railler

 

définitions

railler ​​​ verbe transitif

littéraire Tourner en ridicule (qqn, qqch.) par des moqueries. ➙ se moquer, persifler.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je raille

tu railles

il raille / elle raille

nous raillons

vous raillez

ils raillent / elles raillent

imparfait

je raillais

tu raillais

il raillait / elle raillait

nous raillions

vous railliez

ils raillaient / elles raillaient

passé simple

je raillai

tu raillas

il railla / elle railla

nous raillâmes

vous raillâtes

ils raillèrent / elles raillèrent

futur simple

je raillerai

tu railleras

il raillera / elle raillera

nous raillerons

vous raillerez

ils railleront / elles railleront

 

synonymes

railler verbe transitif

se moquer de, bafouer, chiner, égratigner, montrer du doigt, persifler, plaisanter de, ridiculiser, se payer la tête de, charrier (familier), se ficher de (familier), se foutre de (familier), faire marcher (familier), mettre en boîte (familier), blasonner (littéraire), brocarder (littéraire), dauber (littéraire), draper (littéraire), satiriser (littéraire), se gausser de (littéraire), faire la figue à (vieux)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Jamais je n'ai entendu railler et critiquer comme elle savait le faire, et il ne faisait pas bon de lui avoir déplu.George Sand (1804-1876)
Les radicaux ne se faisaient pas faute de railler sa duperie et de flétrir sa « trahison ».Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
De temps en temps, je m'amuse à railler la justice humaine en lui enlevant un bandit qu'elle cherche, un criminel qu'elle poursuit.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Il ne se mêlait pas des affaires publiques, même pour les railler, et n'affectait pas d'insulter les rois.Marcel Schwob (1867-1905)
Comment notre siècle en progrès résisterait-il à la tentation de railler les sottises du passé ?Paul Féval (1816-1887)
Et il se délecte dans cette idée folle, qui lui permet de railler la science en blasphémant la nature.Anatole France (1844-1924)
La nécessité de railler et de donner cours à de méchants propos faisait partie de sa nature.Fedor Dostoïevski (1821-1881), traduction J.-W. Bienstock (1868-1933) et Charles Torquet (1864-1938)
Moi, j'ai peur de railler quoi que ce soit, quand je songe à la première heure de ma solitude.Paul Féval (1816-1887)
Mais s'entendre, sur ce sujet, railler par un autre, c'est à quoi on ne consent pas volontiers.Émile Gaboriau (1832-1873)
Outre le respect de l'argent, elle enseigne l'amour filial, le patriotisme, la docilité surtout, et que railler est bien vilain.Han Ryner (1861-1938)
Il ne songeait pas à railler la qualité de son hôte, et notre marquis, accoutumé à être taquiné sur ce point délicat, lui sut un gré infini de sa courtoisie.George Sand (1804-1876)
Ces petites filles avaient eu le front de railler plus d'une fois sa fière importance !Paul Féval (1816-1887)
Il s'amuse à railler premièrement à table avec la compagnie, peu après se met sur le lit où il s'endort doucement environ deux heures.Jean Héroard (1551-1628)
Et le voilà qui part à tout railler, mais avec tant de grâce, de finesse, une politesse de si bon ton, qu'on est vite consolé du change.Charles le Goffic (1863-1932)
On ne sait quel instinct vient nous railler au plus fort de notre confiance dans l'avenir.Auguste de Villiers de L'Isle-Adam (1838-1889)
Tu m'as vu repousser si durement les tentatives de nos visionnaires et railler d'une manière si impitoyable leurs hallucinations, que tu penses peut-être qu'en cet instant mon cerveau s'affaiblit.George Sand (1804-1876)
J'aurais mauvaise grâce à railler une naïveté dont j'avais ma part : ces bonnes âmes agenouillées et répandues devant des poupées m'ont paru charmantes.Anatole France (1844-1924)
Votre lettre, cher monsieur, m'a touché aux larmes, dirais-je, si je ne craignais de me faire railler par mes sceptiques lecteurs et mes gausseuses lectrices.Alphonse Allais (1854-1905)
D'aucuns essayèrent bien de railler ses études obstinées, son existence austère, sa rigide exactitude à remplir les devoirs de son état ; ils en furent pour leurs taquineries.Émile Gaboriau (1832-1873)
Les hommes se sentirent mal à l'aise sous son regard, et les femmes cessèrent de railler.Paul Féval (1816-1887)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « RAILLER » v. act.

Faire des reproches plaisans & agreables à quelqu'un, sans avoir dessein de l'offenser. Il est permis à la Satyre de railler, mais non pas de choquer & de mesdire. Ceux qui raillent finement & de bonne grace sont divertissans. Il est plus seur & plus honnête de ne point railler, de peur de querelle. Il ne parle pas serieusement, il raille, il n'a pas dessein de faire ce qu'il dit. Il ne faut jamais railler des choses saintes. Ce mot vient du Latin ridiculare, ou de riailler. Menage.
 
RAILLÉ, ÉE. part. pass. & adj.
Les mots de l’époque Chez-soi Chez-soi

J’ai envie de vous parler de Bertha Mason. Personnage marginal de Jane Eyre (1847), roman de Charlotte Brontë, elle est la première épouse cachée de Rochester.

Aurore Vincenti 06/05/2020