prendre

 

définitions

prendre ​​​ verbe

verbe transitif Mettre avec soi ou faire sien.
Mettre dans sa main (pour avoir avec soi, pour faire passer d'un lieu dans un autre, pour utiliser…). Prendre un objet dans sa main, à pleine main. ➙ empoigner, saisir. —  pronominal (passif) Cela se prend par le milieu. —  Prendre qqch. des mains de qqn. ➙ arracher, enlever, ôter, retirer. —  locution Prendre une affaire en main, décider de s'en occuper. Prendre dans ses bras. ➙ embrasser. —  pronominal (réciproque) Elles se sont prises par la main.
Mettre avec soi, amener à soi. N'oublie pas de prendre ton parapluie. ➙ emporter. —  spécialement Prendre du pain, en acheter. —  (complément : nom de personne) Le coiffeur m'a pris à 5 heures. ➙ recevoir. Je passerai vous prendre chez vous. ➙ chercher.
Prendre qqch. sur soi, sous sa responsabilité : en accepter la responsabilité. ➙ assumer. —  Prendre sur soi de : s'imposer de. Il a pris sur lui de venir malgré sa fatigue. —  sans complément Prendre sur soi : supporter les choses pénibles.
au figuré Aborder, se mettre à considérer (qqch., qqn) de telle façon. Prendre la vie du bon côté. On ne sait par où le prendre, il est susceptible. Elle n'est pas à prendre avec des pincettes*. —  (sans complément de manière) ➙ considérer. Prenons cet exemple. —  locution adverbiale À tout prendre : somme toute. —  Prendre bien, mal qqch. : l'accepter ou en souffrir. ➙ accueillir. —  Prendre les choses comme elles viennent. Prendre qqn, qqch. au sérieux, à la légère. pronominal Se prendre au sérieux. —  Si vous le prenez ainsi, si c'est là votre manière de voir. —  Prendre en… : avoir en. Prendre qqn en amitié. Prendre en grippe*.
Faire sien (une chose abstraite). Prendre (un) rendez-vous. Prendre une habitude.
Évaluer, définir (pour connaître). Prendre des mesures. Prendre la température.
Inscrire ou reproduire. Prendre des notes, une photo.
S'adjoindre (une personne). ➙ embaucher, engager. —  Prendre pour, comme, à, en, s'adjoindre, se servir de (qqn) en tant que… Il l'a prise comme assistante.
Prendre pour : croire qu'une personne, une chose est (autre ou autrement). Prendre une personne pour une autre. ➙ confondre. Prendre ses désirs pour des réalités. —  pronominal (réfléchi) Se prendre pour un génie, considérer qu'on en est un. ➙ se croire.
Absorber, manger ou boire. Prendre un verre. ➙ boire. Vous prendrez de la viande ou du poisson ? ➙ choisir. —  pronominal (passif) Médicament qui se prend avant les repas. —  au figuré Prendre le soleil. Prendre un bain.
verbe transitif Agir de façon à avoir, à posséder (qqch., qqn).
Se mettre en possession de ; se rendre maître de. ➙ s'approprier. Prendre qqch. par force, par ruse. —  locution C'est à prendre ou à laisser*.
Posséder sexuellement.
Demander, exiger. Combien prend-il ?, quel est son prix ? —  Ce travail me prendra une heure.
familier Recevoir, supporter. Elle a pris un coup de pied. ➙ attraper. Qu'est-ce qu'elle a pris !
