couleur

 

définitions

couleur ​​​ nom féminin et adjectif

Qualité de la lumière renvoyée par la surface d'un objet (indépendamment de sa forme), selon l'impression visuelle qu'elle produit (une couleur, des couleurs) ; propriété que l'on attribue à la lumière, aux objets de produire une telle impression (la couleur). ➙ coloris, nuance, teinte, ton ; chromo-. Couleur claire ; foncée. Les couleurs du spectre (violet, indigo, bleu, vert, jaune, orangé, rouge). Couleurs fondamentales, primaires (jaune, rouge et bleu). —  adjectif Des bas couleur chair. —  locution En voir, en faire voir à qqn de toutes les couleurs, subir, faire subir des choses désagréables.
au pluriel Les zones colorées d'un drapeau. Les couleurs nationales. ➙ drapeau.
Chacune des quatre marques, aux cartes (carreau, cœur, pique, trèfle). —  Atout. locution Annoncer la couleur (celle qui servira d'atout). au figuré Dire ce que l'on a à dire.
Teinte naturelle (de la peau humaine). La couleur de la peau. —  Reprendre des couleurs. —  locution Haut en couleur, qui a un teint très coloré ; au figuré très pittoresque. —  Changer de couleur, par émotion, colère.
Homme, femme de couleur : qui n'est pas blanc (se dit surtout des Noirs).
Teintes, coloris (d'un tableau). Le fondu des couleurs.
en art Caractère, répartition des éléments colorés (par rapport au dessin, au modelé, etc.). Les arts de la couleur (peinture, émail, mosaïque, tapisserie…).
locution Couleur locale : couleur propre à chaque objet, indépendamment des lumières et des ombres. —  au figuré Ensemble des traits extérieurs caractérisant les personnes et les choses dans un lieu, un temps donné. —  adjectif invariable Des scènes de rue très couleur locale.
Physique Nom donné à une caractéristique des particules formant les baryons (trois quarks) et permettant de différencier les quarks de même type.
Couleur du spectre (excluant le blanc, le noir, le gris) ; couleur vive. Vêtements de couleur. Film, télévision en couleur (opposé à en noir et blanc). Des téléviseurs couleur.
spécialement Tissu, linge de couleur. Le blanc et la couleur.
Substance colorante. ➙ colorant, pigment ; peinture, teinture. Couleurs délavées, à l'huile. —  (à Paris) vieilli Marchand de couleurs. ➙ droguiste. —  Tube, crayon de couleur.
Apparence, aspect particulier que prennent les choses suivant la présentation, les circonstances. La couleur politique d'un journal. ➙ tendance.
Sous couleur de locution prépositive : avec l'apparence de, sous le prétexte de. Attaquer sous couleur de se défendre.
familier Ne pas voir la couleur de qqch. : être privé de quelque chose qui était attendu.
 

