vanter

 

définitions

se vanter ​​​ verbe pronominal

Exagérer ses mérites ou déformer la vérité par vanité. —  Sans me vanter : soit dit sans vanité.
Se vanter de : tirer vanité de, prétendre avoir fait. Se vanter d'un succès, d'avoir réussi. familier Elle ne s'en est pas vantée, elle l'a caché. Il n'y a pas de quoi se vanter : il n'y a pas de quoi être fier.
Prétendre être capable de faire qqch. ➙ se flatter, se targuer. Il se vante de réussir sans travailler.

vanter ​​​ verbe

verbe transitif littéraire Parler très favorablement de (qqn ou qqch.), en louant publiquement et avec excès. ➙ célébrer, exalter.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je vante

tu vantes

il vante / elle vante

nous vantons

vous vantez

ils vantent / elles vantent

imparfait

je vantais

tu vantais

il vantait / elle vantait

nous vantions

vous vantiez

ils vantaient / elles vantaient

passé simple

je vantai

tu vantas

il vanta / elle vanta

nous vantâmes

vous vantâtes

ils vantèrent / elles vantèrent

futur simple

je vanterai

tu vanteras

il vantera / elle vantera

nous vanterons

vous vanterez

ils vanteront / elles vanteront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je puis dire, je crois, sans trop me vanter, que le livre que je publie en ce moment est le produit d'un très-grand travail.Alexis de Tocqueville (1805-1859)
Vous pouvez vous vanter que vous êtes la première personne qui ose rouspetter devant moi et qui ne me tourne pas un compliment !...René Boylesve (1867-1926)
Quand donc m'avez-vous vu me vanter de choses que je n'étais pas capable de faire ?Gustave Aimard (1818-1883)
Cesse de caresser ton revolver car le mien partirait comme par hasard et, ce n'est pas pour me vanter, mais je rate rarement mon coup.Madame Henri de la Ville de Mirmont (1860-1933)
Il rencontra deux embaucheurs, qui, chacun de son côté, se mirent à lui vanter leurs patrons.Léon Tolstoï (1828-1910), traduction Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936)
Je ne vous dis point ma naissance pour me vanter, mais seulement pour vous inspirer quelque pitié de mes malheurs.François de Fénelon (1651-1715)
Que deviendraient toutes ces fastueuses déclamations avec lesquelles on vient vanter sa gloire et sa liberté ?Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Ils pensent que s'ils possèdent ce que les autres n'ont pas, ils n'ont pas besoin de partager avec ceux-ci, mais n'ont qu'à se vanter devant eux.Léon Tolstoï (1828-1910), traduction Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936)
Bien qu'on ait été, paraît-il, jusqu'à se vanter de quelque chose de ce genre dans certains milieux bonapartistes, cette version ne me satisfait pas plus que la première.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Il eut besoin de vanter l'excellence de ces animaux, la facilité de leur reproduction, et d'en exagérer même la valeur, pour qu'ils consentissent à les lui laisser mettre à terre.Jules Verne (1828-1905)
J'ai laissé celui-ci vanter son tableau ; seulement je lui envoyais tous les jours quelqu'un qui découvrait un défaut, qui mettait en doute l'authenticité.Émile Souvestre (1806-1854)
Je peux m'en vanter, et je m'en vante... si mon homme vit, c'est à moi qu'il le doit...Eugène Sue (1804-1857)
Quelques-uns se doutent de la vraie cause ; mais comme elle tient à un article sur lequel ils sont infiniment réservés, ils n'osent s'en vanter.Volney (1757-1820)
Berlin particulièrement pouvait se vanter de posséder des femmes aussi distinguées dans le monde qu'excellentes dans l'intérieur de leurs ménages, car ménage est le mot.Dorothée de Dino (1793-1862)
D'autres qui le valent bien les ont demandées, et je puis dire sans me vanter qu'ils s'en sont bien trouvés.Hector Malot (1830-1907)
Or, ce qui faisait la joie du coquardeau, c'étaient les grants biens d'amours qu'il ne se lassait de vanter.Auguste Du Roure de Beaumont (1783-1858)
Je voudrais bien savoir qui peut se vanter d'être plus utile au monde que nous ?Arthur de Gobineau (1816-1882)
Comment fais-tu alors pour me vanter la société, les hommes en général, quand tu en observes de si tristes échantillons, quand surtout tu me les donnes comme supérieurs aux autres ?Émile Zola (1840-1902)
Il y a très-peu de personnes qui puissent se vanter d'avoir autant de vrai mérite que vous.Madame de Sévigné (1626-1696)
Ce fut peut-être la première fois de sa vie qu'il lui arriva de se vanter.Stendhal (1783-1842)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « VANTER » v. act.

Loüer quelqu'un. On ne sçauroit trop vanter Homere & Virgile. Tous ces Philosophes si vantez de l'Antiquité ont eu de grandes foiblesses. Nicod pretend que ce mot vient de venditare, aussi-bien que Vossius, & Menage aprés eux.
 
On dit aussi, se vanter, se loüer soy-même. Les Poëtes sont sujets à se vanter. Malherbe sur tout, Ciceron & Balsac se sont bien vantez dans leurs ouvrages.
 
VANTER, signifie aussi, Se promettre, esperer de reüssir en quelque entreprise. Ce Capitaine se vante qu'il emportera cette place en huit jours. Archimede se vantoit qu'il enleveroit la terre, si on luy pouvoit donner un point fixe au delà. Ce goulu se vante qu'il mangera deux douzaines de petits pastés sans boire. On dit au contraire, qu'un homme ne se vante pas d'une affaire, quand elle ne luy a pas reüssi. Il fait bon battre glorieux, il ne s'en vante pas.
 
VANTÉ, ÉE. part. & adj.
Le mot du jour Touché ! Touché !

Contact, tact, tactile, toucher : ces mots viennent du latin tangere, « toucher ». C’est ce contact qui est au cœur de nos pratiques sociales : la poignée de main, la bise, l’accolade, le câlin.

Aurore Vincenti 05/05/2020