Se rendre maître par force ; conquérir. Prendre (un lieu) d'assaut, en attaquant de vive force. ➙ enlever. Prendre le pouvoir. —  locution, familier au participe passé C'est autant de pris (sur l'ennemi), se dit d'un avantage dont on est assuré.
Prendre qqch. à qqn : s'emparer de (ce qui appartient à qqn). ➙ voler. Il lui a pris son argent. Prendre la place de qqn.
Se saisir de (ce qui fuit, se dérobe : animal, personne). ➙ attraper, capturer. Il s'est fait prendre par la police. ➙ arrêter. —  (passif) Être pris dans l'engrenage. (choses) Le navire est pris par (dans) les glaces.
Amener (qqn) à ses vues, à faire ce qu'on veut. Prendre qqn par la douceur, en le traitant doucement. Prendre qqn en traître, par traîtrise. ➙ avoir. —  sans complément Savoir prendre qqn, agir envers lui avec diplomatie pour obtenir de lui ce qu'on veut.
Prendre qqn (de telle ou telle manière). ➙ surprendre. Elle les a pris au dépourvu. —  Prendre qqn à (qqch., faire qqch.). Je vous y prends !
(sensation, sentiment) Saisir (qqn), faire sentir à (qqn). Les douleurs la prirent brusquement. Être pris de vertiges. —  familier Qu'est-ce qui vous (te) prend ?, se dit à une personne dont l'attitude est inattendue ou déplacée. —  impersonnel Il me prend l'envie d'aller le voir.
Bien, mal lui, vous… prend de : cela a de bonnes, de fâcheuses conséquences. Mal lui en a pris de mentir, il a eu tort, il en subit les conséquences.
verbe transitif exprimant le commencement ou la progression d'une action (avec certains substantifs)
Se mettre à utiliser, à avoir, à être (sans idée d'appropriation). Prendre le deuil : mettre des vêtements de deuil. Prendre la plume : écrire. Prendre le lit : s'aliter.
Faire usage de (un véhicule). Prendre l'avion, le train, sa voiture.
S'engager dans. Prendre un virage. Prendre la porte, sortir. Prendre la mer, s'embarquer. Prendre un raccourci. ➙ emprunter. —  sans complément direct Prenez à droite, sur votre droite.
User à son gré de. Prendre le temps de, prendre son temps. Prendre congé.
Se mettre à avoir, se donner. Prendre une décision. Prendre la fuite. Prendre du repos. Prendre la parole, commencer à parler. Prendre l'avantage sur qqn. —  (complément sans article) locution Prendre position, choisir. Prendre soin de… Prendre acte. Prendre garde. —  (formule de politesse) Prenez la peine d'entrer : veuillez entrer.
Commencer à avoir (une façon d'être). Prendre une mauvaise tournure. locution Prendre forme. —  (personnes ; désignant une action involontaire) Prendre de l'âge : vieillir. Prendre des couleurs. Elle y prend goût. locution Prendre peur.
Subir l'effet de. Prendre feu : s'enflammer. Prendre froid ; prendre mal, du mal.
verbe intransitif
(substances) Durcir, épaissir. La mayonnaise a pris. —  Attacher, coller.
(végétaux) Pousser des racines, continuer sa croissance après transplantation. La bouture a pris.
Le feu va prendre, se mettre à brûler.
Produire son effet, l'effet recherché. ➙ réussir. Vaccin qui prend. C'est une mode qui ne prendra pas.
Être cru, accepté. À d'autres, ça ne prend pas !

