couler

 

définitions

couler ​​​ verbe

verbe transitif
Faire passer (un liquide) d'un lieu à un autre. ➙ transvaser, verser.
Jeter (une matière en fusion) dans le moule. ➙ coulage. Couler du bronze. Couler une cloche. —  Couler du béton.
Couler une bielle, faire fondre l'alliage dont elle est revêtue.
Faire passer, transmettre discrètement. ➙ glisser. Couler un mot à l'oreille de qqn.
Couler une vie heureuse, des jours heureux. ➙ passer. —  familier Se la couler douce.
verbe intransitif
(liquides) Se déplacer, se mouvoir naturellement. ➙ s'écouler. Eau qui coule d'une source. ➙ jaillir, sourdre. —  Couler à flots. ➙ ruisseler. —  Laisser couler ses larmes. Le sang coulait de la blessure. —  locution Cette histoire a fait couler beaucoup d'encre, on en a beaucoup parlé.
S'en aller rapidement. ➙ s'écouler. L'argent lui coule des doigts. Le temps coule. ➙ passer. —  locution Couler de source : être évident, être une conséquence logique ou naturelle. ➙ découler.
Laisser échapper un liquide. ➙ fuir. Le robinet coule. Avoir le nez qui coule. —  Se liquéfier. La bougie coule. Fromage qui coule.
verbe intransitif S'enfoncer dans l'eau (objet flottant, navire, être vivant). Le bateau a coulé à pic. ➙ sombrer. —  au figuré Son entreprise a coulé. ➙ péricliter.
verbe transitif Faire sombrer.
au figuré Ruiner (qqn, une entreprise), discréditer (qqn).

se couler ​​​ verbe pronominal

(personne ; animal) Passer d'un lieu à un autre, sans faire de bruit. ➙ se glisser. Se couler dans son lit.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je coule

tu coules

il coule / elle coule

nous coulons

vous coulez

ils coulent / elles coulent

imparfait

je coulais

tu coulais

il coulait / elle coulait

nous coulions

vous couliez

ils coulaient / elles coulaient

passé simple

je coulai

tu coulas

il coula / elle coula

nous coulâmes

vous coulâtes

ils coulèrent / elles coulèrent

futur simple

je coulerai

tu couleras

il coulera / elle coulera

nous coulerons

vous coulerez

ils couleront / elles couleront

 

synonymes

se couler verbe pronominal

se glisser, se faufiler

s'introduire, pénétrer

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ensuite, je voudrais encore voir couler de l'eau chaude aux robinets, chose qu'on n'a pas du tout eue sous cette nouvelle législature.Europarl
C'est une éponge qu'il m'est impossible de presser sans faire couler à travers mes doigts le pus des passions sales.Georges Darien (1862-1921)
Il est impossible, il est moralement impossible qu'une seule goutte de celui de cet homme cruel puisse couler dans vos veines....Marquis de Sade (1740-1814)
Près de lui, je sais montrer de la sévérité ; de loin, toutes mes faiblesses de mère se réveillent et la pensée de ses larmes fait couler les miennes.George Sand (1804-1876)
La fraude aux droits d'accises a ainsi fait couler la presque totalité de certaines branches de l'industrie par le biais de la garantie 100 %.Europarl
Rien ne m'ôtera la conviction que, dans l'hypnose, il y a une « influence » de l'hypnotiseur sur son sujet, « influence » étant compris dans son sens étymologique (fluere, couler).Charles Burlureaux (1851-1927)
Nous sommes d'accord sur ce que nous pensons être bien établi, sur quelque chose qui nous semble couler de source et que nous demandons depuis longtemps.Europarl
Nous ne pouvons pas laisser couler le robinet des iniquités et croire que le vase ne débordera jamais.Europarl
L'eau commençait à couler en ruisseaux plus rapides entre les galets et à tourbillonner autour des roches.Mayne Reid (1818-1883), traduction Allyre Bureau (1810-1859)
Cela est si cruel que lui, l'homme fort et courageux, il sent couler de ses yeux des larmes qui se figent immédiatement.Madame Henri de la Ville de Mirmont (1860-1933)
Il para de tout son corps en se laissant couler à terre et remonta sur sa bête au même instant.Edmond About (1828-1885)
Louise se tordait de souffrance en entendant ces paroles, qui faisaient couler la flamme jusqu'au plus profond de ses veines.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
J'avais les nerfs si excités, la tête si malade, que je sentis des larmes de dépit ou de regret couler aussi sur mon visage.George Sand (1804-1876)
Elle regardait en souriant couler une larme de pourpre sur son bras aussi blanc que le marbre.Alfred de Musset (1810-1857)
Elle cacha sa tête dans ses mains, et, livrée à une des plus fortes séductions que la femme ait jamais bravées, elle laissa couler ses larmes.George Sand (1804-1876)
L'amour qui s'afflige des plaisirs dont il n'est pas l'auteur, est malheureux aussi des larmes mêmes qu'il n'a pas fait couler, et dont il ne tarit pas la source.Gustave de Beaumont (1802-1866)
Puis, adoucie par ce mélange, il l'avalait avec recueillement, la sentant couler, tout le long de sa gorge, jusqu'au fond de son estomac.Guy de Maupassant (1850-1893)
L'application du principe d'égalité des chances dans tous les secteurs de la société semble couler de source, mais en même temps, on en est très éloigné dans la réalité.Europarl
Puis je sentis des larmes brûlantes couler le long de mon visage, et je la revis devant moi.Charles Dickens (1812-1870), traduction Paul Lorain (1799-1861)
L’argent doit en fait pouvoir couler et nous devons être sûrs qu’il va aux bonnes personnes.Europarl
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COULER » v. n. & act.

