savoir

 

définitions

savoir ​​​ verbe transitif

(Appréhender par l'esprit)
Avoir présent à l'esprit (qqch. que l'on identifie et que l'on tient pour réel) ; pouvoir affirmer l'existence de. ➙ connaître. Je ne sais pas son nom. —  Avez-vous su la nouvelle ? ➙ apprendre. —  Elle n'en sait rien. —  J'en sais quelque chose : j'en ai fait l'expérience. —  Faire savoir. ➙ annoncer, communiquer. Je vous ferai savoir la date de mon retour. —  pronominal Tout finit par se savoir. —  (suivi d'une subordonnée) Je sais qu'il est en voyage. Savez-vous s'il doit venir ? —  littéraire (suivi d'un attribut) Je le sais honnête.
Être conscient de ; connaître la valeur, la portée de. Elle sait ce qu'elle fait. —  Être poète sans le savoir. —  familier Je ne veux pas le savoir ! —  pronominal (suivi d'un attribut) Il se sait aimé.
Avoir dans l'esprit (des connaissances organisées rationnellement). —  sans complément L'ardeur de savoir.
Être en mesure d'utiliser, de pratiquer. Il sait son métier. —  Savoir l'espagnol.
Avoir présent à l'esprit, de manière à pouvoir répéter. Savoir son rôle, sa leçon. Savoir qqch. par cœur.
(dans des locutions; sens affaibli) Être au fait de. Vous n'êtes pas sans savoir que… : vous n'ignorez pas que… —  Sachez que… : apprenez que… —  (souligne une affirmation) Il est gentil, vous savez. —  À savoir locution conjonctive : c'est-à-dire. —  Peut-on savoir ? Qui sait ? ➙ peut-être. —  Savoir si…, je me demande si… —  (avec ne) On ne sait jamais. Elle est on ne sait où. —  Ne savoir que faire, quoi faire. Ne savoir où se mettre. —  Que je sache : autant que je puisse savoir, en juger.
(+ infinitif) (Être capable de)
Être capable, par un apprentissage, par l'habitude, de. Savoir lire et écrire. —  Savoir s'exprimer.
Avoir (par aptitude, effort de volonté) la possibilité de. Savoir écouter. Savoir dire non.
(au conditionnel et en tour négatif avec ne seul) Pouvoir. « On ne saurait penser à tout » (de Musset).
régional (Nord, Belgique) Pouvoir. Elle ne sait pas rester tranquille.

savoir ​​​ nom masculin

Ce que l'on sait (I, 3); ensemble de connaissances. ➙ culture, instruction, science.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je sais

tu sais

il sait / elle sait

nous savons

vous savez

ils savent / elles savent

imparfait

je savais

tu savais

il savait / elle savait

nous savions

vous saviez

ils savaient / elles savaient

passé simple

je sus

tu sus

il sut / elle sut

nous sûmes

vous sûtes

ils surent / elles surent

futur simple

je saurai

tu sauras

il saura / elle saura

nous saurons

vous saurez

ils sauront / elles sauront

 

synonymes

savoir nom masculin

connaissance, acquis, bagage, culture, érudition, instruction, lumières, science (littéraire), [limité] lueurs, notions