synonymes

couleurs pluriel

drapeau, pavillon

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
S'agissant des auditions, problème capital – les auditions sont à nos yeux fondamentales – nous sommes d'avis qu'il convient de les effectuer sans tenir compte de la couleur politique des commissaires.Europarl
Les principales importations sont les toiles blanches et bleues, la mousseline, la percale de couleur et des étoffes de laine de toutes nuances.Rudolf Carl von Slatin (1857-1932), traduction Gustave Bettex (1868-1921)
La coupe des robes, la couleur des étoffes et la forme des chapeaux à la mode jouèrent un grand rôle dans leurs causeries confidentielles.Johann Wolfgang Goethe (1749-1832), traduction Aloïse Christine de Carlowitz (1797-1863)
Maintenant que le côté mélodramatique de l'affaire s'efface, et que celle-ci prend une couleur plus sérieuse, cela me fait rire.William Dean Howells (1837-1920), traduction Louis Fréchette (1839-1908)
Pour les démocrateschrétiens européens, ce n'est pas la couleur du parti gouvernemental qui est importante.Europarl
Les larmes étouffaient la voix de la dame de compagnie, et elle en était réduite à ensevelir ses affections froissées et son pauvre nez rouge dans son mouchoir de couleur.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Dans la solitude de ces éternelles ténèbres gambadaient d'énormes hiboux et des chauves-souris vampires, et les rares animaux que nous rencontrions avaient la couleur terne des plantes moussues et moisies.Edward John Trelawney (1792-1881), traduction Victor Perceval (1835-1887)
Tous les joueurs ne nous conviennent pas au même degré, nous aurions souhaité voir plus de femmes et, surtout, plus de joueurs portant un maillot de notre couleur.Europarl
Elle concerne l'égalité de traitement entre les personnes sans discrimination de couleur de peau et d'origine ethnique.Europarl
La déclaration établissait la première obligation internationale formelle relative à la dignité et à l'égalité de tous les être humains, quelle que soit leur couleur, leur conviction ou leur origine.Europarl
Ces laves plus récentes sont également basaltiques, mais moins compactes, et un certain nombre d'entre elles abondent en feldspath au point qu'elles fondent en un verre de couleur pâle.Charles Darwin (1809-1882), traduction Alphonse-François Renard (1842-1903)
Pour sortir avec elle, l'enfant mettait son habit rouge tout neuf ; sa vieille jaquette couleur foncée était bonne pour rester à la maison.William Makepeace Thackeray (1811-1863), traduction Georges Guiffrey (1827-1887)
Cette couleur animée donnera, en outre, à ton teint la vivacité qui lui manque aussi complètement.Madame Leprohon (1829-1879), traduction Joseph Auguste Genand (1839-1902)
Mais je sais que pendant que j'y travaillais, chaque coup de pinceau, chaque touche de couleur me semblaient révéler mon secret.Oscar Wilde (1854-1900), traduction Albert Savine (1859-1927)
Les maisons sont d'un blanc jaunâtre, couleur de la terre qui a servi à les construire.Mayne Reid (1818-1883), traduction Allyre Bureau (1810-1859)
Le blanc vaudrait mieux, c'est la couleur la mieux adaptée au climat où nous vivons.Johann David Wyss (1743-1818), traduction Isabelle de Montolieu (1751-1832)
Mais, dans cette chambre seulement, la couleur des fenêtres ne correspondait pas à la décoration.Edgar Allan Poe (1809-1849), traduction Charles Baudelaire (1821-1867)
Toutes les avancées ont été la somme de toutes les parties, chacune dotée de son drapeau et de sa couleur, et cette somme est synonyme de cohérence et d'unité.Europarl
Nous attendons la proposition sur la santé mentale qu'on nous avait promise et dont nous n'avons encore jamais vu la couleur.Europarl
Ils ont un passeport de couleur noire et pour cette raison, ils sont surnommés « les noirs » ou « les aubergines ».Europarl
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COULEUR » s. f.

Lumiere refleschie & modifiée selon la disposition des corps, qui les fait paroistre bleus, jaunes, rouges, &c. & qui les rend objets de la veuë. Les experiences modernes ont prouvé clairement que les Anciens se sont fort trompez, en distinguant les couleurs en vrayes, & en apparentes. Virgile a eu raison de dire, que la nuit ostoit la couleur à toutes choses. Il y a des couleurs simples, comme sont les cinq couleurs matrices des Teinturiers, dont toutes les autres derivent. Il y en a de composées, sçavoir le bleu, le rouge, le jaune, le fauve ou couleur de racine, & le noir. A l'égard du verd, il n'y a point dans la nature de drogue qui serve à teindre en cette couleur, mais on teint les estoffes deux fois, d'abord en bleu, & puis en jaune, & elles deviennent verdes. Du meslange des premieres couleurs il s'en fait un grand nombre, comme le violet, le gris de lin, nacarat, &c. expliquées à leur ordre. Le mercure est le fondement des couleurs, comme le sel des saveurs, & le soulfre des odeurs.
 