Se mouvoir avec fluidité & par une pente naturelle. Il se dit premierement du cours ordinaire des eaux. Les rivieres coulent ordinairement vers le Nord, ou vers le Midy. Il y en a quelques-unes, comme le Danube, & le fleuve de St. Laurens, qui coulent d'Occident en Orient. Les gelées empêchent que les rivieres ne coulent. Ce mot vient du Latin colare, qui signifie, Faire passer une liqueur par quelque linge.
 
On le dit aussi des humeurs & des sucs enfermez dans les vaisseaux des corps animez, lors qu'ils montent, qu'ils descendent, & qu'ils circulent. Le sang coule des veines dans les arteres, & des arteres dans les veines. Les rheumes, les fluxions coulent du cerveau. Les larmes coulent par les yeux, la sueur par les pores. Le suc qui nourrit les vegetaux coule & monte le long de leurs fibres : & quand on dit que la vigne coule, on entend que le suc qui devoit nourrir le fruit s'échappe avant qu'il soit noüé.
 
COULER, signifie aussi, Filtrer, rendre clair, espuré, moins gluant, plus fluide. On coule l'hypocras par la chausse, le blanc d'oeuf par le papier gris, le mercure par le chamois pour les espurer. Quand l'encre est trop espaisse, on y met de l'eau pour la faire couler. Le bon vin doit estre sec, & couler dans la gorge.
 
On dit, que la chandelle coule, quand on y a meslé du suif de pourceau, qui n'a pas assez de consistence pour soustenir celuy qui est fondu, & qui sert d'aliment au feu de la mesche ; ou bien quand quelque bout de mesche est tombé sur les bouts, qui les a fondus.
 
COULER, signifie aussi, Verser de l'eau sur des cendres, ou des terres, pour en tirer le sel lexivial, soit des mineraux, soit des vegetaux. Le salpestre se fait à force de couler de l'eau sur les terres nitreuses, qu'on fait ensuite évaporer, quand elles sont bien impregnées de leurs sels. La lescive ordinaire se fait en coulant de l'eau chaude sur des cendres de bois neuf, ou de gravelée, qui en destache les sels qui blanchissent le linge.
 
COULER à fond un vaisseau, c'est le percer à coups de canon dans les oeuvres vives, ou l'ouvrir en quelque autre maniere que ce soit pour y faire entrer l'eau & le submerger. Les Capitaines font quelquefois couler à fond leurs chalouppes, pour oster aux Matelots l'esperance de se sauver. On dit absolument, qu'un vaisseau coule à fond, quand par quelque accident que ce soit il s'y est fait des voyes d'eau qu'on ne peut espuiser. On dit pareillement, Couler bas, pour dire, Enfoncer & faire perir un vaisseau. On dit au contraire, qu'un muid coule, quand il ne joint pas assez bien pour contenir la liqueur qui y est enfermée.
 
COULER, se dit aussi des autres choses fluides. L'air se coule à travers les plus petites ouvertures. La matiere subtile ou le premier élement se coule dans tous les corps. La lumiere se coule & traverse les pores du verre. On dit même que le temps coule, pour dire, qu'il passe promptement & legerement.
 
COULER, se dit aussi du mouvement des corps solides qui s'eschappent, & qui tombent, quand ils trouvent de la pente. Il a coulé trois chevrons de dessus cette grange, qui n'estoient pas bien chevillez. La mort de ce Tapissier vient de ce qu'une eschelle a coulé sous luy. Le bled coule par un trou de ce sac qui est percé. Le temps humide fait que le sable de cette horloge ne coule pas. Ce chassis a de la peine à couler dans sa coulisse.
 
COULER, signifie encore, Mettre quelque chose en quelque lieu, entrer en quelque maison, s'y glisser avec adresse. Cet amant a sceu couler son poulet par le secours d'une confidente. Ce plaideur a gagné sa cause, parce qu'il a fait couler quelque argent en la main du Secretaire & du Juge. Le Notaire a fait couler cette clause dans ce testament en faveur d'un de ses amis. Les couppeurs de bourse sont adroits à couler la main dans la poche. On ne fait gueres de payements qu'il ne s'y coule quelques pistoles fausses ou legeres. Ce domestique s'est coulé, s'est insinué adroitement dans la maison de ce Prince.
 
COULER, presque en ce sens, se dit de ce qu'on fait legerement, secrettement, sans bruit. Ce prisonnier s'eschappa à la faveur de la foule où il se coula. La nuit est favorable aux secours qu'on veut faire couler dans une ville assiegée.
 
Il signifie aussi, Passer dans un defilé, soit un à un, soit en petit nombre. Coulez vous les uns aprés les autres dans cette porte, dans ce mauvais pas.
 
COULER, se dit figurément en choses spirituelles & morales, du discours, du stile, des opinions. Cet Orateur a une éloquence naturelle, ses paroles coulent aisément ; son stile est facile & coule bien. Les vers de ce Poëte coulent de source, c'est à dire, il travaille de genie ; il a traitté des endroits fort delicats, sur lesquels il a coulé legerement. Il y a mille superstitions qui n'ont aucun fondement, qui se sont coulées dans l'esprit du peuple.
 
COULER, en termes de danse, signifie, Porter sa jambe doucement, legerement & à fleur de terre. La danse consiste à sçavoir bien couler, coupper & piroüetter.
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020