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Face à ce souhait et à cette exigence, nous avons une offre concrète, à savoir l'utilisation de la biomasse et des combustibles biologiques.Europarl
C'est pourquoi j'appuie en particulier les propositions contenues dans les résolutions, à savoir donner corps à toutes ces forces qui veulent une culture de la cohabitation et de la citoyenneté.Europarl
Elle a des conséquences pour le marché commun et la situation économique des deux parties, à savoir celle du créancier alimentaire et celle du débiteur.Europarl
Cette solution – volontaire avec un principe fondamental régi juridiquement par un règlement au niveau européen – offre au consommateur la sécurité de savoir ce que garantit le certificat d'un produit.Europarl
Je trouve que la finalité de la directive, à savoir une diminution drastique de la pollution atmosphérique, est très positive.Europarl
J'aborde encore un autre point controversé, à savoir la date à laquelle le présent projet de règlement doit entrer en vigueur.Europarl
La question de savoir si le chiffre de l'année dernière correspond à celui de cette année est donc tout à fait déraisonnable.Europarl
Je voudrais conclure par une note d'autocritique avec une pensée sur laquelle nous pourrions méditer, à savoir que nous devons nous-mêmes réfléchir plus posément à notre propre stratégie.Europarl
Enfin, je voudrais évoquer un autre point, sur lequel les avis divergent encore, à savoir la question de la fiscalité et de la sécurité sociale.Europarl
La révision à mi-parcours contient deux aspects horizontaux fondamentaux, à savoir le découplage de l'aide directe et la modulation dynamique.Europarl
Je serais ravi de discuter d’un point controversé, à savoir la question des farines de poisson.Europarl
Je pense que nous devrions par principe distinguer trois domaines, à savoir from business to business, from business to customer et from customer to customer.Europarl
Je voudrais vous remercier d'avoir mentionné l'un des sujets les plus importants : les fondements juridiques, à savoir, le déblocage des lignes budgétaires dont nous disposons.Europarl
Dans le meilleur cas de figure, la société du savoir peut être la dimension sociale d'un nouveau capitalisme.Europarl
La question est donc de savoir si, politiquement, nous serions en mesure de contrecarrer la diplomatie américaine ou non.Europarl
Les députés ne sont pas sans savoir que, parmi ces recommandations, figure l'engagement à criminaliser les activités d'exploitation commerciale des enfants.Europarl
L’enjeu consiste à savoir si nous pourrons continuer à l’avenir à ne contrôler que la notation interne.Europarl
Le problème est de savoir si la collectivité doit donner une reconnaissance à des formes d'union qui ne sont pas orientées vers la transmission de la vie.Europarl
La concertation est une bonne chose et il est important de savoir d'où le vent souffle.Europarl
Si c'est le cas, je voudrais également le savoir, car alors je penserais que vous considérez ce point comme dérisoire.Europarl
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « SÇAVOIR » s. m.

Science, doctrine, erudition. Les deux Scaliger ont esté des gens de grand sçavoir, d'une grand lecture. Descartes avoit acquis un grand sçavoir par sa meditation. Cet homme fait parade de son sçavoir. C'est un miserable qui n'a ni sçavoir, ni pouvoir. Ce mot vient de sapere, Menage, qui pretend que pour cette raison il faut escrire savoir, & non pas sçavoir. Les autres le derivent de scire.
 
SÇAVOIR FAIRE, se dit aussi substantivement de l'adresse qu'on a à reüssir à quelque chose. Cet homme n'a point de bien, & cependant il subsiste par son sçavoir faire, par son industrie. On dit aussi faut sçavoir, quand on laisse à deviner quelque chose. Il est brave, galant, faut sçavoir, c'est à dire, au dernier point, à perfection. Il est bas.
 
On dit aussi, C'est un à sçavoir, pour dire, On n'est pas encore resolu si on fera telle chose. Il attend dix mille escus de recompense de son travail, c'est un à sçavoir, cela est fort douteux.

Définition de « SÇAVOIR » v. act.

Avoir beaucoup de lecture ou de meditation pour acquerir la connoissance des choses. Nous avons naturellement un desir de sçavoir. La Philosophie nous fait sçavoir les causes des effets que nous voyons. Une marque que le monde est bien vieux, c'est qu'il sçait bien des choses. Il faut sçavoir les choses à fonds, & non superficiellement.
 
SÇAVOIR, se dit aussi en parlant des connoissances qu'on rend publiques par des proclamations, affiches, ou significations. Dans les cris publics on fait sçavoir à tous qu'il appartiendra. Les sentences portent, A tous ceux qui ces presentes verront, salut, sçavoir faisons que &c. On luy a declaré & fait à sçavoir par une signification expresse, qu'il eust à desloger ; qu'il y avoit eu un tel arrest, à ce qu'il n'en pretendist cause d'ignorance. En beaucoup de lieux les sentences & les contracts commencent par ces mots, Sçachent tous.
 
