coffrer

définitions

coffrer ​​​ verbe transitif

familier Emprisonner (qqn). Faire coffrer un voleur.
Technique Couler dans un coffre. ➙ coffrage.

conjugaison

actif

indicatif

présent

je coffre

tu coffres

il coffre / elle coffre

nous coffrons

vous coffrez

ils coffrent / elles coffrent

imparfait

je coffrais

tu coffrais

il coffrait / elle coffrait

nous coffrions

vous coffriez

ils coffraient / elles coffraient

passé simple

je coffrai

tu coffras

il coffra / elle coffra

nous coffrâmes

vous coffrâtes

ils coffrèrent / elles coffrèrent

futur simple

je coffrerai

tu coffreras

il coffrera / elle coffrera

nous coffrerons

vous coffrerez

ils coffreront / elles coffreront

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il est allé s'embusquer sur le passage de la ronde, il l'a accompagnée de loin, il a regardé coffrer son complice, enfin il a sans doute rôdé autour du poste.Émile Gaboriau (1832-1873)
Il y avait dedans de quoi nous faire coffrer tous.Anatole France (1844-1924)
A la vérité, vous pouvez juger, d'après mon récit, qu'il y avait des raisons suffisantes pour faire coffrer un homme !Honoré de Balzac (1799-1850)
Si elle le sait, elle nous fera tous coffrer.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Comme j'ai à le délivrer, je ne suis pas si simple que de me faire coffrer moi-même.George Sand (1804-1876)
Je vous avais bien dit que je vous ferais coffrer.Guy de Maupassant (1850-1893)
Mais avant de me laisser coffrer, je vais jouer un tour à ma cousine, et un fameux, dont elle ne se relèvera pas.Comtesse de Ségur (1799-1874)
J'aurais préféré, pour arriver au nombre de cinq que vous m'avez fixé, faire coffrer un professeur de quatrième qui lit à ses élèves des livres révolutionnaires.Émile Zola (1840-1902)
Je gouverne au-dessus des lois, et, tandis que pour la moindre peccadille je fais coffrer un pauvre diable, je me permets tout ce qui me plaît et m'accommode.George Sand (1804-1876)
Maintenant, je te le répète, on va te coffrer purement et simplement.Paul Féval (1816-1887)
Il ne fallait pas songer à le coffrer.Georges Eekhoud (1854-1927)
Un pauvre diable minable venait de se faire coffrer sous la ridicule inculpation de grivèlerie.Ernest La Jeunesse (1874-1917)
Je le disais bien à ta mère, il finira par se faire coffrer ; pourvu qu'il ne se fasse pas mettre au bagne et qu'il se borne à la correctionnelle.Comtesse de Ségur (1799-1874)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COFFRER » v. act.

Mettre quelqu'un en prison. Il se dit figurément, comme si on l'enfermoit dans un coffre. Ce malheureux est à plaindre de ce qu'il s'est laissé coffrer.
Top 10 des mots Le Top 10 des mots d'Alain Rey Le Top 10 des mots d'Alain Rey

Alain Rey était un conteur intarissable et passionnant. Dans les médias, lors de nos comités éditoriaux ou en privé, de sa voix si caractéristique, il nous charmait en racontant l'histoire des mots ou en expliquant son travail, ses découvertes, ses questionnements.

Édouard Trouillez 04/12/2020