se prendre ​​​ verbe pronominal

(passif) Se laisser attraper. Un poisson qui se prend dans un filet. Être pris. Médicament qui se prend entre les repas.
au figuré Se prendre au jeu.
(réciproque) Elles se sont prises par la main.
S'en prendre à : s'attaquer à, en rendant responsable. ➙ incriminer. Il ne pourra s'en prendre qu'à lui-même, il est responsable de ses propres malheurs.
Se prendre de : se mettre à avoir. Se prendre d'amitié pour qqn. ➙ éprouver.
S'y prendre : agir d'une certaine manière en vue d'obtenir un résultat. Elle s'y est mal prise. ➙ procéder. S'y prendre à deux fois, tâtonner. Savoir s'y prendre.
(avec une précision de temps) Se mettre à s'occuper de. Il faudra s'y prendre à l'avance.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

je prends

tu prends

il prend / elle prend

nous prenons

vous prenez

ils prennent / elles prennent

imparfait

je prenais

tu prenais

il prenait / elle prenait

nous prenions

vous preniez

ils prenaient / elles prenaient

passé simple

je pris

tu pris

il prit / elle prit

nous prîmes

vous prîtes

ils prirent / elles prirent

futur simple

je prendrai

tu prendras

il prendra / elle prendra

nous prendrons

vous prendrez

ils prendront / elles prendront

 

synonymes

prendre verbe intransitif

épaissir, durcir, se figer, geler, se solidifier

marcher, s'implanter, réussir

raciner, reprendre

prendre verbe transitif

(se) saisir (de), agripper, arracher, attraper, s'emparer de, empoigner, happer, ramasser, tirer, pogner (familier, Québec)

obtenir, accaparer, s'approprier, s'attribuer, [au jeu] souffler, [par la force] confisquer, conquérir, enlever, envahir, forcer, occuper

trouver, dénicher, dégoter (familier), pêcher (familier)

emmener, chercher, enlever

voler, déposséder de, dépouiller de, dérober, faire main basse sur, piller, subtiliser, barboter (familier), carotter (familier), chiper (familier), chouraver (familier), faucher (familier), piquer (familier), rafler (familier), soustraire (littéraire), ravir (littéraire)

appréhender, arrêter, attraper, capturer, mettre la main au collet de, agrafer (familier), alpaguer (familier), choper (familier), coincer (familier), cravater (familier), cueillir (familier), embarquer (familier), épingler (familier), harponner (familier), pincer (familier), piquer (familier), poisser (familier), ramasser (familier), [un poisson] pêcher, pogner (familier, Québec)

surprendre, attraper, pincer (familier), piquer (familier), prendre la main dans le sac (familier)

acquérir, gagner, grappiller

demander, absorber, coûter, dévorer, exiger, nécessiter, occuper, réclamer

consommer, absorber, avaler, boire, manger, toucher à, ingérer (soutenu)

acheter, se procurer

utiliser, se munir de, se pourvoir de, employer, user, [un vêtement, un accessoire] emporter, enfiler, mettre

choisir, adopter, embrasser, épouser

s'adjoindre, s'attacher, embaucher, engager

affecter, adopter, se donner

contracter

s'engager dans, entrer dans, emprunter, suivre, [un virage] aborder

[un véhicule] monter dans, embarquer dans, emprunter

[familier] subir

amadouer, entortiller, persuader, séduire

[une femme] faire l'amour à, avoir un rapport (sexuel) avec, connaître (Bible ou plaisant), posséder, baiser (très familier), coucher avec (familier), s'envoyer (très familier), niquer (très familier), besogner (vieux ou plaisant)

prendre dans

extraire de, extirper de, se servir dans, tirer de, taper dans (familier)

prendre pour

regarder comme, considérer comme, tenir pour

confondre avec

prendre sur

déduire de, décompter de, défalquer de, enlever de, ôter de, prélever sur, retenir sur, retirer de, retrancher de, soustraire de

prendre sur soi

se dominer, se maîtriser

assumer, se charger de, couvrir, endosser, supporter

prendre sur soi de

s'efforcer de, faire en sorte de

faire prendre

administrer

se faire prendre

être dupé, se faire abuser, se faire attraper, se faire berner, se faire mystifier, se faire piéger, se faire tromper, se faire avoir (familier), se faire embobiner (familier), tomber dans le panneau (familier)

se faire escroquer, se faire estamper (familier), se faire gruger (familier), se faire pigeonner (familier), se faire rouler (familier), se faire baiser (très familier), se faire couillonner (très familier), se faire entuber (très familier)

se faire appréhender, se faire attraper, se faire arrêter, se faire capturer, se faire mettre la main au collet, se faire choper (familier), se faire coincer (familier), se faire cravater (familier), se faire épingler (familier), se faire pincer (familier), se faire piquer (familier), se faire ramasser (familier), tomber (familier)

se prendre verbe pronominal

se prendre à [+ infinitif]

