étonner

 

définitions

étonner ​​​ verbe transitif

vieux Ébranler. —  Technique Étonner une voûte (➙ fêler, lézarder).
Causer une commotion morale à (qqn).
Causer de la surprise à (qqn). ➙ abasourdir, ébahir, surprendre. Étonner par sa beauté. ➙ éblouir, émerveiller, épater, impressionner. Cela m'a bien étonné. Ça m'étonnerait, je considère cela comme peu probable, peu vraisemblable. —  Être étonné de, par (+ nom). Il a été étonné de la réponse, par la réponse. —  au participe passé Un air, un regard étonné.

s'étonner ​​​ verbe pronominal

Trouver étrange, être surpris. S'étonner à l'annonce d'une nouvelle. S'étonner de tout. —  …de ce que (+ indicatif ou subjonctif). Je m'étonne, je suis étonné de ce qu'il est venu, de ce qu'il soit venu. —  …de (+ infinitif). Il s'étonna de le rencontrer à pareille heure. —  …que (+ subjonctif). Je m'étonne, je suis étonné qu'il soit venu.
 

conjugaison

actif

indicatif

présent

j'étonne

tu étonnes

il étonne / elle étonne

nous étonnons

vous étonnez

ils étonnent / elles étonnent

imparfait

j'étonnais

tu étonnais

il étonnait / elle étonnait

nous étonnions

vous étonniez

ils étonnaient / elles étonnaient

passé simple

j'étonnai

tu étonnas

il étonna / elle étonna

nous étonnâmes

vous étonnâtes

ils étonnèrent / elles étonnèrent

futur simple

j'étonnerai

tu étonneras

il étonnera / elle étonnera

nous étonnerons

vous étonnerez

ils étonneront / elles étonneront

 

synonymes

étonné, étonnée adjectif

surpris, abasourdi, ahuri, déconcerté, ébahi, éberlué, frappé, interdit, interloqué, médusé, renversé, saisi, stupéfait, suffoqué, baba (familier), soufflé (familier), ébaubi (vieilli)

étonner verbe transitif

surprendre, abasourdir, ahurir, confondre, déconcerter, décontenancer, dépasser (l'entendement de), ébahir, étourdir, frapper, interdire, interloquer, méduser, renverser, saisir, sidérer, stupéfier, suffoquer, couper les bras et les jambes à, espanter (région.), asseoir (familier), éberluer (familier), en boucher un coin à (familier), estomaquer (familier), scier (familier), ébaubir (vieilli)

impressionner, couper le souffle à, faire son effet sur, en boucher un coin à (familier), décoiffer (familier), épater (familier), époustoufler (familier), souffler (familier)

s'étonner verbe pronominal

être surpris, trouver étrange (que)

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Il ne faut dès lors pas s'étonner que les produits de base agricoles soient actuellement très recherchés.Europarl
Il ne faut donc pas s'étonner de l'accroissement du nombre de cas d'adoption de mesures antidumping, antisubventions et de sauvegarde.Europarl
En tant que commissaire, je suis en droit de m'étonner des restrictions imposées, à une large majorité, aux interdictions portant sur les exportations.Europarl
La terre ne lui offrait pas maintenant d'autres guides ; pouvait-on s'étonner alors s'il le quittait si rarement ?George Gordon Byron (1788-1824), traduction Paulin Paris (1800-1881)
Comment s’étonner de la fréquence des accidents routiers après une semaine de plus de 50 heures ?Europarl
Je demande que mes paroles soient consignées dans le procès-verbal, de sorte que personne ne puisse prétendre s’étonner lorsque l’inévitable se produira.Europarl
Il ne faudra pas nous en étonner, s'il arrive parfois qu'ils aient des discussions publiques.Europarl
Le réchauffement de la planète est irréversible et la fréquence des sécheresses ou des inondations ne devrait plus nous étonner à l'avenir.Europarl
Par ailleurs, en ce qui concerne la possibilité d'ajout de sucre dans les jus de fruits, on peut s'étonner qu'aucune valeur limite ne soit indiquée dans la proposition.Europarl
Nous avons mis la charrue avant les boeufs et nous ne devrons pas nous étonner si l'affaire tourne mal.Europarl
Qu'une nouvelle aussi capitale que celle-là ait été reçue si tranquillement, il y a de quoi nous étonner.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Vous me permettrez de m’étonner de la réaction britannique à l’égard des agriculteurs européens.Europarl
Puisque nous sommes encore loin d'une stratégie orientée sur le savoir, il ne faut pas s'étonner du manque de conscience des dimensions communautaires.Europarl
À cet égard, je ne peux que m’étonner de l’attention exagérée accordée aux intérêts des pays les moins avancés.Europarl
Je ne peux que m'étonner que ce rapport n'ait été voté en commission que par des femmes.Europarl
La peur, l'incertitude, l'indifférence, faut-il s'en étonner, sont exploitées à des fins douteuses par ces mouvements.Europarl
Tout d'abord, nous ne devrions guère nous étonner que des gouvernements européens de droite soient renversés par les citoyens pour leur incapacité à répondre à la crise de l'emploi.Europarl
Or, à la lecture de ce dernier, nous ne pouvons que nous étonner de ne pas y trouver de propositions de directive ou de règlement.Europarl
Faut-il s'en étonner, d'ailleurs, dans une époque de relativisme moral, où la dictature du politiquement correct interdit de parler du bien et du mal ?Europarl
On est donc en droit de s'étonner que si peu d'attention soit attachée à ce problème, en particulier dans la première partie du rapport.Europarl
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « ESTONNER » v. act.

Causer à l'ame de l'émotion, soit par surprise, soit par admiration, soit par crainte. On s'estonne de tous les accidents extraordinaires qui arrivent dans le monde. Un Philosophe Chrestien doit s'estonner à tout moment des merveilles de la grace & de la nature. Un criminel s'estonne à la veuë des Juges, des supplices, de la mort. Les Tyrans n'ont point estonné les Martyrs, ils n'ont pû vaincre leur constance. Quand on sçait la cause de quelque effet, on ne s'en estonne plus.
 
ESTONNER, se dit aussi des choses qui sont assez ordinaires & peu considerables. Je m'estonne de ce qu'on a laissé ce crime impuni. Je m'estonne de ce qu'il est si long-temps sans me venir voir, sans m'escrire.
 
ESTONNER, se dit aussi des émotions des corps qui sont esbranslez & attaquez par quelque violence. Les tremblements de terre estonnent les bastiments les plus solides. Les premiers coups de canon n'abattent pas une muraille, mais ils l'estonnent. Une cheute estonne le cerveau de telle sorte, qu'il se fait souvent un abscés par un contrecoup.
 
ESTONNER, se dit proverbialement en ces phrases. On dit qu'un homme est estonné comme s'il tomboit des nuës, comme si les cornes luy venoient à la teste ; qu'il est estonné comme un fondeur de cloches. On dit aussi d'un homme ferme ou opiniastre, qu'il est bon cheval de trompette, qu'il ne s'estonne pas pour le bruit.
 
ESTONNÉ, ÉE. part. pass. & adj. Tous ces mots viennent du Latin attonare, attonitus.
Les mots du bitume Ambiancer Ambiancer

v. transitif / pronominal : 1. Mettre de l’animation, séduire, chauffer 2. Se disposer à faire la fête.

Aurore Vincenti 17/02/2020