assujettir

 

définitions

assujettir ​​​ verbe transitif

vieux Maintenir (qqn) sous sa domination. ➙ asservir, soumettre. Les peuples que les Romains avaient assujettis.
littéraire Restreindre la liberté de (qqn).
Assujettir à : soumettre à. Assujettir qqn à des règles. —  au passif. Être assujetti à l'impôt.
pronominal S'assujettir à une règle.
Rendre (qqch.) fixe, immobile, stable. ➙ attacher, fixer, maintenir. Assujettir un cordage.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'assujettis

tu assujettis

il assujettit / elle assujettit

nous assujettissons

vous assujettissez

ils assujettissent / elles assujettissent

imparfait

j'assujettissais

tu assujettissais

il assujettissait / elle assujettissait

nous assujettissions

vous assujettissiez

ils assujettissaient / elles assujettissaient

passé simple

j'assujettis

tu assujettis

il assujettit / elle assujettit

nous assujettîmes

vous assujettîtes

ils assujettirent / elles assujettirent

futur simple

j'assujettirai

tu assujettiras

il assujettira / elle assujettira

nous assujettirons

vous assujettirez

ils assujettiront / elles assujettiront

 

synonymes

s'assujettir verbe pronominal

se plier, s'astreindre, obéir, obtempérer, se soumettre

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il est donc de l'essence du mariage, suivant la doctrine révolutionnaire, d'assujettir l'épouse à l'époux.Charles Turgeon (1855-1934)
L'assujettir à des intérêts nationaux et transnationaux privés est un affront à la souveraineté des peuples et aux droits des travailleurs et des populations.Europarl
Il y avait des brigands à réprimer, des faibles à secourir ; ce fut une occasion pour les assujettir tous à-la-fois.Pierre Daru (1767-1829)
Elle se tenait debout, dans sa chaste nudité, les bras élevés vers sa chevelure dont elle tordait les masses souples et opulentes, qu'elle s'efforçait d'assujettir au sommet de sa tête.Camille Flammarion (1842-1925)
Ayant jeté la chaîne autour de sa taille, l'assujettir fut une besogne de quelques secondes.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Il en a bien l'intuition : il accumule des faits ; sa raison sait parfaitement s'assujettir à eux.Pierre Villey (1879-1933)
Les esprits sérieux ne doivent jamais se laisser assujettir par un ennemi aussi rampant et aussi faible que l'amour.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
N'est-ce pas vouloir se faire honneur du désir d'une bonne éducation de ses enfants, sans en vouloir prendre la peine, ni s'assujettir aux règles les plus nécessaires .Clarisse Bader (1840-1902)
Il faudrait assujettir les voiles d'étai et, pour cela, demeurer en équilibre sur les barres, au risque de piquer une tête dans le vide.Arnould Galopin (1863-1934)
Les négociations prouveront-elles que le système commercial sert le désir de progrès écologique et social de nos citoyens au lieu de l'assujettir ?Europarl
L'art de gouverner ne fut plus que celui d'assujettir au plus petit nombre le plus grand.Volney (1757-1820)
Il était ponté à l'avant, mais avait l'arrière fort profond, avec des cordages figés sur toute la longueur des côtés pour assujettir les barils, lorsque la soute était pleine.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
La porte sur le corridor était fermée comme elle l'avait laissée ; mais l'autre porte qu'on ne pouvait assujettir qu'à l'extérieur avait nécessairement été verrouillée pendant la nuit.Ann Radcliffe (1764-1823), traduction Victorine de Chastenay (1771-1855)
Malgré la solitude du lieu, cette précaution parut nécessaire ; elle fut prise au moyen de larges pierres qu'on empila contre la porte, car on n'avait pas autre chose pour l'assujettir.Ann Radcliffe (1764-1823), traduction François Soulès (1748-1809)
Et c'est d'après ce principe fondamental qu'il s'est efforcé d'assujettir les signes représentatifs à une méthode dont il se propose de composer une espèce de grammaire.Ferdinand Berthier (1803-1886)
Le gouvernement s'occupait uniquement, non du bien de la nation, mais de la manière de l'assujettir.François-Xavier Garneau (1809-1866)
Il est vrai qu'il hésite sur la manière de « brider cette raison » si fuyante ; pour les questions qui n'intéressent que la spéculation, c'est au fait que, lui aussi, veut l'assujettir.Pierre Villey (1879-1933)
L'outil, réellement, c'est le corps de l'oiseau lui-même, sa poitrine, dont il presse et serre les matériaux jusqu'à les rendre absolument dociles, les mêler, les assujettir à l'œuvre générale.Jules Michelet (1798-1874)
Sans doute il faut s'assujettir aux règles, mais la première est de pouvoir les enfreindre sans risque quand la nécessité le veut.Dorothée de Dino (1793-1862)
Il faut encore lier les effets aux causes, savoir par quels procédés, par quels instruments la nature se laissera dompter et assujettir à l'œuvre de la production.Frédéric Bastiat (1801-1850)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ASSUJETTIR » verb. act.

Vaincre, mettre sous le joug, sous la sujettion. Les Romains ont assujetti, ont mis sous leur Empire la plus grande partie du monde connu de leur temps. Ce mot vient de subjicere.
 
ASSUJETTIR, se dit aussi en Morale, des loix, des conditions, des conjonctures qui obligent à faire quelque chose par quelque espece de contrainte. Il faut s'assujettir aux loix, aux coûtumes, aux croyances, aux modes receuës dans les pays qu'on habite. il faut s'assujettir aux regles, aux principes des arts, des sciences dans lesquelles on veut reüssir. quand on veut bastir ou fortifier une place, il faut s'assujettir au terrain, à l'estat des lieux. il faut executer les conditions auxquelles on s'est assujetti par contract.
 
ASSUJETTI, IE. part. pass. & adj.
Le mot du jour Confiance Confiance

Il faut suffisamment de confiance pour se confier à quelqu’un ou lui confier ses enfants. C’est un acte de foi, à ceci près qu’il ne repose pas sur une croyance mais sur un contrat, un contrat dit « de confiance ».

Aurore Vincenti 04/05/2020