cuire

 

définitions

cuire ​​​ verbe

verbe transitif
Rendre propre à l'alimentation par l'action de la chaleur, du feu (➙ cuisson). Cuire un morceau de viande. ➙ griller, rôtir ; frire.
Transformer par l'action du feu. Cuire une poterie (→ terre cuite*).
locution, familier Être dur à cuire : opposer une grande résistance. —  nom Un dur à cuire.
verbe intransitif
Devenir propre à l'alimentation par l'action du feu. La soupe cuit à feu doux. ➙ mijoter. Faire cuire.
familier (sujet : personne) Avoir très chaud. Ouvrez les fenêtres, on cuit là-dedans ! ➙ étouffer.
Produire une sensation d'échauffement, de brûlure. ➙ brûler ; cuisant. Les yeux me cuisent. ➙ piquer. —  locution Il vous en cuira : vous vous en repentirez.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je cuis

tu cuis

il cuit / elle cuit

nous cuisons

vous cuisez

ils cuisent / elles cuisent

imparfait

je cuisais

tu cuisais

il cuisait / elle cuisait

nous cuisions

vous cuisiez

ils cuisaient / elles cuisaient

passé simple

je cuisis

tu cuisis

il cuisit / elle cuisit

nous cuisîmes

vous cuisîtes

ils cuisirent / elles cuisirent

futur simple

je cuirai

tu cuiras

il cuira / elle cuira

nous cuirons

vous cuirez

ils cuiront / elles cuiront

 

synonymes

cuire

verbe transitif

[façons] bouillir, braiser, frire, griller, mijoter, mitonner, rissoler, rôtir

verbe intransitif

piquer, brûler, être en feu

brûler, cramer (familier), étouffer (familier)

(se) cuire au soleil

bronzer, (se) dorer, (se) griller, (se) rôtir

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Pendant que notre soupe cuisait, nous nous occupâmes à faire cuire, au bout de nos sabres, des morceaux de foie et les rognons du cheval, que nous trouvâmes délicieux.Adrien Bourgogne (1785-1867)
C'est là du pain tout fait ; il n'y a plus qu'à le cuire, et un peu de cendre chaude y peut suffire dans les plus modestes foyers.Jules Verne (1828-1905)
Celui-ci, trouvant la tâche pénible, et voulant toutefois obéir à son directeur spirituel, fit cuire les pois.Eugène Muller (1826-1913)
Les électriciens, ça ne doute de rien ; ils assurent que l'électricité arrivera à tout faire, à éclairer la maison, à cuire le rôti, à faire rouler les voitures, etc., etc.Noémie Dondel Du Faouëdic (1834-1915)
Quand l'imagination et le désir de posséder, inné dans l'homme, furent complétement rassasiés, nous fîmes du feu pour faire cuire une partie de notre pêche.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Faites cuire tout ce que vous aurez à cuire, et gardez pour demain matin ce que vous aurez réservé d'aujourd'hui.Henri Loëb (1805-1899)
Les lampes furent rallumées, non pour éclairer la loge, car, dans ces contrées, la nuit est presque aussi claire que le jour, mais pour cuire les aliments.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Quant à moi, je sentais ma figure me cuire comme si elle eût été plongée dans du vin.Charles Dickens (1812-1870), traduction Charles Bernard-Derosne (1825-1904)
Nous nous arrêtâmes assez de temps pour faire cuire un peu de riz, que nous mangeâmes.Adrien Bourgogne (1785-1867)
Mais, heureusement, le temps de le dessiner et de le décrire ne permit pas de le cuire, et l'on n'en servit que le foie.Jules Verne (1828-1905)
Ayant pris ensuite du beurre et du lait, avec le veau qu'il avait fait cuire, il le servit devant eux, et ils mangèrent, tandis qu'il se tenait debout près d'eux.Henri Loëb (1805-1899)
L'odeur et la vapeur provenaient de trois vases en écorce dans lesquels des squaws jetaient des cailloux, rougis au feu, pour cuire les mets.Henri-Émile Chevalier (1828-1879)
Lui aussi m'accompagna partout, et s'il n'empêcha pas le soleil de me cuire le visage, du moins fit-il son possible.Charles Des Écores (1852-1905)
Je parie cent contre un, qu'au lieu de se faire cuire la moindre chose, notre paresseux dévorera tout cela à belles dents.Gustave Aimard (1818-1883) et Jules Berlioz d'Auriac (1820-1913)
L'orfèvre, qui le savait, ordonna à sa femme de faire cuire l'oiseau pour lui et de bien prendre garde que rien n'en fût distrait.Paul Sébillot (1843-1918)
C'est ainsi que l'on fait cuire le pain qui a de la crouste 15 par dehors et de la mie 16 par dedans.Paul Sébillot (1843-1918)
Ce jour-là, on avait fait cuire une galette, et toute la maison était sens dessus dessous.Alphonse Karr (1808-1890)
Au bout de deux ou trois jours, quand ils avaient rendu toute l'huile de leur corps, on les faisait cuire.Pierre Loti (1850-1923)
Je commençai par prendre de la neige autour de moi, je la fis fondre et j'y mis du riz qui finit par cuire à demi.Adrien Bourgogne (1785-1867)
Notre colonel, qui était ce qu'on nomme un dur à cuire, voulut prendre sa revanche.Alfred de Vigny (1797-1863)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « CUIRE » v. act. & n.

