remontrance

 

définitions

remontrance ​​​ | ​​​ nom féminin

surtout au pluriel Critique motivée et raisonnée adressée à qqn pour lui reprocher son attitude. ➙ réprimande. Faire des remontrances à un enfant.
Histoire Discours par lequel le Parlement présentait au roi les inconvénients d'un édit, d'une loi.
 

synonymes

remontrance nom féminin

reproche, avertissement, blâme, critique, grief, observation, réprimande, sermon, engueulade (familier), admonestation (littéraire), harangue (littéraire), mercuriale (littéraire), objurgation (littéraire), semonce (littéraire), prêchi-prêcha (familier), savon (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Avant que son étonnement se fût exprimé, il se trouva près d'elle et dit à voix basse, d'un air bourru, comme s'il adressait une remontrance à la prisonnière.Ernest Daudet (1837-1921)
Paul, excellente nature et plein de dons naturels, ne peut cependant pas souffrir une remontrance, quelque douce qu'elle soit.Émile Zola (1840-1902)
Le sénat, placé entre lui & le peuple pour servir de médiateur, s'assembla, & convint de lui faire une remontrance à ce sujet.Sylvain Maréchal (1750-1803)
Le ton de cette solennelle remontrance me coupa net le fil de l'histoire que j'avais commencée.Édouard Corbière (1793-1875)
Elle s'en aperçut, elle crut sans doute que j'étais peiné de sa remontrance et de lui avoir fait peur.René Boylesve (1867-1926)
L'interprète s'exécuta avec un empressement qui montrait combien la remontrance de son supérieur lui avait été sensible.Paul d'Ivoi (1856-1915)
Il céda donc à sa remontrance, quoiqu'il fût un de ces caractères qui montrent d'autant plus d'opiniâtreté qu'il est question de plus frivoles bagatelles.Walter Scott (1771-1832), traduction Albert Montémont (1788-1861)
Le cardinal sentit toute la force de cette remontrance, mais elle n'attira de lui que des excuses et des compliments, qui étoit tout ce que la marquise en avoit attendu.Amédée Rouc (1828-1902)
Alors mon père, prenant un air des plus sévères, me fait une très vive remontrance.Jean-Baptiste de Marbot (1782-1854)
Le colonel exaspéré interrompit la remontrance qu'il leur adressait, et, de sa main droite blessée, saisit la rêne de ce cheval du côté hors du montoir.Stendhal (1783-1842)
Les deux jeunes gens devinrent sérieux comme des commis qui attendent une gratification au bout de la remontrance que leur fait un directeur.Honoré de Balzac (1799-1850)
Il se contenta de parler, tantôt sur un ton de remontrance, tantôt sur un air de menace, et finit, en se retournant vers moi, par me dire en ma langue.George Sand (1804-1876)
C'est une chambre d'enregistrement sans remontrance, c'est une institution ingénue, n'en parlons donc pas, je la maintiens, sans inquiétude, telle qu'elle peut être.Maurice Joly (1829-1878)
Je sentis que toute question comme toute remontrance seraient inutiles, et je renonçai à deviner son projet.Jules Lermina (1839-1915)
À quelque temps de là, j'eus la mission de déposer entre les mains du roi une remontrance impérieuse, en l'exhortant à s'entourer des plus fermes appuis de la liberté.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Tant de voyages à la cour, tant de cahiers de remontrance et de supplication en peuvent faire foi.Charles-Henry-Joseph de Batz-Trenquelléon (1835-1914)
Ceux-ci adressèrent au roi une remontrance, dans laquelle ils rappelèrent et soutinrent toutes les erreurs contenues dans leur mémoire.Jacques Bins de Saint-Victor (1772-1858)
Voyant que désormais le roi, emporté par la passion, n'écouterait aucune remontrance, il lui demanda un entretien.Émile Gaboriau (1832-1873)
Toutefois, au besoin, il ne se gênait pas pour pousser fort loin son droit de remontrance protectrice envers celui qu'il croyait avoir sacré par son accolade.Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Heyward aurait appelé vingt fois leur conducteur, et se serait hasardé à lui faire une remontrance, si l'air sombre et réservé du sauvage ne l'eût découragé.James Fenimore Cooper (1789-1851), traduction Auguste-Jean-Baptiste Defauconpret (1767-1843)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « REMONSTRANCE » s. f.

Humble supplication qu'on fait au Roy, ou à un superieur, pour le prier de faire reflexion sur les inconvenients ou les consequences d'un de ses Edits, ou de ses ordres. Le Parlement est allé en corps faire des remonstrances au Roy sur une telle Declaration.
 
REMONSTRANCE, est aussi une legere & honneste correction ou avertissement qu'on fait en general, ou en particulier, pour advertir ou corriger de quelques defauts. Les Presidents font des remonstrances, des Mercuriales à leur Compagnie & aux gens du Barreau à l'ouverture des Audiences. Une mere fait des remonstrances à sa fille, quand elle n'a pas gardé la bienseance, la modestie.
 
REMONSTRANCE, se dit aussi au Palais, d'une excuse qu'un Advocat vient faire au Barreau, quand une cause est appellée, pour la faire remettre par quelque raison qui le desire. Cet Advocat n'a pas plaidé, il n'a fait qu'une remonstrance.
Le dessous des mots Lexicovid Lexicovid

Tous les grands événements historiques contribuent à créer ou à diffuser un vocabulaire spécifique.

Marie-Hélène Drivaud 27/09/2020