Top 10 des mots d’Halloween

Top 10 des mots

Chaque année, le 31 octobre, des enfants de nombreux pays se déguisent en des personnages fantastiques et vont récolter des friandises de porte en porte tandis que des citrouilles sculptées arborent des sourires effrayants… C’est Halloween ! Cette fête païenne d’origine celte est répandue depuis longtemps dans les pays anglo-saxons. Popularisée par les films d’horreur, elle s’est propagée dans le courant des années 1990, assortie de toute son imagerie gentiment effrayante. Squelette, fantôme, lanterne, sorcière, autant de mots associés à cet évènement et dont je vous propose de découvrir l’origine. Tremblez !

10. Sort

« Des bonbons ou un sort ! » : telle est la menace que lancent les enfants déguisés le jour d’Halloween lorsqu’ils frappent aux portes du voisinage. C’est l’équivalent de la formule anglaise trick or treat, « un sort ou un cadeau ». Le mot sort est issu du latin sors, sortis qui désigne un objet tiré au hasard, puis le tirage au sort et son résultat. Dans le domaine de la divination, il signifie « oracle, prophétie » et « destinée ». Si sort a hérité de la plupart des sens du mot latin, il désigne aussi depuis le XIe siècle un effet magique, généralement néfaste, qui résulte de la pratique de la sorcellerie. Alors mieux vaut faire des réserves de sucreries pour le jour J !

9. Déguisement

Fantôme, sorcière ou vampire, les déguisements et maquillages terrifiants sont indissociables d’Halloween. Cette coutume date de l’époque celtique où les villageois défilaient dans les rues, déguisés en animaux ou en créatures effrayantes pour tromper les mauvais esprits et s’en protéger. Apparu à la fin du XIIe siècle, déguisement vient du verbe déguiser, formé lui-même du mot guise « manière », que l’on retrouve dans à sa guise « à sa manière, selon son goût » ou en guise de « en manière de, comme ». Porter un déguisement, c’est donc littéralement modifier sa manière d’être habituelle.

8. Squelette

Le squelette, ensemble des os qui constitue la charpente des vertébrés, est depuis le XVIIe la figure personnifiée de la mort, notamment lorsqu’il est représenté avec une faux à la main. Il fait ainsi partie de l’imagerie d’Halloween en tant que déguisement ou décoration. Il est aussi associé au Jour des Morts (Día de los Muertos), commémoration festive célébrée au Mexique le 1er novembre. Mais saviez-vous que le mot squelette, qui date du XVIe siècle, est d’origine grecque ? Il vient en effet de l’adjectif skeletos qui signifie proprement… « desséché » !

7. Lanterne

Tout comme lampe, le mot lanterne vient du latin lampas, lampadis « torche, flambeau », lui-même emprunté au grec lampas, lampados, de même sens. À l’origine, les célèbres lanternes d’Halloween étaient fabriquées à partir de navets. C’est au XIXe siècle que des Irlandais ayant émigré aux États-Unis ont remplacé le navet par la citrouille, davantage cultivée sur ces terres. Ces lanternes sont appelées en anglais jack-o’-lanterns, en référence à un conte très ancien, dans lequel un certain Jack est condamné à errer au purgatoire avec pour tout éclairage un navet creusé renfermant une bougie.

6. Fantôme 

Voilà un déguisement facile à réaliser : un drap blanc avec deux trous pour les yeux suffit à vous transformer en spectre venu hanter les vivants ! Le mot apparaît en français au XIIe siècle au sens de « apparition trompeuse » et prend rapidement celui de « apparition surnaturelle d’une personne morte ». Il a pour origine le grec phantasma « apparition, vision », dont la forme ionienne *phantagma s’est altérée en *phantauma. Fantôme a donc la même origine que les mots fantasme, fantaisie, phénomène, mais aussi l’adjectif pantois (« qui a des visions ») et le prénom Tiphaine.

5. Toussaint

Si Halloween a toujours été une fête païenne, on l’associe volontiers à la fête catholique de la Toussaint qui est célébrée le lendemain, 1er novembre. La date de la Toussaint aurait d’ailleurs été choisie par l’Église pour coïncider avec la fête celtique de Samain, à l’origine d’Halloween. Mais s’il est d’usage d’honorer les disparus le 1er novembre, la fête des morts a lieu le 2 novembre. La Toussaint, c’est initialement la fête des Saints catholiques, comme nous le rappelle l’étymologie : le mot vient de feste Toz Sainz « la fête de tous les saints ».

4. Sorcière

L’ombre de la sorcière chevauchant son balai plane sur Halloween ! La sorcière est une femme souvent vieille et laide qui pratique une magie de caractère primitif, secret et illicite. C’est un personnage majeur de la culture populaire, pendant négatif de la fée, notamment dans les contes pour enfants. Le mot, attesté d’abord au féminin, vient du latin populaire sortiarius « diseur de sorts ». Dans les communautés celtes, on pratiquait autrefois un rituel de protection contre les sorcières en jetant au feu l’effigie d’une vieille femme.

3. Citrouille

Légume d’automne par excellence, la citrouille est la décoration emblématique de la fête d’Halloween. Elle est creusée pour accueillir une bougie et sculptée afin de figurer un visage effrayant. Étonnamment, l’étymologie rapproche la citrouille d’un végétal très différent : le citron. En effet, citrouille est l’altération, par analogie avec des mots français en -ouille, de citrole, issu du latin citreum « citron ». C’est en raison de la couleur jaune de la chair des citrouilles que la courge a été nommée d’après le nom du fruit.

2. Vampire

Fantôme sortant de son tombeau la nuit pour sucer le sang des vivants, le vampire fait partie du cortège de créatures surnaturelles et effrayantes qui arpentent les rues le 31 octobre. Le mot a été emprunté en 1738 à l’allemand Vampir, lui-même pris au serbe. Il pourrait remonter au turc uber « sorcière ». Certains vont en conclure que l’ubérisation de l’économie mondiale équivaut à une vampirisation… Il n’y a en tout cas aucun rapport étymologique entre ces mots !

1. Halloween

Et le mot Halloween lui-même, alors ? Le nom de la fête intègre le vocabulaire français au milieu du XXe siècle, bien après son apparition en anglais, datée de 1556. C’est la contraction de all hallow even, littéralement « veille de tous les saints », donc « veille de la Toussaint ». Et puisque cette rubrique est consacrée aux mots, je ne résiste pas à terminer ce classement par cette citation du Canadien Jacques Ferron, présente dans le Petit Robert : « Chaque mot, c'est une histoire qui surgit, comme un enfant masqué, dans ton dos, un soir d'Halloween ».

Monstre, friandise ou encore loup-garou, découvrez l’origine et l’histoire d’autres mots de l’univers d’Halloween dans nos dictionnaires numériques.

 

 

© Alexander Raths

Recommandés pour vous

Top 10 des mots