dévorer

 

définitions

dévorer ​​​ verbe transitif

Manger en déchirant avec les dents. Le tigre dévore sa proie. —  Manger entièrement. par exagération Être dévoré par les moustiques.
(personnes) Manger avidement, gloutonnement. ➙ engloutir, engouffrer. Dévorer un poulet entier.
au figuré Lire avec avidité.
Dévorer qqn, qqch. des yeux : regarder avec avidité.
Faire disparaître rapidement. L'incendie a dévoré une partie de la forêt. ➙ consumer. —  au figuré Cela dévore tout mon temps. ➙ absorber.
Faire éprouver une sensation pénible, un trouble violent à (qqn). ➙ tourmenter. La soif, le mal qui le dévore. —  au passif Être dévoré de remords.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je dévore

tu dévores

il dévore / elle dévore

nous dévorons

vous dévorez

ils dévorent / elles dévorent

imparfait

je dévorais

tu dévorais

il dévorait / elle dévorait

nous dévorions

vous dévoriez

ils dévoraient / elles dévoraient

passé simple

je dévorai

tu dévoras

il dévora / elle dévora

nous dévorâmes

vous dévorâtes

ils dévorèrent / elles dévorèrent

futur simple

je dévorerai

tu dévoreras

il dévorera / elle dévorera

nous dévorerons

vous dévorerez

ils dévoreront / elles dévoreront

 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
La prospérité, la croissance, l'entreprise et le développement ne doivent pas dévorer l'environnement de sociétés matures et ne le font pas.Europarl
Mais était-ce de quoi effacer ces neuf ans passés à se dévorer le cœur dans la solitude de sa retraite ?Paul Bourget (1852-1935)
Que de lectures ingrates, fastidieuses, monotones, il lui fallut dévorer pour nous en rapporter quelque parcelle !Charles-Augustin Sainte-Beuve (1804-1869)
J'examinais avec une sorte d'effroi cette ville où je ne rencontrais que des ruines, lorsqu'une multitude de chiens se jetèrent sur moi pour me dévorer.Louise Fusil (1771?-1848)
Moi dévorer lui, moi faire vous bon rire ; vous touts rester là, moi montrer vous bon rire.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Un gros requin, qui se tenait depuis quelques jours sous les ferrures de notre gouvernail, venait de l'entraîner avec lui pour le dévorer au fond des eaux.Édouard Corbière (1793-1875)
Lorsque le lévrier le vit, il s'élança sur lui comme s'il eût voulu le dévorer.George Sand (1804-1876)
Vous feriez mieux de faire taire ce petit qui crie comme si j'étais tenté de le dévorer.Charles Dickens (1812-1870), traduction Alfred des Essarts (1811-1893)
Regardez-moi ses grandes mains : il pourrait travailler des années dans les rizières, avant que les crabes de terre viennent le dévorer.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Habitués à dévorer, engloutir tout à l'aveugle (animaux, bois, pierres, n'importe), cette fois, chose admirable !Jules Michelet (1798-1874)
Quel tourment que la jalousie qui flaire, qui poursuit, qui traque une proie invisible et qui cherche à dévorer, et qui ne sait à quoi s'en prendre !Théodore de Banville (1823-1891)
Valentine, épouvantée en même temps qu'offensée mortellement des injurieuses prédictions de son mari, alla dans sa chambre dévorer ses larmes et sa honte.George Sand (1804-1876)
Le roi, soleil, etc., n'a pas eu à dévorer son cœur (c'est-à-dire, à se repentir de quelque mauvaise action).Jean-François Champollion (1790-1832)
Celui-ci passa une nuit entière à dévorer ces feuilles, et à s'instruire de tout ce qui se passait dans sa patrie.Adolphe Thiers (1797-1877)
Et le ton dont il dit cela désappointa vivement, dans les tribunes bondées de toilettes, toutes les jolies curieuses, avides d'émotions fortes, venues là pour voir dévorer le dompteur.Alphonse Daudet (1840-1897)
Dans ce moment elle entendit du bruit derrière elle : la peur la saisit, elle crut que c'était quelque bête féroce qui l'allait dévorer.Marie-Catherine d'Aulnoy (1651-1705)
Un ou deux mois d'inaction suffisent pour dévorer un jeune homme destiné, comme je l'étais, à ne vivre que sur mer et qu'avec la mer.Édouard Corbière (1793-1875)
Sans quoi notre libre marché intérieur va devenir un bassin mortel dans lequel les gros poissons vont manger les petits avant de se dévorer mutuellement.Europarl
Le peu que j'ai dit doit assez vous apprendre qu'une ame pure sait dévorer en silence des torts dont elle ne pourrait parler sans rougir.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Tout ce qu'il pouvait faire, c'était de dévorer son revenu dans d'obscures orgies et de se ruiner lentement.George Sand (1804-1876)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DEVORER » v. act.

Manger goulument, & sans se donner le loisir de mascher. On dit proprement des lions, qu'ils devorent. Les crocodiles, les tiburons devorent, avalent les hommes tout entiers. Daniel fut jetté dans la fosse aux lions pour estre devoré.
 
On le dit aussi par extension des hommes. Ce convalescent a bon appetit, il ne mange pas, il devore. Un goinfre, un escornifleur devorent, mangent goulument.
 
DEVORER, se dit figurément en choses morales. Quand cet amant regarde sa maistresse, il la devore des yeux. Il a tant fait de caresses à son ami, qu'il a failli à le devorer. On dit aussi, qu'un homme a devoré tout son patrimoine, pour dire, qu'il a mangé son bien. Je sens un feu qui me devore, pour dire, une passion violente. On dit aussi, qu'un homme devore les Livres, quand il les lit promptement, & sans faire reflexion sur ce qu'ils contiennent. Cet homme attend la succession de son oncle avec impatience, il la devore par advance.
 
DEVORER, se dit aussi des choses inanimées. Le feu, les flammes ont devoré tous ces beaux palais. Le temps devore, consume tout.
 
DEVORÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Drôles d'expressions Être gêné aux entournures Être gêné aux entournures

Être gêné aux entournures : être mal à l’aise, se sentir gauche ; être incommodé dans son activité.

Alain Rey 12/05/2020