Email catcher

étonner

définitions

étonner ​​​ verbe transitif

vieux Ébranler. Technique Étonner une voûte (➙ fêler, lézarder).
Causer une commotion morale à (qqn).
Causer de la surprise à (qqn). ➙ abasourdir, ébahir, surprendre. Étonner par sa beauté. ➙ éblouir, émerveiller, épater, impressionner. Cela m'a bien étonné. Ça m'étonnerait, je considère cela comme peu probable, peu vraisemblable. Être étonné de, par (+ nom). Il a été étonné de la réponse, par la réponse. au participe passé Un air, un regard étonné.

s'étonner ​​​ verbe pronominal

Trouver étrange, être surpris. S'étonner à l'annonce d'une nouvelle. S'étonner de tout. …de ce que (+ indicatif ou subjonctif). Je m'étonne, je suis étonné de ce qu'il est venu, de ce qu'il soit venu. …de (+ infinitif). Il s'étonna de le rencontrer à pareille heure. …que (+ subjonctif). Je m'étonne, je suis étonné qu'il soit venu.

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'étonne

tu étonnes

il étonne / elle étonne

nous étonnons

vous étonnez

ils étonnent / elles étonnent

imparfait

j'étonnais

tu étonnais

il étonnait / elle étonnait

nous étonnions

vous étonniez

ils étonnaient / elles étonnaient

passé simple

j'étonnai

tu étonnas

il étonna / elle étonna

nous étonnâmes

vous étonnâtes

ils étonnèrent / elles étonnèrent

futur simple

j'étonnerai

tu étonneras

il étonnera / elle étonnera

nous étonnerons

vous étonnerez

ils étonneront / elles étonneront

synonymes

étonné, étonnée adjectif

surpris, abasourdi, ahuri, déconcerté, ébahi, éberlué, frappé, interdit, interloqué, médusé, renversé, saisi, stupéfait, suffoqué, baba (familier), soufflé (familier), ébaubi (vieilli)

étonner verbe transitif

surprendre, abasourdir, ahurir, confondre, couper les bras et les jambes à, déconcerter, décontenancer, dépasser (l'entendement de), ébahir, étourdir, frapper, interdire, interloquer, méduser, renverser, saisir, sidérer, stupéfier, suffoquer, espanter (région.), asseoir (familier), éberluer (familier), en boucher un coin à (familier), estomaquer (familier), scier (familier), ébaubir (vieilli)

impressionner, couper le souffle à, faire son effet sur, décoiffer (familier), en boucher un coin à (familier), épater (familier), époustoufler (familier), souffler (familier)

s'étonner verbe pronominal

être surpris, trouver étrange (que)

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Des animaux avec des super pouvoirs qui étonneront tous les visiteurs, petits et grands.Ouest-France, 02/04/2019
Ce qui peut étonner, c'est le rôle attribué à la doctrine dans la sauvegarde du capitalisme libéral de lui-même.Revue interdisciplinaire d'études juridiques, 2006, Duncan Kennedy, Marie-Claire Belleau (Cairn.info)
Du fait de tous les arguments avancés contre lui, on ne peut que s'étonner de la prédominance des classements et des notations.Revue française de gestion, 2017, Hugo Letiche, Geoff Lightfoot, Simon Lilley (Cairn.info)
D'une part, l'on pourrait s'étonner que le choix se soit porté sur la seule déclaration de 1789 à l'exclusion des autres textes constitutionnels.Vacarme, 2010, Antonin Sopena (Cairn.info)
Cela peut étonner, mais la faim est surtout un phénomène rural.Géo, 10/12/2015, « À quand la fin de la faim ? »
D'une certaine manière, cette leçon ne devrait pas nous étonner.EcoRev, 2018, Antoine Chollet (Cairn.info)
Un enthousiasme qui a de quoi étonner en cette période mouvementée de colère corporatiste.Capital, 21/07/2016, « Hydrogène : le carburant de demain ? »
Les petites maisons, chapelles et autres monuments qu'il a construit risquent, quoi qu'il en soit, de vous étonner.Ouest-France, 06/08/2018
Ce qui ne saurait étonner puisque l'équipe de juges est une réalité globalement en régression au siège.Les cahiers de la justice, 2020, Jean Danet (Cairn.info)
Ce qui n'étonnera guère ses lecteurs tant la réputation des travaux de cet anthropologue – comme sa personnalité !Histoire et missions chrétiennes, 2012 (Cairn.info)
Le bonheur que tu m'as demandé, tu t'étonneras bientôt de ne plus le trouver auprès de moi.Daniel Lesueur (1854-1921)
Ce qui peut certes étonner, étant donné que cette facette du personnage est restée pendant longtemps dans l'ombre.Les Cahiers de la Shoah, 2004, Barbara Lambauer (Cairn.info)
Plus tard, il s'étonnera ainsi de voir apparaître des moisissures sur la paillasse de son labo.Capital, 14/05/2017, « Comment s'inspirer des génies dans l'entreprise »
Personne ne s'étonnera dans ces conditions que notre groupe ait rejeté ce rapport.Europarl
Cette position prise par l'analyste peut étonner tant elle paraît loin de la place de tiers impavide du bipôle imaginaire.Psychanalyse, 2004, Michel Mesclier (Cairn.info)
Ça n'étonnera personne : le sucre, c'est mauvais pour la santé.Ça m'intéresse, 12/07/2021, « 5 fruits et légumes par jour : ça veut dire… »
On s'étonnera peut-être que la question puisse être posée.Émile Durkheim (1858-1917)
Ce qui ne devrait pas étonner, puisque la connivence, on l'a vu, est à l'opposé de la soudure.La lettre de l'enfance et de l'adolescence, 2011, Raymond Bénévent (Cairn.info)
Cette position ne manque pas d'étonner aujourd'hui où l'on attend souvent que ces questions soient réglées par la loi.Les Cahiers du Centre Georges Canguilhem, 2010, Claude-Olivier Doron, Céline Lefève, Alain-Charles Masquelet (Cairn.info)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESTONNER » v. act.

Causer à l'ame de l'émotion, soit par surprise, soit par admiration, soit par crainte. On s'estonne de tous les accidents extraordinaires qui arrivent dans le monde. Un Philosophe Chrestien doit s'estonner à tout moment des merveilles de la grace & de la nature. Un criminel s'estonne à la veuë des Juges, des supplices, de la mort. Les Tyrans n'ont point estonné les Martyrs, ils n'ont pû vaincre leur constance. Quand on sçait la cause de quelque effet, on ne s'en estonne plus.
 
ESTONNER, se dit aussi des choses qui sont assez ordinaires & peu considerables. Je m'estonne de ce qu'on a laissé ce crime impuni. Je m'estonne de ce qu'il est si long-temps sans me venir voir, sans m'escrire.
 
ESTONNER, se dit aussi des émotions des corps qui sont esbranslez & attaquez par quelque violence. Les tremblements de terre estonnent les bastiments les plus solides. Les premiers coups de canon n'abattent pas une muraille, mais ils l'estonnent. Une cheute estonne le cerveau de telle sorte, qu'il se fait souvent un abscés par un contrecoup.
 
ESTONNER, se dit proverbialement en ces phrases. On dit qu'un homme est estonné comme s'il tomboit des nuës, comme si les cornes luy venoient à la teste ; qu'il est estonné comme un fondeur de cloches. On dit aussi d'un homme ferme ou opiniastre, qu'il est bon cheval de trompette, qu'il ne s'estonne pas pour le bruit.
 
ESTONNÉ, ÉE. part. pass. & adj. Tous ces mots viennent du Latin attonare, attonitus.