poire

définitions

poire ​​​ nom féminin et adjectif

Fruit du poirier, charnu, à pépins, allongé et ventru. En forme de poire. ➙ piriforme. —  locution Garder une poire pour la soif : économiser pour les besoins à venir. —  Couper la poire en deux : faire un compromis.
Alcool de poire.
Objet de forme analogue. Une poire à lavement. —  Poire électrique, interrupteur à bouton, au bout d'un fil.
familier Face, figure.
familier Personne qui se laisse tromper facilement. ➙ naïf, familier pomme. —  adjectif Tu es aussi poire que moi.

poiré ​​​ nom masculin

Cidre de poire.

synonymes

poire nom féminin

[familier] visage, face, figure, goule (vieux ou région.), binette (familier), bobine (familier), bouille (familier), gueule (très familier), pomme (familier), trogne (familier), trombine (familier), tronche (familier), tête (familier), balle (familier, vieilli), margoulette (familier, vieilli)

bonne poire

dupe, dindon de la farce (familier), gogo (familier), pigeon (familier), jobard (familier, vieilli), pigeonneau (familier, vieilli)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.

Exemples de « poire »

Chacun des enfants avait une gibecière remplie de balles et une grosse poire à poudre en forme de croissant.Mayne Reid (1818-1883), traduction Émile Gigault de La Bédollière (1812-1883)
En matière de comitologie, nous avons coupé la poire en deux, ou je ferais mieux de dire en un tiers et deux tiers.Europarl
Poire cherchant à innover, a dit : grenat, vert, jaune foncé ; c'est la seule fois qu'il s'est distingué par une opinion personnelle : or, il n'y avait pas de timbre jaune foncé.Alfred Binet (1857-1911)
Je m'étais embarqué de compagnie parce que je me doutais qu'il y aurait quelque chose à pêcher dans une telle mare à grenouilles, et avec une poire de ce calibre.Daniel Lesueur (1854-1921)
Un poirier, c'est comme une sorte de polypier végétal, dont la poire (libre individu) peut nous donner un poirier.Jules Michelet (1798-1874)
Il faut redoubler notre feu pour les briser et écrêter le parapet ; nous verrons demain si la poire est mûre.Thomas Balch (1821-1877)
Il s'aperçut, et je me sers de ses expressions, que la poire n'était pas mûre.Joseph Fouché (1759-1820)
Celui-ci remue vivement les yeux, mais sans pouvoir articuler un seul mot, vu qu'une poire d'angoisse lui distend violemment les mâchoires et lui obstrue la bouche.Joseph Marmette (1844-1895)
Jean la jeta dans les broussailles, au-dehors, avec la poire à poudre et les balles.Paul Féval (1816-1887)
Dans une cabine je découvris plusieurs mousquets et une grande poire à poudre en contenant environ quatre livres.Daniel Defoe (1661-1731), traduction Petrus Borel (1809-1859)
Sa face bouffie et imberbe, terminée par un front élevé et découvert, ne ressemblait pas mal à une poire molle.George Sand (1804-1876)
C'était un petit meuble en bois de rose, à pieds grêles, terminés en poire, et qui n'avait que cinq octaves.Erckmann-Chatrian (1822-1899, 1826-1890)
C'était un petit meuble en bois de rose, à pieds grêles terminés en poire, et qui n'avait que cinq octaves.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Selon une des expressions les plus habituellement familières à l'empereur, la poire était mûre ; mais qui allait la cueillir ?Louis Constant Wairy (1778-1845)
Il ne s'en consolait pas, encore bien qu'il eût la prudence de se garder pour la soif une poire de quatre-vingt mille livres de rentes.Émile Gaboriau (1832-1873)
Il fallut se mettre à deux pour manger une fraise et à quatre pour manger une poire.Jules Verne (1828-1905)
Dans les gares, les femmes ne nous vendent plus la banane et autres fruits tropicaux, mais la poire, le raisin, la figue et les oranges.Ernest Michel (1837-1896)
A cette double distraction, il s'était donné pour excuse que cette poire de mariage à cueillir n'était pas encore tout à fait mûre.Eugène Chavette (1827-1902)
Et elle lui montra la poire à poudre et le sac à plomb oubliés sur la table.Alphonse Karr (1808-1890)
La poire vieillit auprès de la poire, la pomme auprès de la pomme, la grappe auprès de la grappe, et la figue auprès de la figue.Alphonse de Lamartine (1790-1869)
Afficher toutRéduire

Exemples de « poiré »

À chaque enlèvement ou déplacement de vin, cidre ou poiré, il sera perçu un droit.Frédéric Bastiat (1801-1850)
C'est épatant, ici, et tu sais, ailleurs, tout est poiré !Henri Barbusse (1873-1935)
C'est pourquoi une série d'amendements, plus particulièrement les 9 et 15, tentent d'inclure le cidre et le poiré dans la liste standard, avec les vins, les spiritueux et les bières.Europarl
On y but du poiré, on y débita des calembours.Gustave Flaubert (1821-1880)
Il les regala du mieux qu'il put, et en enivra quelques-unes, auxquelles il fit boire du vin blanc en guise de cidre poiré : lui-même me l'a raconté plusieurs fois.Paul Scarron (1610-1660)
Vorel venait chaque soir faire une partie de brisque près de son lit, en mangeant une rôtie arrosée de poiré.Émile Souvestre (1806-1854)

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « POIRE » s. f.

