dérober

 

définitions

dérober ​​​ verbe transitif

littéraire Prendre furtivement (ce qui appartient à autrui). ➙ subtiliser, voler. Dérober une montre.
au figuré Obtenir (qqch.) par des moyens peu honnêtes. Dérober un secret. ➙ surprendre. —  Dérober un baiser, embrasser (qqn) par surprise.
(sujet : chose) Masquer, dissimuler.
littéraire Cacher ou éloigner de qqn. Dérober son regard.

se dérober ​​​ verbe pronominal

Se dérober à : éviter d'être vu, pris par (qqn). ➙ échapper, se soustraire. Se dérober aux regards. —  au figuré Se dérober à son devoir. ➙ manquer à.
Éviter de répondre, d'agir. Elle cherche à se dérober.
S'éloigner, s'écarter de qqn. Il lui prit le bras ; elle ne se déroba pas.
spécialement (cheval) Faire un écart pour éviter l'obstacle à franchir.
(choses) Se dérober sous, s'effondrer. Le sol se dérobe sous ses pas.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je dérobe

tu dérobes

il dérobe / elle dérobe

nous dérobons

vous dérobez

ils dérobent / elles dérobent

imparfait

je dérobais

tu dérobais

il dérobait / elle dérobait

nous dérobions

vous dérobiez

ils dérobaient / elles dérobaient

passé simple

je dérobai

tu dérobas

il déroba / elle déroba

nous dérobâmes

vous dérobâtes

ils dérobèrent / elles dérobèrent

futur simple

je déroberai

tu déroberas

il dérobera / elle dérobera

nous déroberons

vous déroberez

ils déroberont / elles déroberont

 

synonymes

dérober verbe transitif

voler, détourner, s'emparer de, escamoter, escroquer, extorquer, piller, soustraire, subtiliser, barboter (familier), chaparder (familier), chiper (familier), choper (familier), chourer (familier), faucher (familier), piquer (familier), rafler (familier), friponner (vieux), gripper (vieux)

[littéraire] enlever, ôter, retirer, soustraire

dérober aux regards, à la vue

cacher, dissimuler, masquer, voiler

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Abernethy m'a pris sous sa direction et je suis tenu de me dérober à vos excellentes cuisines de campagne.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Parce que, pendant vingt-trois ans, j'ai voulu me dérober aux poursuites de la justice brésilienne.Jules Verne (1828-1905)
Je mettais une joie maligne à dérober ainsi ce trésor à la rapacité des hommes.Théophile Gautier (1811-1872)
Étant donné qu'aucune excuse ne me dispenserait de rendre à l'avenir ce sincère témoignage, je ne pouvais me dérober.Charles Flor O'Squarr (1830-1890)
Tout autre attitude consisterait à se dérober pendant des années derrière une politique jamais tenue et à reporter la chose aux calendes grecques.Europarl
Je passais là en extase toutes les heures que je pouvais dérober à mon travail.George Sand (1804-1876)
On peut chercher à leur dérober leur secret ; peine inutile, le travail, qui mène à tout, ne mène pas à la science du théâtre.Émile Zola (1840-1902)
C'est ainsi que la nature, tout en voulant se dérober aux regards, révèle l'essence de ses antinomies.Fredéric Nietzsche (1844-1900), traduction Henri Albert (1869-1921)
C'est pourquoi il baissa un instant la tête, et passa sa main tremblante sur ses yeux pour les dérober aux regards de l'assemblée.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Ses lèvres étaient habituellement couvertes d'aphtes, qui saignaient et qu'il pansait avec des applications de papier, pour les dérober au contact de l'air.Georges Ohnet (1848-1918)
Elle renfermait un paquet qui ne lui appartenait point et qu'il eut hâte de dérober à la curiosité comme aux questions que cet objet pourrait faire naître.Oscar Méténier (1859-1913)
C'est pour eux un assez grand sacrifice que de dérober à leurs intérêts et à leurs affaires quelques instants pour la surveillance qui leur est confiée.François Guizot (1787-1874)
On était obligé de dérober à leur fureur un mourant qui les avait si généreusement combattus, et qui tant de fois les avait épargnés !Marie-Louise-Victoire de Donnissan La Rochejaquelein (1772-1857)
Ils s'injurièrent et se seraient battus si le temps ne leur eût semblé précieux pour dérober d'autres objets, avant l'arrivée d'autres compagnons de pillage.George Sand (1804-1876)
Ce serait bien le diable si un pauvre talent comme le mien ne pouvait se dérober aux regards.George Sand (1804-1876)
Mes précautions pour vous dérober mes traces sont trop bien prises ; vous serez toujours pour moi l'homme qui m'a ouvert un monde de sensations nouvelles.Théophile Gautier (1811-1872)
Les fugitifs avaient intérêt à l'atteindre afin de se dérober, sur le versant opposé, à la vue des maoris.Jules Verne (1828-1905)
Vous lui avez fait grâce afin de vendre sa liberté à sa famille ; mais vous ne réussirez pas à me dérober cette proie, la seule que j'aie exigée de vous.George Sand (1804-1876)
Les enchanteurs pourraient peut-être me dérober la victoire, mais diminuer mon courage, je les en défie.Miguel de Cervantès Saavedra (1547-1616), traduction Charles Furne (1794-1859)
Il s'ennuya des récriminations et de l'emphase, et prit la résolution de se dérober à ce régime malsain.Albert le Roy (1856-1905)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « DEROBER » v. act.