Donner aux aliments une preparation convenable par le moyen de la chaleur, pour les rendre plus faciles à digerer. On le dit tant de ce qui se cuit dans le pot avec de l'eau, que de ce qu'on rostit à la broche, dans le four, sous la cendre, ou d'autre maniere ; & tant des choses solides, comme le pain, les viandes, les fruits, que des liqueurs, comme le vin, les syrops, &c. Il faut que les viandes cuisent à petit feu pour estre bonnes. Il faut qu'elles soient pourries de cuire pour faire de bonne gelée. Le secret d'un Cuisinier, c'est de faire cuire à propos les viandes. Les pois ne cuisent pas bien dans de l'eau de puits. Ce mot vient de coquere.
 
CUIRE, signifie aussi, Digerer ; & se dit de cette seconde preparation des aliments qui se fait dans l'estomac, pour les rendre propres à estre couverties en nostre substance. L'estomac s'appelle indigeste, quand il ne cuit pas bien les viandes. Il faut que la chaleur naturelle cuise bien les humeurs pour entretenir la santé.
 
CUIRE, se dit aussi de plusieurs choses qu'on employe à d'autres usages, quand on en veut rendre la consistence plus espaisse, ou en faire sortir tout à fait l'humidité. Ainsi on dit, Cuire du fil, de la soye, de la colle ; cuire de la chaux, du plastre. En Orient les briques se cuisent au Soleil, en France dans des fourneaux.
 
CUIRE, se dit aussi en parlant de cette preparation que la chaleur donne naturellement aux fruits. Le Soleil cuit les raisins, les melons & les figues, &c.
 
CUIRE, se dit quelquefois absolument du pain en particulier. Ce Boulenger cuit deux ou trois fois par jour. A la campagne tous les bourgeois cuisent à la maison. Il est deffendu de cuire les jours de Festes solemnelles. C'est une grande servitude d'aller cuire au four bannal.
 
CUIRE, se dit hyperboliquement d'une chaleur ou douleur excessive qu'on souffre. Le Soleil est si ardent en cette saison, qu'on cuit dans cette campagne. Ceux qui souffrent une grand migraine, disent que la teste leur cuit.
 
CUIRE, se dit aussi des ardeurs extraordinaires qui viennent des playes, des excoriations, fluxions, inflammations, &c. qui causent une douleur semblable à celle que cause le feu qui touche quelque partie. Une playe qui est exposée à l'air cuit davantage, que quand elle est bandée. Quand le pus se forme dans une playe, cela cuit beaucoup. Les yeux cuisent, quand ils sont rouges & enflammez.
 
CUIRE, se dit figurément en choses morales, des mauvaises suittes des affaires, qui causent de la douleur & du repentir. Il a dit une parole, il a fait une sottise qui luy cuira long-temps.
 
On appelle un boute-tout-cuire, un goinfre qui ne trouve rien de mauvais, qui veut manger en une fois tout ce qu'il y a dans une maison. On dit aussi en goinfrerie, Il est trop cuit pour manger cru, quand on a telle impatience de manger, qu'on ne veut pas donner le loisir à la viande de cuire. On dit aussi, qu'un homme est cuit, qu'il est fricassé, pour dire, que sa fortune est ruinée, que son credit, que sa reputation sont perdus. On dit aussi qu'il n'a pas la teste bien cuitte, pour dire, qu'il est un peu extravagant, qu'il n'est pas assez meur. On dit aussi, qu'un homme a du pain cuit, pour dire, qu'il a beaucoup de bien, qu'il se peut passer de travailler. On dit encore, Trop gratter cuit, trop parler nuit, pour dire, qu'il faut s'abstenir de se gratter, & de parler. On dit encore d'une place mal fortifiée, qu'on la prendroit avec des pommes cuittes ; & aussi de celuy qu'on menace de battre, Je luy rendray le visage plat comme une pomme cuitte.
Les mots croisés du Robert Les mots de l'orthographe Les mots de l'orthographe

Vous soignez votre réputation de champion(ne) en dictées toutes catégories ? Alors testez vite notre grille de mots croisés dédiée aux mots de l’orthographe !

25/11/2020