Fruit à pepins d'esté & d'hiver, de figure oblongue, & plus menu vers la queuë que vers la teste. Il y en a une infinité de sortes. Voicy la liste des principales dont les livres font mention, & qui sont recherchées par les curieux, distribuées selon les temps qu'elles meurissent, ou qu'on les mange. Premierement,
 
Au mois de Juillet, le petit muscat, ou sept en gueule, qui vient en crochets, & qui est fort petite. Le gros muscat, qui est une fois plus gros, & ne vient pas par bouquets. Le petit muscat bastard. Le muscat à longue queuë. Le bourdon musqué, qui est un gros muscat hastif. Le gros hastiveau à troche : c'est une poire precoce qui est presque ronde, jaune, & de bon goust, qui veut estre mangée verdelette. Le hastiveau blanc, ou le milan d'esté, qu'on nomme aussi beurré d'esté. La poire de la Magdelaine. La bellissime, ou figue musquée, qu'on appelle aussi bonne deux fois l'an, parce qu'elle fleurit deux fois l'an. La supresme, ou poire de figue. La cuisse Madame, qui est une poire fort estimée, menuë & longue, d'un rouge gris, dont la chair est ferme, & l'eau fort sucrée.
 
Au mois d'Aoust, la poire de jasmin, ou vilaine de la reale. La poire d'espargne, ou de St. Samson. La jargonnelle : c'est une poire longue, rouge, un peu pointuë, seche & pierreuse, & qui a de l'eau fort sucrée. La grosse mouillebouche, ou coulesoif, ou le floreal d'esté : c'est une grosse poire ronde, verdastre, fondante, & de bon goust. La chair-à-Dame, ou la poire de Prince. La vallée, ou poire de liquet. La poire à deux testes. Le gros, & le petit oignonnet, fait en oignon. La poire de Cypre, qui est une espece d'oignonnet. Le gros rousselet de Rheims. La poire sanguinole. La poire de frangipane. La cassolette, ou friolet muscat, qu'on appelle en Poitou des pots de sillery, & en Anjou la verdette, ou la poire de tasteribaut. La poire d'Amiral. La poire de Lombardie, ou de Milan. Le gros blanc. L'odorante musquée, dite de baume, d'amidon, de fourmi, ou verge d'or. La brutte-bonne : c'est une grosse poire verte, beurrée & fondante. La bergamotte d'este, ou milan de la bevriere. La fausse musquée, ou la bergamotte Grecque, & en Anjou violine. L'inconnuë-chesneau, ou la fondante de Brest. Le certeau d'esté est une poire longue, & belle à peindre. La grise-bonne, ou la poire de forest, la crapaudine, l'ambrete d'esté, ou la rude épée. Le musque d'esté, espece d'orange. La poire d'orange commune. L'orange royale, & l'orange musquée, le fransoreau. La poire de lischefrion, la poire d'eau rose, ou caillot rosat ; de muscat doux, ou la poire d'averat, ou la robine grosse, & petite, ou la poire de la honcville, ou la Royale. Le parfum doux, dite berni. La cramoisine. Le bon Chrestien musqué : sa peau est jaune & lissée, & a une eau sucrée & excellente.
 
En Septembre, le bon Chrestien d'esté, ou gratioli, ainsi nommé à cause qu'il a été apporté en France par St. François de Paule. La poire de Salviati. La poire d'Ange, poire de mondieu. La poire rose. La verte-ronde, ou le mouillebouche d'automne : elle est fort beurrée & fondante, & d'une eau tres relevée, qui est verte, quoy que meure. La poire d'Angleterre, le beurré rouge, dit d'Anjou, ou la poire d'Amboise ; en Normandie isambert le bon : elle est grosse, longue, fort colorée, & si beurrée & fondante, qu'elle en porte le nom par excellence. Le beurré gris. Le beurré blanc, ou à courte queuë, dit le Doyenné de St. Michel. La poire de neige, ou la bonne-ente : elle a la couleur d'un citron, & est tres-fondante. La poire de finoin, ou de Joseph. La poire tulipée, ou la bigarrade, ou la vilaine d'Anjou, caillot rosat, ou toute-bonne d'automne.
 
