presser

 

définitions

presser ​​​ verbe transitif

Serrer (qqch.) de manière à extraire un liquide. Presser des oranges. —  au participe passé Orange pressée. ➙ jus.
Serrer pour comprimer, marquer une empreinte. Presser un disque, l'éditer à partir d'une matrice.
Serrer ou appuyer fortement. Presser qqn dans ses bras, contre, sur sa poitrine. ➙ étreindre.
Exercer une poussée sur. ➙ appuyer. Pressez le bouton.
au figuré
(sujet : personne) Pousser vivement (qqn) à faire qqch. Il presse ses amis d'agir.
Faire que (qqn) se dépêche, se hâte. ➙ bousculer. Rien ne vous presse.
(complément : chose) Mener plus activement. Il faut presser les choses. ➙ accélérer, activer, hâter. Presser le pas : marcher plus vite.
Presser qqn de… : harceler. On la presse de questions.
Inciter à faire rapidement. On le presse de s'expliquer.
intransitif Être urgent ; ne laisser aucun délai. Le temps presse. Rien ne presse, on a tout le temps.

se presser ​​​ verbe pronominal

S'appuyer fortement. L'enfant se pressait contre sa mère. ➙ se blottir.
Être ou se disposer en foule compacte. ➙ s'entasser, se masser. Les gens se pressaient à l'entrée.
Se hâter. ➙ se dépêcher ; pressé. Sans se presser, en prenant son temps. Se presser de (+ infinitif). —  familier (ellipse de nous) Allons, pressons !
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je presse

tu presses

il presse / elle presse

nous pressons

vous pressez

ils pressent / elles pressent

imparfait

je pressais

tu pressais

il pressait / elle pressait

nous pressions

vous pressiez

ils pressaient / elles pressaient

passé simple

je pressai

tu pressas

il pressa / elle pressa

nous pressâmes

vous pressâtes

ils pressèrent / elles pressèrent

futur simple

je presserai

tu presseras

il pressera / elle pressera

nous presserons

vous presserez

ils presseront / elles presseront

 

synonymes

se presser verbe pronominal

se dépêcher, accélérer, aller vite, courir, s'empresser, se hâter, hâter le mouvement, se précipiter, foncer (familier), se grouiller (familier), se manier (le train, le popotin, le cul) (familier)