commencer à, se mettre à

s'en prendre à

incriminer, accuser, attaquer, blâmer, mettre en cause, suspecter

agresser, (s')attaquer (à), prendre à partie

se prendre de

éprouver, concevoir

s'y prendre

agir, faire, procéder

se prendre pour

se croire, se considérer, s'imaginer être

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Ces pays doivent faire face à toutes les conséquences du changement climatique, mais ils ne sont pas en état de prendre les mesures nécessaires pour s’adapter correctement.Europarl
Je crois qu’il faudrait prendre tout un arsenal de mesures pour y faire face, notamment la fiscalité.Europarl
Il peut aussi comprendre des commémorations à des personnalités particulières, mais il faut prendre ces décisions dans le contexte d’une véritable collaboration mutuelle.Europarl
Nous devons aussi prendre rapidement une décision en matière de règles gouvernant la sécurité des dépôts, afin de garantir une protection renforcée pour les consommateurs.Europarl
Il est moins facile prendre en charge un afflux constant de boat people lorsque vous ne disposez pas de moyens suffisants pour y parvenir.Europarl
Il est grand temps de prendre le principe de subsidiarité au sérieux et de laisser l'adoption de prescriptions détaillées se faire au niveau compétent le plus bas.Europarl
Les mesures de protection des populations riveraines doivent prendre en compte la difficile coexistence entre installations dangereuses et zones d'habitations.Europarl
Cela nous permet d'examiner toutes les options avant de prendre toute mesure, telles qu'envisager une autorégulation dans des domaines spécifiques.Europarl
Mais il est évidemment possible également pour nous d'envisager des mesures – ou d'en prendre – qui feraient se détériorer la situation.Europarl
Chaque pays doit prendre les mesures les mieux adaptées pour lutter contre la pandémie de grippe.Europarl
Au niveau européen, nous devons prendre des mesures urgentes pour harmoniser la taxe sur l'alcool vers le haut.Europarl
Il faut également prendre des dispositions pour les installations encore en service aujourd'hui, et ce en prévision de leur futur démantèlement.Europarl
Vous savez très bien qu'elle ne va rien faire à part débiter quelques discours et ne prendre aucune mesure tangible !Europarl
Nous devons prendre des mesures urgentes et efficaces pour contrer le changement climatique, qui est une des causes des incendies.Europarl
La propriété des services généraux peut prendre, sur le plan juridique, la forme publique, municipale, coopérative ou privée.Europarl
Il y a des mesures à prendre d'urgence, prévoir des contraintes pour le recyclage de navires, et cela doit comprendre des exigences en matière de certification et de notification.Europarl
C'est pourquoi je conviens avec le chercheur qu'il y a lieu de prendre des mesures afin de changer les modes de pensée stéréotypés en vigueur dans ces pays.Europarl
Comme le commissaire l’a déjà indiqué, nous connaissons bien le système du cofinancement, qui, à mon avis, peut prendre des formes spéciales.Europarl
Je suis conscient de ce que de nombreux députés souhaitent prendre la parole, mais nous avons pris un retable considérable.Europarl
On nous dit que le chômage est structurel et que, pour y remédier, nous devons prendre des mesures structurelles.Europarl
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « PRENDRE » v. act.

Enlever quelque chose, s'en saisir, s'en rendre maistre de vive force. On prend des villes d'assaut, d'emblée, par siege, par surprise. On dit aussi, Prendre à rançon, prendre des ostages. On l'a pris à mercy, à composition. On a pris cette femme à force pour la violer. Les voleurs prennent les gens à la gorge pour prendre leur bourse. On dit aussi, Prendre un criminel, prendre un prisonnier, mettre un homme en prison. Ce mot vient du Latin prehendere. Menage.
 
PRENDRE, se dit aussi à la chasse. Il a pris tant de pieces de gibier soit à la course, soit en tirant, soit avec des filets. Ce levrier prend les lievres corps à corps.
 
PRENDRE, signifie aussi, Empoigner, avoir à la main. Il a pris un baston pour le frapper. On prend les armes à l'approche de l'ennemi. Les Heretiques ont pris les armes, ils se sont revoltez. Il l'a pris au collet. Ils se sont pris aux crins.
 