Au mois d'Octobre, le messire-Jean. Il y a le blanc, le doré, & le gris. Le blanc est le plus hastif. Le doré est d'un suc plus relevé, & n'est pas si pierreux. Le gris est plus tardif, mais l'eau en est plus sucrée. C'est un des meilleurs fruits d'hiver. La poire de vigne, ou de damoiselle, ou la longue queuë d'Anjou. Le sucre verd. La bergamotte commune dite d'automne. Cette poire est verte, lisse, platte, tres-beurrée, & fondante, qui meurit hors de l'arbre, & devient jaune, & est un des plus excellents fruits. La bergamotte recour. La bergamotte Suisse : elle est platte, & rayée de verd & de jaune. La bergamotte musquée, ou la poire de colombier, ou de Sicile, ou le petit muscat d'automne. C'est une petite poire seche, & fort musquée. La bergamotte bastarde, qui est grosse & platte, & tavelée de gris, & vient par glanes. La voye au Prestre, ou la poire de cadet, qui est grosse, longue & verte. La belle-&-bonne. Le petitoing. La poire de colmar. Le besi d'Hery, qui vient de la Basse Bretagne, de la forest d'Hery d'où cette poire a pris son nom ; besi ou besiere voulant dire sauvageon en Bretagne, Normandie : & cette poire est ronde, jaune & lisse, & meilleure cuite que cruë. Le chat bruslé, ou la pucelle de Xaintonge. Le bec d'oye, ou le martinsec, La poire de St. Denis, d'Angers. L'amadote, ainsi nommée de l'arbre qui fut trouvé en Bourgogne chez Dame Oudotte. Cette poire est platte, jaune, lisse, seche & musquée, dont le bois sauvage étoit tout espineux avant sa culture. La grosse-queuë, la poire de St. François, la poire de ronville, ou le gros certeau muscat d'automne. La poire de Lansac, ou la Dauphine, ou la frangipane d'automne.
 
En Novembre se mange la virgouleuse, qui vient du village de Virgoulée prés de Limoges, qu'on appelle aussi la chambrette, à cause que le Baron de Chambret en est Seigneur. Cette poire est longue & verte, & jaunit en meurissant, tres-fondante, & d'un beurré solide & extraordinaire. Elle vient au plus beau des poiriers. Il la faut cueillir en maturité. L'ambrette, la Florentine, ou poire de Florence. La Marquise, espece de bon Chrestien d'hiver. La poire de Malthe, ou caillot rosat d'hiver, ou la poire de Prestre. La poire d'espine. La Louïse-bonne, qui vient d'une Dame des Essarts en Poitou nommée Louïse. Le martinsec de Province, ou de Champagne. C'est une poire plus ronde que longue, fort colorée d'un rouge gris, dont l'eau est sucrée, & sujette à la pierre. Le parfum d'hiver, ou le bouvart musqué. Le citron musqué, la poire de maré. Le bon Chrestien d'Espagne, ou la poire de janvry, qui est grosse, longue, tres-belle, d'un rouge de vermillon, tendre & pleine d'eau. La poire de jalousie. Le besi de Quessoüet, venant de la forest de Quessoüet en Bretagne où elle est appellée roussette, ou petit beurré d'hiver. Cette poire est petite, presque ronde, fort brune & beurrée, qui a une eau excellente, relevée & vineuse. Le safran d'hiver, ou l'orange de St. Lo. La poire de rousseline.
 
En Decembre, le besi, ou muscat de l'eschasserie, jadis de villandry. Elle est grosse, en ovale, assez jaune, tres-beurrée & musquée, & vient par bouquets. La verte-longue. La mouillebouche, ou l'espine longue d'hiver : elle est d'une eau tres-fondante & tres-relevée. C'est une des plus excellentes poires. La poire de satin. Le finor, ou le petit fremon. Le sucrin noir, ou la poire de Mauritanie. L'Archiduc. Le gastellier, ou genar. L'espine de maflée. Le franc real, ou gros micet, qui est une poire grosse, & presque ronde, d'un jaune tavelé, & excellente à cuire. Le petit micet, le milan rond, espece de bergamotte. La poire d'amadonte. La poire de parmin, dont la rouge se nomme poire de Luxembourg. La gourmandine. Le portail. La poire de Portugal. La poire de St. Germain, ou de l'artheloir. Le petit certeau est une poire longue & menuë, jaune & rouge, excellente en composte & à confire. La poire de Naples.
 