SÇAVOIR, se dit aussi des connoissances de simples faits, des particularitez. Je sçay ce qui s'est passé. Je sçay le respect qu'on doit aux Puissances. Je ne veux rien sçavoir de tout ce qu'il a dit contre moy. Faites moy sçavoir le detail de cette action. Je sçay tout ce qu'on peut dire là-dessus. Il n'y a point d'Auteur, que je sçache, qui ait parlé de cette matiere. Que sçait-on s'il n'y a point d'hommes dans la Lune ? Que sçavons-nous combien nous avons encore à vivre ? Je veux bien qu'on sçache tout ce que je fais.
 
SÇAVOIR, se dit encore de ce qui se fait avec connoissance, avec reflexion. Ce Prince sçait bien ce qu'il fait, il ne se trompe gueres ; il sçait bien tenir ses sujets dans le devoir ; il a bien monstré ce qu'il sçavoit faire. Ce Poëte sçait bien tourner des vers, une pensée. Il a esté tellement troublé & interdit par cet accident, qu'il n'a sceu ce qu'il disoit, ni ce qu'il faisoit. JESUS-CHRIST a demandé pardon pour les Juifs, parce qu'ils ne sçavoient pas ce qu'ils faisoient.
 
SÇAVOIR, se dit aussi des connoissances qui sont simplement en la memoire. Il sçait tout son Office par coeur. Il sçait sa leçon sur le bout du doigt. Il sçait cela comme son Pater.
 
SÇAVOIR, se dit aussi d'une action, d'un témoignage de la volonté. Quand quelqu'un nous rend service, il faut luy en sçavoir gré. Je sçay bon gré aux Auteurs qui censurent les vices, qui ne flattent point. Je luy sçais mauvais gré d'avoir escrit une telle proposition.
 
SÇAVOIR, se dit aussi des forces & puissances corporelles, & sur tout avec la negative. On ne sçauroit assez blasmer le luxe, le libertinage du siecle. On ne sçauroit lever ce fardeau qu'avec des machines. On ne sçauroit venir à bout de reformer le monde. Vous ne sçauriez reüssir en cette entreprise, il la faut laisser là.
 
SÇAVOIR, ou, C'EST À SÇAVOIR, se dit aussi adverbialement, & sur tout des choses qui sont distribuées par articles. Dans la despense d'un compte on dit, Il a été payé, sçavoir, tant à un tels par telle quittance. Son bien est en differente nature, sçavoir en argent, en rentes, en terres.
 
SÇAVOIR, se dit proverbialement en ces phrases. On dit qu'un homme sçait le tran tran des affaires, qu'il en sçait le pair & la praise, pour dire, qu'il en connoist la conduite, qu'il en sçait le fonds ou le fin. On dit qu'il sçait le païs, qu'il sçait la carte, pour dire, qu'il sçait se conduire prudemment. On dit qu'il sçait plus que son pain manger, pour dire, qu'il a de l'experience du monde. On dit aussi, Qui ne sçait son mestier, l'apprenne, quand on voit un Artisan qui reüssit mal en quelque art, & qui s'y ruine. On dit qu'un homme sçait mieux qu'il ne dit, quand on veut l'accuser de parler contre sa conscience. On dit aussi, qu'il ne sçait rien de rien, quand il n'est pas adverti de ce qui se passe, de ce qui se fait contre luy. On dit aussi, Je ne sçay ce que c'est, pour faire une denegation. On ne sçait qui meurt, ni qui vit. On dit en termes de mépris, une je ne sçay qui, pour dire, une femme de mauvaise vie ; &, un je ne sçay quoy, des choses dont on ne peut pas trouver la vraye expression.
 
SCEU, EUË. part. pass. & adj.
 
SCEU, est aussi subst. Cela a été fait au veu & sceu de toute la terre. Quand on jouït d'un heritage au veu & sceu d'un autre, on acquiert prescription contre luy.
Le mot du jour Infirmière, infirmier Infirmière, infirmier

Il faut la fermeté et la solidité des infirmières et des infirmiers pour soutenir la fragilité des infirmes.

Aurore Vincenti 12/05/2020