On appelle aussi couleurs simples, celles qui servent aux Enlumineurs & aux Peintres, qui viennent des vegetaux, & qui ne peuvent pas souffrir le feu, comme le jaune fait de safran ou de graine d'Avignon, la laque & autres teintures extraites des fleurs. Les autres sont minerales, qui se tirent des metaux, & qui souffrent le feu : ce sont les seules propres à faire l'esmail. Ainsi on tire de l'or & du fer le rouge, de l'argent le bleu, du cuivre le verd, du plomb le blanc ou la ceruse, quand il est dissous avec le seul vinaigre ; mais quand la ceruse a esté cuitte dans le fourneau, elle donne du massicot ; & du minium, quand elle est poussée davantage au feu.
 
Les Peintres distinguent aussi les couleurs en legeres, & en pesantes. Sous le blanc on comprend toutes les couleurs legeres. L'outremer est mis au rang des couleurs legeres. Sous le noir on comprend toutes les couleurs pesantes & terrestres. Le brun-rouge, la terre d'ombre, le verd-brun & le bistre, sont les couleurs les plus pesantes & les plus terrestres aprés le noir. Les Peintres appellent aussi couleurs rompuës, les couleurs trop vives, qu'ils affoiblissent par le meslange d'autres plus sombres. On dit que l'azur d'outremer est rompu de laque & d'ocre jaune, pour dire, qu'il y entre un peu de ces couleurs. Les couleurs rompuës servent à l'union & à l'accord des couleurs, soit dans les tournans des corps, soit dans leurs ombres. On appelle couleurs noyées, celles qui s'affoiblissent insensiblement ; comme sont celles que forment les nuances : & on appelle un ton de couleur, un degré de couleur, par rapport au clair obscur. Le Georgion s'est rendu admirable par le maniement & la beauté des couleurs.
 
Les couleurs changeantes sont celles qui dependent de la situation des objets à l'égard de la lumiere, comme celles des taffetas changeants, de la gorge des pigeons, &c. Neantmoins quand on regarde attentivement avec un bon microscope les plumes de la gorge d'un pigeon, on voit que chaque fil de ses plumes est composé de plusieurs petits quarrez alternativement rouges & verds : & ainsi ce sont des couleurs fixes. Le pere Kirker dit que les couleurs changeantes qu'on voit sur ces plumes des pigeons & des paons, viennent de ce que les plumes sont diaphanes, & d'une figure semblable à celle des triangles de cristal, ou prismes de verre, qui étant opposez à la lumiere, font voir des iris. Les couleurs fixes & permanentes ne se font point par des reflexions, comme les changeantes, mais par le passage de la lumiere à travers certains corps, soit en les traversant entierement, soit en se reflêchissant sur quelques-unes de leurs parties internes, ou aprés avoir un peu penetré leurs superficies. Il y a deux ordres differents dans les couleurs pour passer du blanc au noir. L'un est le blanc, le jaune, le rouge & le noir. L'autre est le blanc, le bleu, le violet & le noir. C'est la doctrine du Sieur Mariotte dans l'excellent Livre qu'il a fait des couleurs. Il y a des couleurs ou teintures tres-fixes, comme la teinture jaune de l'or, ou la bleuë du lapis lazuli, que le feu ne diminuë point ; & il est tres-difficile de les tirer par les dissolvants ordinaires.
 
COULEUR, se dit encore des corps solides, des drogues qui servent aux Peintres & aux Teinturiers pour faire paroistre ces couleurs. Un Peintre prepare ses couleurs sur sa palette. On appelle de mauvais Peintres, des broyeurs de couleurs. Et quand on dit que l'air mange les couleurs, on entend que son intemperie détache de petits corps des sujets sur lesquels elles avoient été attachées lors de leur teinture.
 
