misérable

 

définitions

misérable ​​​ adjectif et nom

Qui inspire ou mérite d'inspirer la pitié ; qui est dans le malheur, la misère. ➙ lamentable, malheureux, pitoyable.
(choses) Triste, pénible. Une misérable existence.
Qui est dans une extrême pauvreté. Une population misérable. ➙ pauvre ; indigent. —  nom vieilli Secourir les misérables. « Les Misérables » (roman de Hugo).
Qui indique une grande pauvreté. Un logement misérable.
Sans valeur, sans mérite. ➙ insignifiant, méprisable, piètre. Un salaire misérable.
(avant le nom) ➙ malheureux, méchant, pauvre. Tant d'histoires pour un misérable billet de cinq euros !
nom vieilli Personne méprisable. ➙ malheureux. C'est un misérable. —  par plaisanterie Ah, petite misérable !
 

synonymes

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Moi, misérable, à peine puis-je espérer d'être souffert ; ce n'est plus qu'en tremblant que je lève ces tristes paupières qu'on ridiculise.Gaston Maugras (1850-1927)
Il lui fallait des heures pour sortir de quelque misérable histoire qui révolutionnait le marché.Émile Zola (1840-1902)
Pour obtenir l'ordonnance qui lui permettra de quitter le misérable nom de son père pour celui de sa mère, ne doit-il pas être au moins des nôtres ?Honoré de Balzac (1799-1850)
Presque tous les grands hommes ont eu une vie plus traversée, plus misérable que celle des autres hommes.Eugène Delacroix (1798-1863)
Un tel système est très dangereux et profondément injuste, puisqu'il avantage les plus riches, ceux qui peuvent épargner, et laisse les plus pauvres avec une retraite misérable.Europarl
Elle souhaita, si la supposition se réalisait, que ce ne fût pas du misérable auquel elle avait cru...Victor Margueritte (1866-1942)
Mais il est misérable que ceux qui en sont encore, au lieu d'y rester, soient venus faire la loi parmi nous.Charles Péguy (1873-1914)
Je puis seulement vous dire que mon avenir sera bien plus misérable, bien plus à plaindre que le vôtre.Madame Leprohon (1829-1879), traduction Joseph Auguste Genand (1839-1902)
Quel sort est préparé au delà du tombeau à celle dont le partage sur la terre a été une vie tellement misérable, que nulle expression ne pourrait la peindre ?Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
Que se passait-il dans cette misérable créature qui vivait juste assez pour assister à la vie sans y prendre part ?Émile Zola (1840-1902)
Ils furent punis de cette misérable politique qui, en n'obligeant personne, n'est propre qu'à faire des ennemis.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Puis il prit son parti, s'enfuit aux bois, sans que nous pussions jamais le rappeler ; il reprit la vie de son enfance, misérable & sauvage.Champfleury (1821-1889)
Jugez d'après cela, monsieur, ce que peut attendre de lui un misérable comme moi, qui n'est bon à rien.Joseph Bertrand (1822-1900)
Misérable, je vais te battre jusqu'à ce que tu crèves sous les yeux de ma fille, qui se tordra de rire.Judith Gautier (1845-1917)
Je suis un misérable taillé dans l'étoffe des grands par un roi, dont ce fut le bon plaisir.Victor Hugo (1802-1885)
Deux hommes seuls étaient demeurés près du misérable, le regardant se tordre à leurs pieds dans d'atroces souffrances.Gustave Aimard (1818-1883)
Son horizon, élargi dans les vastes cours du pensionnat, se trouvait resserré entre quatre murs d'une misérable chambre.Éléonore de Vaulabelle (1801-1859)
Le désir d'empêcher de nouvelles fourberies, en dévoilant les turpitudes de ce misérable, passait au second plan.André Le Glay (1785-1863)
Oui, il me faut ici le reconnaître, de toutes les circonstances de la vie dont j'ai fait quelque expérience, nulle ne rend l'homme si complètement misérable qu'une crainte continuelle.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Il s'assit, et il regardait la face pâle, si misérable de cette fille qu'il avait quittée si belle et si fraîche.Guy de Maupassant (1850-1893)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « MISERABLE » adj. masc. & fem. & subst.

Qui est dans la douleur, dans la pauvreté, dans l'affliction ou l'oppression. Job fut reduit au plus miserable estat où il pouvoit estre. Un goutteux est miserable dans le fort de sa goutte. Cet homme est miserable, il n'a pas du pain, il est miserable d'avoir perdu sa femme. Un miserable amant qui languit dans les fers. C'est un miserable abandonné de tout secours divin & humain.
 
MISERABLE, signifie aussi, Meschant, pecheur. Il faut estre bien miserable pour assassiner son pere, son Prince ; Un pecheur est bien miserable, de s'attaquer à son Createur. Seigneur, ayez pitié d'un miserable qui se repent de ses fautes.
 
MISERABLE, se dit aussi pour exaggerer un mespris. Adam a perdu la grace pour avoir mangé d'une miserable pomme. Un miserable paysan qui est juste devant Dieu sera preferé à un Prince. Pour un miserable honneur on s'égorge.
 
MISERABLE, se dit aussi des bestes, & des choses qui n'ont point de sentiment. Il n'a que deux miserables chevaux qui sont fort maigres. Voilà un miserable temps pour s'aller promener, pour les biens de la terre. Il ne me falloit qu'un miserable point pour gaigner. Il n'y a point de plus miserables vers que ceux de cet Autheur. Aristote dit que le vray sujet de la Tragedie, c'est l'horrible & le miserable, c'est à dire, ce qui donne de l'horreur, ou qui attire de la compassion.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots des politiques Top 10 des mots des politiques

Travailleur, dégagisme, abracadabrantesque... Choisis délibérément, employés à l'improviste ou totalement inventés, certains mots marquent durablement le discours des femmes et des hommes politiques français. Qu'ils soient surprenants, brutaux, décalés, peu connus ou utilisés mal à propos, ils ont tous pour point commun d'être largement repris dans les médias et commentés à l'infini. De la chienlit du général de Gaulle au perlimpinpin d'Emmanuel Macron, voici dix mots qui prouvent que le lexique des politiques n'en finit pas de nous étonner.

Édouard Trouillez 10/06/2020