rude

 

définitions

rude ​​​ adjectif

(personnes) Simple et grossier. Un homme rude. ➙ fruste. —  Des manières un peu rudes.
(personnes) littéraire Dur, sévère. —  Redoutable. Un rude adversaire.
(choses) Qui donne du mal, est dur à supporter. ➙ pénible. Un métier rude. Une rude journée. locution À rude épreuve*. —  Un climat rude. ➙ rigoureux.
Dur au toucher (opposé à doux). ➙ rugueux. Toile rude. ➙ rêche. —  Dur ou désagréable à l'oreille. Une voix rude.
familier (avant le nom) Remarquable en son genre. ➙ drôle, fameux, sacré. Un rude appétit. ➙ solide.
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Par ailleurs, les constructions parfois illégales qui se développent rapidement mettent à rude épreuve les systèmes d'alimentation en eau et d'égouts du pays.Europarl
Il se jeta en furieux dans les fêtes, fit rude guerre aux finances, prodiguant en jeune homme, donnant en roi.Jules Michelet (1798-1874)
Cependant, nous n'avons pas éprouvé d'accident, et le changement d'air, quelque rude qu'il ait été, m'a plutôt fortifiée et rendu un peu d'appétit.Dorothée de Dino (1793-1862)
C'était un beau et grand vieillard, digne dans son langage, ferme dans son commandement, bienveillant au pauvre monde, rude pour lui seul.Frédéric Mistral (1830-1914)
Il s’agit d’un secteur caractérisé par une concurrence croissante, de plus en plus rude, dans le secteur privé.Europarl
Autour d'eux, les rochers s'élevaient par larges assises ; des rampes douces étageaient des champs d'immenses dalles, hérissés d'une rude végétation.Émile Zola (1840-1902)
Mais la campagne de cette année a été rude et nous a coûté des pertes sérieuses ; les hommes sont fatigués de ces combats perpétuels.Rudolf Carl von Slatin (1857-1932), traduction Gustave Bettex (1868-1921)
Le combat a été rude pour faire bénéficier les pères du congé parental et intégrer les parents adoptifs dans le champ de protection de la directive.Europarl
Ce secteur sera soumis à rude épreuve en raison des dispositions de cette proposition et, en particulier, de l'augmentation des charges d'assurance, qui pourrait les acculer à la faillite.Europarl
Il s'agit de nous donner du cœur à vivre, et cet homme s'en charge, en prenant pourtant par le plus rude.Marc Elder (1884-1933)
Il s'arrêta ; de grosses larmes roulaient dans ses yeux et tombaient une à une sur son visage dur et rude.Victor Hugo (1802-1885)
Elle eut, ainsi que disait son fils, une maladie rude et douloureuse, la première qui l'ait atteinte en sa vie.Charles Athanase Walckenaer (1771-1852)
La marche était plus rude, mais on avait toujours l'espoir d'une compensation apportée par la découverte d'une faille.Louis Boussenard (1847-1910)
À ces époques on vivait ; donc le travail accomplissait, tout comme aujourd'hui, sa rude tâche.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Ton mariage, mon ami, est le coup le plus rude que puisse me porter la destinée.Émile Gaboriau (1832-1873)
Dans la rude collection de matériaux qui fournissent les témoignages, il n'y a pas beaucoup de brisures singulières et inimitables.Marcel Schwob (1867-1905)
J'aime fort sa beauté, qu'un mauvais son de voix, des façons parfois communes, un langage assez rude, gâtent souvent.Dorothée de Dino (1793-1862)
Je me limiterai donc aux brefs commentaires suivants et j’espère ne pas mettre votre patience à trop rude épreuve.Europarl
La mutinerie qui a eu lieu en 1996 en république centrafricaine a mis à rude épreuve et menacé un certain nombre de personnes travaillant sur place.Europarl
En dernier lieu, la «lisbonnisation» ne fait que commencer et la concurrence à l’échelle internationale se fait de plus en plus rude.Europarl
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « RUDE » adj. m. & f.

Corps qui a une qualité qui blesse, qui offense les sens, & particulierement celuy du toucher. Les pays de montagnes sont rudes, aspres & raboteux. Il fait un temps rude, un froid rude & piquant. Cette voix est rude, escorche l'oreille. Ce vin, ce pain, sont rudes, escorchent la langue, le palais, le gosier. Les yeux rudes sont ceux qui sont hagards, farouches, qui font peur. Cette femme a la peau rude, une chair d'oison.
 
RUDE, se dit aussi de ce qui est violent, penible, difficile. Voilà une besogne, un travail bien rude. Le mestier de la guerre est bien rude & penible. Il y a eu un rude choc entre ces parties, ils ont fait un rude effort, pour dire, fort violent. Les amans se plaignent qu'ils souffrent un tourment tres-rude.
 
RUDE, se dit figurément en choses spirituelles & morales. JESUS-CHRIST dit que son joug est doux & n'est pas rude. Les Catons estoient d'une humeur rude & farouche. La servitude est rude chez les Infideles. La Poësie evite les mots rudes. La civilité ne souffre pas qu'on use de rudes paroles, de rudes traittements. Un Confesseur ne doit pas donner des penitences trop rudes, trop difficiles à executer. Il est bien rude d'estre reduit à la necessité de servir ceux à qui on devroit commander.
 
On dit aussi, qu'un cheval a le pas, le trot rude, pour dire, qu'il fatigue son cavalier. On dit encore, qu'un carrosse est rude, quand il est mal suspendu, quand il donne de rudes secousses dans les cahots.
 
On dit proverbialement, qu'un homme est bien rude à pauvres gens, pour dire, qu'il prend avantage de sa qualité pour maltraitter un inferieur. On dit aussi, qu'il est un rude joüeur, quand sous pretexte de jeu il bat, il blesse les gens.
Le mot du jour Vaccinodrome Vaccinodrome

Court-on plus facilement quand on n'en a qu'une que quand on en a deux ? On peut légitimement se poser la question, car le dromadaire, qui n'a qu'une bosse, est étymologiquement le « (chameau) qui court ». Son nom fait partie de la famille du grec dromos « course ».

Édouard Trouillez 08/01/2021