Prendre le bien d'autruy, & à son insceu. Ce qu'on a derobé est sujet à une perpetuelle revendication. Les couppeurs de bourse derobent fort adroitement. Les valets qui ferrent la mule derobent leurs maistres. On derobe la peine des pauvres gens, quand on ne les paye pas bien. Ce mot vient de rober, & de robe, derivez de raupa, Menage ; ou de l'Allemand rauben, sur lequel l'Italien a formé robare, & l'Espagnol rubar.
 
DEROBER, se dit figurément en choses spirituelles & morales. Les Auteurs se derobent les uns aux autres leurs pensées, les Machinistes leurs inventions. Alexandre ne voulut pas combattre de nuit, disant que c'étoit derober la victoire. Il ne faut pas derober la gloire qui est deuë aux belles actions. Ce valet derobe quelques heures au sommeil pour estudier. Il faut se derober quelquefois un repas pour se bien porter.
 
DEROBER, signifie aussi, S'eschapper, disparoistre. Par un bris de prisons on se derobe aux rigueurs de la Justice. Une Comete se derobe peu à peu à nostre veuë, s'en éloigne, disparoist. Je m'ennuyois en cette assemblée, je m'en suis derobé secrettement. Un banqueroutier se derobe la nuit, s'évade. Les contemplatifs se derobent à la veuë du monde pour vivre en retraite.
 
On dit en Fauconnerie, Derober les sonnettes, quand l'oiseau s'écarte & s'en va sans le congé de son maistre, & luy emporte ses sonnettes.
 
DEROBER, se dit aussi de ce qu'on fait secrettement & en cachette. On appelle escalier derobé, un petit escalier par lequel on se peut eschapper secrettement & à l'insceu des autres. On dit en amour, que les baisers, les plaisirs derobez sont doux, pour dire, ceux qu'on prend en cachette & à l'insceu des rivaux. On dit aussi, qu'on derobe un baiser à sa maistresse, quand on le prend par force ou par surprise.
 
DEROBER, en termes de Manege, se dit d'un cheval qui tâche à s'échapper de dessous le Cavalier en le surprenant. On dit aussi, qu'un cheval a le pied derobé, lors qu'il manque de corne pour le ferrer, & qu'elle s'est usée à force de marcher pied nud.
 
On dit proverbialement à un homme qui achete trop cher une chose, qu'il ne l'a pas derobée, qu'il l'a bien payée : & au contraire celuy qui refuse de la donner à vil prix, dit qu'il faudroit qu'il l'eust derobée.
 
DEROBÉ, ÉE. part. pass. & adj.
 
A LA DEROBÉE. adv. En cachette, & en menageant son temps. Cet amant ne peut voir sa maistresse qu'à la derobée. Un valet studieux ne peut vaquer à l'estude qu'à la derobée, en prenant le temps où son maistre n'a pas besoin de luy. Les paysans vont chasser & pescher à la derobée, la nuit & clandestinement.
Le mot du jour Ce qu’autorise le couvrefeu Ce qu’autorise le couvrefeu

On peut écrire plusieurs types de billets sur la langue. Il y a d’abord ceux des passionnés, des exégètes, qui vous font goûter avec une verve jubilatoire les mille et une richesses truculentes de l’histoire d’un mot.

Arnaud Hoedt et Jérôme Piron 03/11/2020