corpulent

 

définitions

corpulent ​​​ , corpulente ​​​ adjectif

Qui est de forte corpulence. ➙ gras, gros.
 

synonymes

corpulent, corpulente adjectif

fort, gros, lourd, obèse, massif, mastoc (familier)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Maston était assez corpulent pour exercer sur elle une attraction irrésistible, et, quant à la distance, elle serait absolument nulle, s'ils pouvaient jamais être l'un à l'autre.Jules Verne (1828-1905)
Un homme court et corpulent, plutôt porté que poussé par le conducteur, se précipite.Paul Bourget (1852-1935)
Sous ses massives apparences, cet opulent et corpulent personnage dissimulait une clairvoyance très-exercée et l'esprit le plus délié.Émile Gaboriau (1832-1873)
Une belle femme se penchait vers un homme, très corpulent, à la tête rasée, qui lui parlait tout bas d'un air tendre.Judith Gautier (1845-1917)
Il était là, vultus instantis tyranni, en cet homme corpulent, en perruque, en dentelles, à la face jaune.Arthur Conan Doyle (1859-1930), traduction Albert Savine (1859-1927)
Il offrit d'abord un manteau candiote et un pantalon pas tout à fait assez étroit pour crever au plus corpulent des deux compagnons.Guillaume Apollinaire (1880-1918)
Il est vrai qu'ici le volume supplée au nombre : le gibier choisi est corpulent, dodu, capable de suffire amplement à l'appétit du ver.Jean-Henri Fabre (1823-1915)
Il y eut surtout un certain abbé, corpulent et peu agile, qui ne pouvait passer.Judith Gautier (1845-1917)
Là trônait un avoué, un avoué corpulent, débordant, suintant, flanqué de trois clercs, au milieu d'un chaos de cartons, de dossiers et de parchemins.Louis Dumure (1860-1933)
Il était grand, gros, très fort, corpulent sans être obèse, de charpente ramassée et musculeuse.Romain Rolland (1866-1944)
Afficher toutRéduire
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020