PRENDRE, signifie aussi, Toucher, manier. Il a pris la main d'une Dame. On l'est venu prendre pour danser. Quand il est seul, il prend un livre pour se desennuyer.
 
PRENDRE, signifie aussi, Recevoir amiablement. Un bon Juge ne doit jamais prendre de presens. Une femme qui prend, se vend. Voulez-vous prendre un doigt de vin, un petit repas ? Prendre de l'argent en rente, à usure ; prendre à bail, à ferme, à loüage ; prendre pour homme ; prendre en payement ; prendre ses seuretez ; prendre des mesures. Il prend plaisir à obliger ses amis, il prend peine à les servir. Il a pris cette Demoiselle pour femme, elle l'a prise pour son mary.
 
PRENDRE, se dit en Medecine des remedes dont on use. Les Medecins ne prennent gueres de medecine. Cette femme prend souvent des lavements, de petits remedes, des bouillons, pour avoir le teint frais ; elle prend le bain. Un desbauché prend du tabac en poudre, en fumée.
 
On dit aussi, qu'un homme a pris la fievre, la peste, & les autres maladies contagieuses. On dit que la fievre l'a pris, que son accés l'a pris, l'a saisi ; il a pris un rheume, une pleuresie ; il a pris du froid ; il y a long-temps que sa goutte ne l'a pris, ne l'a tourmenté. Quand on dit absolument, Il a pris du mal, on entend un mal venerien.
 
PRENDRE, en Physique signifie, Se coaguler, se figer. La presure fait prendre le lait. Le grand froid fait prendre la riviere. La cire se prend, quand elle se fige.
 
PRENDRE, signifie aussi, S'attacher, faire impression. Cette greffe a bien pris. Ce plançon a pris racine. Cette chair a bien pris son sel. Ce ragoust est trop espicé, il prend à la gorge. Cette odeur est trop forte, elle prend au nez, au cerveau. Cet yvrogne est toûjours pris de vin. Celuy qui se noye se prend, s'accroche à tout ce qu'il peut.
 
PRENDRE, se dit aussi en choses morales. Il a pris le vin en haine. Il a pris cet homme en amitié. Je l'ay toûjours pris pour un habile homme. Il prend bien les choses, il les tourne bien, il ne prend rien de mauvaise part. Il a bien pris le sens de son Auteur. Il a pris cela à contresens, il l'a pris de travers, il a pris pour luy ce qu'on disoit pour un autre. Un brave prend courage ; un poltron prend l'espouvante, prend l'alarme legerement. Un juste prend patience, prend toutes les choses de la main de Dieu ; il prend en gré toutes les afflictions. Il a pris ce reproche à injure, il l'a pris trop à coeur. On prie Dieu qu'il prenne pitié de nous. On dit d'un homme colere, qu'il est aisé à prendre feu.
 
PRENDRE, signifie encore, Tromper, ou être trompé. Il s'est laissé prendre par le bec, prendre au mot. Il s'est laissé prendre au piege comme un estourdi, prendre sur le fait. Il a été pris par les yeux, il est devenu amoureux.
 
PRENDRE, signifie aussi, S'attaquer. Il ne sçait à qui s'en prendre ; il s'en prend à celuy qui n'en peut mais, au premier venu. Un blasphemateur s'en prend à Dieu. Il s'en prend à plus fort que luy, il luy en prendra mal, il s'en repentira. Il luy en a bien pris, que le Maistre n'estoit pas au logis. Ils se sont pris de paroles. Il l'a pris en trahison, par derriere. Quand le debiteur ne paye pas, on s'en prend à sa caution.
 
PRENDRE, se dit aussi en parlant du choix d'une profession. Ce bourgeois a pris l'espée. Cet autre a pris la robbe. Celuy-là a pris l'habit, s'est fait Moine. Il est en âge de prendre son parti.
 
En Theologie on dit que Nostre Seigneur JESUS-CHRIST a pris chair humaine, pour dire, qu'il s'est incarné.
 