se bousculer, affluer, s'entasser, se masser, se tasser

ne pas se presser

prendre son temps

se presser l'un contre l'autre, dans les bras l'un de l'autre

se blottir, se pelotonner, se serrer, s'embrasser

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Elle peut bien presser le développement de certains instincts qui sommeillent dans l'animal, mais elle ne l'initie pas à une vie nouvelle.Émile Durkheim (1858-1917)
Il me parut fort content de la première impression, et il me dit qu'il augurait bien du voyage, mais qu'il ne fallait rien presser.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
Celui qui eut la place du deffunt ne se fit pas presser pour en donner.Gatien de Courtilz de Sandras (1644-1712)
Je serais obligé de leur dire mon nom avant qu'ils me voulussent presser dans leurs bras.François-René de Chateaubriand (1768-1848)
Il est inutile de se presser, mais il faut bien sûr se mettre au travail.Europarl
Mais aussitôt, comme effrayé de se trouver séparé du centre, il proteste qu'il ne veut pas prendre une attitude d'opposition, ni « presser le renversement du ministère ».Paul Thureau-Dangin (1837-1913)
Il importoit au parlement de rester, pour ainsi dire, en arrière, et de se faire avertir et presser par le public d'avoir de l'ambition.Gabriel Bonnot de Mably (1709-1785)
Il est plus mauvais de faire trop que de ne pas faire assez ; il est plus mauvais de se presser que de venir en retard.Léon Tolstoï (1828-1910), traduction Ely Halpérine-Kaminsky (1858-1936)
Séparons-nous, va réjoindre tes amis ; de mon côté je vais presser la réunion des cliens de ma famille.George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Il se leva, fit sa toilette sans trop se presser, et descendit dans le jardin, qui l'attirait.Jean de la Brète (1858-1945)
Des larmes apparemment roulaient dans mes yeux comme dans les siens, car elle passa doucement sur ma figure, la main dont elle venait de se presser les paupières.Édouard Corbière (1793-1875)
Et, si nous voulons presser cette idée, quelle est la source de cette extrême inégalité des fortunes qui rassemble toutes les richesses en un petit nombre de mains ?Maximilien de Robespierre (1758-1794)
Les plats se faisaient attendre, mais personne ne s'impatientait et chacun faisait bonne figure à la servante qui riait sans se presser.Marguerite Audoux (1863-1937)
Mais il ne doit pas trop se presser ; il a le désir du bien, mais il est jeune, il est vif, quelquefois tranchant, et il manque encore d'expérience.Albert Du Casse (1813-1893)
On vint presser les voyageurs de quitter la voiture et de faire reposer les enfants pendant que les postillons feraient rafraîchir les chevaux de poste.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Ne pas se presser dans les démarches que l'on a à faire a un grand avantage : c'est que, quand on ne se presse pas, cela prouve qu'on est bien.Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord (1754-1838)
J'ai eu le courage de me priver de cette félicité inouïe de presser contre mon cœur ma femme et mes enfants.Émile Gaboriau (1832-1873)
Si l'un a fait une offre aujourd'hui, elle aura reculé sa réponse jusqu'à demain pour presser sur l'autre...Paul Bourget (1852-1935)
Mais il leur était impossible de tenir contre la masse qui allait les presser en tête et sur les flancs.Adolphe Thiers (1797-1877)
Pourquoi me presser de vouloir tout à l'heure ce que je puis vouloir à tous les instans du jour ?Antoine Hamilton (1664-1720), Jacques Cazotte (1719-1792) et Henriette-Julie de Castelnau de Murat (1670-1716)
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PRESSER » v. act.

Serrer avec une presse, ou quelque chose de pesant. On tabise la soye en la pressant sous la calandre. Les Tailleurs pressent leurs habits avec un carreau pour en applatir les coûtures. Les Chymistes pressent les choses dont ils veulent épreindre le suc.
 
PRESSER, signifie aussi, Se serrer pour occuper moins de place. Il se faut presser pour donner une place à cette Dame. On est fort pressé au Sermon de ce Predicateur. Quand on presse l'eau dans une pompe, cela la fait monter en l'air.
 
PRESSER, signifie aussi, Se haster, faire diligence. Si vous ne pressez vostre cheval, vous n'arriverez pas de jour. Les Italiens ne se pressent jamais de répondre, de conclurre. Chacun se presse à luy rendre service. Il faut avoir patience, il n'y a rien qui presse.
 
PRESSER, signifie aussi, Poursuivre vivement, tant au combat, qu'à la dispute. Ce General a bien pressé les ennemis, les a poursuivis l'épée dans les reins. Vostre partie presse le jugement de vostre procés, le sollicite vivement. Cette raison l'a si fort pressé, qu'il s'est rendu, qu'il n'y a pû répondre. Il m'a tant pressé de luy prester de l'argent, que je n'ay pû m'en deffendre. On dit aussi, L'affaire presse ; la saison, le temps presse ; l'heure presse. Ce mot vient de pressare, frequentatif de premere.
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui vous font parler latin sans le savoir Top 10 des mots qui vous font parler latin sans le savoir

Rosa, rosa, rosam, rosae, rosae, rosa... Si cette petite rengaine réjouit les forts en thème, elle peut aussi rappeler de mauvais souvenirs à certains ! Pourtant, comme les autres langues romanes, le français est issu du latin et la majorité de son lexique est héritée de cette langue morte. Certains mots et expressions ont même été directement empruntés à la langue latine, et nous les employons quotidiennement sans forcément nous en rendre compte. Pour preuve, je vous propose un petit voyage au cœur de la langue française afin de découvrir dix mots latins qui se sont dissimulés dans notre vocabulaire. In fine, plutôt vivace le latin !

Édouard Trouillez 19/12/2019