proverbialement en ces phrases. A mal enfourner on fait les pains cornus, pour dire, Le principal point d'une affaire, c'est de la bien commencer. On dit qu'une fille a pris un pain sur la fournée, quand elle s'est laissée engrossir avant que d'estre mariée. On dit d'un homme qui déjeune avant que d'aller à la Messe, qu'il va à la Messe des morts, qu'il y porte pain & vin. On dit d'un homme habile qui a été de plusieurs conditions, qui a voyagé, qu'il sçait plus que son pain manger, qu'il a mangé de plus d'un pain. On dit d'un avare, d'un homme retiré qui ne donne à manger à personne, qu'il mange son pain dans sa poche. On dit d'un homme inutile, d'un valet faineant, qu'il ne vaut pas le pain qu'il mange. On dit de tous ceux qui sont en condition, qu'ils mangent le pain hardy, pour dire, qu'ils sont assûrez d'en trouver toûjours à la maison, sans avoir besoin de le gagner. On dit aussi en parlant d'un homme qui a du bien tout acquis, qu'il a du pain cuit, qu'il n'a que faire de travailler pour en acquerir. On dit aussi, Libertas, & pain cuit, pour dire, qu'on est heureux, quand on a du bien, & qu'on n'est sujet à personne. On dit aussi d'un enfant qu'on éleve delicatement, & qu'on prevoit ne devoir pas avoir beaucoup de bien dans la suite, qu'il mange son pain blanc le premier. On dit aussi, qu'on mange son pain à la fumée du rost, quand on voit prendre aux autres des plaisirs auxquels on ne peut avoir part. On dit des choses qui tirent en longueur, dont on ne peut retirer de long-temps de profit, comme des estudes d'un écolier, que c'est du pain bien long. On dit aussi, Long comme un jour sans pain, d'une chose qui ennuye, comme le temps d'un jour où on n'a rien à manger. On dit aussi d'une terre, ou d'une autre chose precieuse qu'on a venduë à trop bon marché, qu'on l'a donnée pour une piece de pain. On dit encore, Changement de corbillon, appetit de pain benit. On dit aussi d'une disgrace qui est arrivée à une personne qui la meritoit bien, que c'est pain benit. On dit aussi des jeunes gens qui reviennent affamez à la maison, qu'ils vont faire la guerre au pain. On dit aussi, De tel pain telle souppe, pour dire, que les choses sont bonnes suivant la matiere qu'on y met. On dit aussi, que des gens promettent plus de beurre que de pain, quand ils repaissent les autres de vaines esperances. On dit aussi, qu'un homme a perdu le goust du pain, pour dire, qu'il est mort, ou bien qu'il est malade. On dit encore à la table, Pain couppé n'a point de maistre, pour dire, qu'on peut se servir du pain de son voisin. On dit, Pain tendre, & bois vert, mettent la maison au desert. La formule du jurement des anciens Chevalier étoit, qu'ils ne mangeroient pain sur nappe jusqu'à ce qu'ils eussent executé leur promesse. On dit aussi, Jamais pains de deux couteaux ne furent ni bons, ni beaux.
 
PAIN DE POURCEAUX, ou Pain de terre, est une espece d'herbe qu'on appelle en Latin rapum, ou panis porcinus. C'est une espece de cyclamen.
 
PAIN DE COCU, est une autre petite herbe qu'on mange en salade, que les Jardiniers nomment autrement alleluya, & les Medecins trifolium acetosum, ou oxys, ou oxyriphyllum.
Les mots croisés du Robert Les mots croisés de la montagne Les mots croisés de la montagne

Partez à l'assaut de notre grille montagnarde ! Niveau standard.

22/02/2020