PRENDRE, se dit aussi au Palais. Prendre le fait & cause d'un Fermier, c'est prendre en main sa deffense. Prendre des meubles par execution, c'est les enlever par autorité de Justice. Prendre un Juge à partie, c'est l'inthimer en son propre nom. Prendre des conclusions, c'est former une demande, y conclurre sur le Barreau, ou au Parquet. Prendre droit par les charges, c'est s'en rapporter aux témoins. On dit aussi, Prendre au corps, c'est arrester prisonnier. Il y a des Procureurs qui prennent à toutes mains.
 
On dit aussi, Prendre pour conseil, pour adjoint ; prendre pour Juge, pour arbitre ; prendre à sa charge, à sa garde ; prendre à ses risques, perils & fortunes. On dit aussi, qu'un Juge a pris connoissance d'une affaire, pour dire, qu'elle est pendante devant luy. Prendre à témoin, c'est demander une attestation. La Cour a pris ce complaignant en sa protection, elle l'a mis en sa sauvegarde.
 
PRENDRE, se marie avec plusieurs mots qui changent sa signification. Prendre terre, c'est descendre d'un vaisseau. Prendre le largue, c'est se mettre en haute mer. Prendre langue, c'est s'enquerir de l'estat des lieux où on est. Prendre l'air, c'est s'aller promener. Prendre le divertissement de la chasse, de la Comedie. Prendre sa bisque. Prendre la discipline, c'est se foüetter par mortification. Prendre la poste, le coche, c'est se servir de ces commoditez pour voyager. Prendre son temps, c'est mesnager une occasion. Prendre jour & heure, c'est convenir du temps pour terminer quelque affaire. Prendre garde, c'est observer quelque chose, espier, se precautionner. Prendre les devants, c'est prevenir quelqu'un. Prendre congé, c'est faire un compliment pour partir. On dit aussi, Prendre par escrit, faire un memoire de quelque chose. Prendre pretexte, occasion. Prendre le cas, supposer ; prendre les choses à la rigueur, au pied de la lettre. On dit aussi, qu'un homme prend trop sur soy, quand il s'efforce plus que sa santé ne luy peut permettre. On dit aussi, Je n'y prends, ni mets, pour dire, J'expose la chose sincerement & comme elle est. Il faut mettre cet Ouvrier en besogne pour voir comme il s'y prendra. Il ne sçait par quel bout s'y prendre. On dit au jeu, C'est à vous à prendre, pour dire, Vous gagnez une main, levez cette carte. On dit à un Voyageur, Prenez à gauche, pour dire, Tournez de ce coste-là : & figurément on dit qu'un homme prend toutes les choses à gauche, quand il les tourne à contresens. Prendre son repas.
 
PRENDRE, se dit proverbialement en ces phrases. Ce qui est bon à prendre est bon à rendre. Il a pris martre pour renard, il s'est trompé. On dit pour se moquer de ceux qui ont manqué une capture, Ils sont pris, s'ils ne s'envolent. Il a pris un rat, pour dire, Il a manqué une occasion, une affaire. Il a été pris comme dans un bled, il a été pris sans verd. Il a pris cela pour argent comptant, se dit en raillant la credulité d'une personne. On dit aussi, Prendre l'occasion aux cheveux, ne l'a pas laisser eschapper. Il a pris le frein aux dents. Il faut prendre le temps comme il vient. On dit prendre la balle au bond. Prendre St. Pierre pour St. Paul, pour dire, Prendre l'un pour l'autre. On dit aussi, Prendre le lievre au collet, prendre les lievres au son du tambour. On dit aussi d'un avare, qu'il en prendroit sur l'autel, qu'il en prend par où il peut. On dit aussi, Prendre la Lune avec les dents, pour marquer un impossible. Prendre ses jambes à son cou, quand on commence un voyage à pied.
 
PRIS, ISE. part. pass. & adj. Voyez plus bas.
Drôles d'expressions Monter le bourrichon Monter le bourrichon

Monter le bourrichon : monter la tête à quelqu'un.

Alain Rey 18/02/2020