En Janvier, la poire de bon Chrestien. Il y a le doré, qui est le premier meur ; celuy d'auche, qui est sans pepins, tres-long, & le meilleur de tous, & qui se colore comme les autres. Le bon Chrestien verd, qui dure jusqu'en May. Il jaunit en meurissant. Il y en a de longs, & de ronds. Le meilleur vient en calbasse. On doit ce fruit à St. Martin qui l'a apporté de Hongrie, que le peuple nommoit le bon Chrestien. D'autres disent qu'on le doit à St. François de Paule. C'est le plus ancien des fruits. Il y a aussi un bon Chrestien d'Angleterre, que quelques-uns nomment de Mauritanie, à cause que sa peau est noire & brune. Le gros beurré d'hiver, ou bon Chrestien beurré. L'orange d'hiver. Le trouvé de montagne. La poire de Prince ou le gros certeau d'hiver. Le sucrin d'hiver, le petit muscat d'hiver. La poire de livre, ou rateau gris. La poire de tresor, ou d'amour. La poire de grillon, ou bonne-amet.
 
En Fevrier, le rousselet d'hiver, le gros musc d'hiver, ou l'orange musquée, ou la poire Magdelaine. Elle est longue & verte, & jaunit en meurissant. La pastorale, qui ressemble au St. Lesin. Le martinsire, ou certeau musqué d'hiver. Elle est longue, verte & rouge, belle & lisse, dont l'eau est excellente & musquée. Le Dagobert. La donville, ou le calot, ou la poire de Provence. Le bequesne. La bergamotte de Hollande, qui est tres-grosse, ronde, verte, & beurrée. La poire verte de pereus. La poire de Pise, ou de St. Augustin. Le visbourg. La bergamotte bugi, qu'on appelle en Italie pera spina, est une grosse poire presque ronde, plus menuë vers la queuë, d'un verd jaune, fondante & beurrée, & de bonne garde. La poire de girofle. La stergonette.
 
En Mars, Avril & May, le St. Lesin, la double fleur, la bonne de soulers, la bergamotte de Pasques, ou de la grilliere, qui est verte & beurrée, & d'une eau aussi bonne que celles d'automne. La poire de Fontarabie. Gros muscat de Lyon, ou gros Romain ; bonne-foy, ou Carmelite musquée. C'est une grosse poire plus longue que ronde, jaune, & colorée de rouge, sans pierre. Le tibivilliers, ou bruta marma. La poire de Perse, ou d'Armenie, de Montrave, ou gros muscat d'hiver. La poire de chaumontel, ou gros beurré d'hiver. Elle est assez longue, d'un gris brun & rouge, qui est fondante & de bon goust, & la plus tardive des poires beurrées, qui se garde jusqu'en May. La poire de fer, ou d'hiver. La bernardiere. La gilogilles, ou garde-escosse. Le cadillac, ou de Pequiny, de citrouille, de tout temps, espece de rateau blanc. Pline fait aussi mention d'un grand nombre de poires qui étoient nommées la plus-part du nom de ceux qui les avoient apportées, ou des lieux d'où elles étoient venuës ; ce qui est arrivé aussi aux poires de nostre temps. La poire à dix fibres qui servent à nourrir ses pepins. Elle a une partie particuliere qu'on appelle la carriere, qui est un amas de petits noeuds pierreux dont plusieurs sont répandus par tout son parenchyme, mais qui sont plus prés & plus durs vers le centre du fruit ; desorte qu'ils semblent former tous ensemble comme une seule pierre ronde. Cette carriere se forme de la même maniere que celle qu'on voit dans les urines, dans les tonneaux de vin, & plusieurs autres liqueurs.
 
POIRE D'ANGOISSE, se dit d'un cadenas qui par de certains ressorts qui se laschent, quand on l'a mis dans la bouche, oblige à la tenir ouverte, & empesche de crier.
 
On dit aussi figurément, qu'on a bien mangé des poires d'angoisse, lors qu'on a été dans un état miserable, en captivité, & qu'on a souffert bien des maux.
 
POIRE À FEU. C'est une espece d'eolipile fait de cuivre en forme de poire, qui n'a qu'un petit trou par où l'on fait entrer l'eau, quand on l'y trempe étant eschauffée, & par où le vent sort avec violence, quand on la met sur du feu.
 
POIRE, est aussi un fourniment où on met de la poudre à canon pour porter dans la poche, parce qu'il est fait en forme de poire.
 
POIRE, se dit proverbialement en ces phrases. Il faut garder une poire pour la soif, c'est à dire, espargner pour le besoin. On dit aussi, Entre la poire & le fromage, en parlant de la gayeté qu'on a à la fin d'un repas. On dit aussi quand on menace quelqu'un, qu'on ne luy promet pas poires molles.

Définition de « POIRÉ » s. m.

Cidre fait de poires. Quelques-uns disent du peré. Ce mot vient de piraticum, ou de piratium. Menage.
Les mots croisés du Robert Les mots du bord de mer Les mots du bord de mer

Laissez-vous bercer par le bruit des vagues avec cette grille de mots croisés estivale !

14/07/2021