COULEUR, est quelquefois opposé au noir, parce qu'en effet le noir n'est pas une couleur, à cause qu'il imbibe toute la lumiere, & qu'il n'en refleschit aucune partie. En ce sens on dit que les gens de guerre & les Courtisans portent des habits de couleur, & que les gens de robbe ou d'Eglise en portent de noirs.
 
En approchant de ce sens, on appelle couleur haute, couleur rude, couleur forte, gaye, couleur éclatante, couleur claire, celle qui refleschit à nos yeux plus de rayons de lumiere, comme la couleur de cerise, la couleur de feu, l'incarnat. Et au contraire on appelle couleur douce, sombre, morne, triste, modeste, celle qui en reflêchit le moins, comme le gris de lin, feuille morte, couleur d'olive, couleur de pensée, &c.
 
COULEUR D'EAU. C'est un certain brillant violet qu'acquiert le fer bien poly, quand il a passé au feu dans un certain degré de chaleur.
 
On dit qu'on met une chose en couleur, quand on rafraischit les peintures, quand on les decrasse, quand on y met du vernis & autres drogues qui en font revivre ou paroistre les couleurs à demy effacées.
 
Nuance de couleurs, est une certaine disposition de la même couleur meslangée, & montant par degrez depuis le plus clair jusqu'au plus obscur. Leurs noms seront expliquez à leur ordre.
 
COULEUR, se dit aussi de la disposition du teint, du visage & des chairs. Les gens qui se portent bien ont la couleur vermeille, sont hauts en couleur. Les Espagnols ont la couleur olivastre. Les filles qui ont leurs ordinaires ont la couleur plombée. Celles qui sont trop amoureuses ont les pasles couleurs. Quand la cangreine paroist, elle rend la chair de couleur livide.
 
On le dit aussi des alterations qui se font au visage par les mouvements interieurs de l'ame. Un reproche veritable fait à un homme, le fait changer de couleur, il rougit de honte, & paslit de colere. La couleur luy a monté au visage, pour dire, Il a rougy.
 
COULEUR, se dit encore des changements qui arrivent aux corps par la differente cuisson & application du feu, & sur tout en Chymie. Ce pain, ce rost est cuit, mais il n'a pas encore assez de couleur. Les Chymistes admirent les changements de couleurs qui se font dans les metaux, & cherchent sur tout le beau rouge, le beau citrin, qui font les couleurs de la Benoiste.
 
COULEUR, en termes de Fleuriste, se dit d'une tulippe qui n'est que d'une couleur, dont la plus fantasque est la plus estimée. On a mis les panachées dans ces carreaux, & les couleurs sont dans les costieres.
 
COULEUR, en termes de Blason, est une des principales designations des pieces de l'Escu. On n'en admet que cinq ; gueules, c'est le rouge ; azur, le bleu ; sinople, le verd ; le sable, le noir ; le pourpre est mêlangé de gueules & d'azur. Leurs significations seront expliquées à leur ordre. C'est une maxime, qu'il ne faut point mettre couleur sur couleur, ni metail sur metail. On tient que ce fut un certain Oenomaus qui inventa la distinction des couleurs pour les diverses Quadrilles des combattans aux Jeux Circenses : le verd pour ceux qui representoient la terre, & le bleu pour ceux qui representoient la mer.
 
COULEURS, au plur. se dit aussi des livrées que quelqu'un affecte & choisit pour se distinguer d'un autre, & pour signifier quelque passion ou mystere. En ce sens il vient du Blason, & de la coûtume des anciens Chevaliers, qui dans les tournois, armez de toutes pieces, n'étoient distinguez que par leurs habits, plumes, & rubans de diverses couleurs, qui étoient ordinairement celles de leurs maistresses, & qui étoient le symbole de quelque qualité, de leur passion. De là est venu le blason des couleurs, auquel on a attribué diverses significations qu'on trouve dans les Livres de la Science Heraldique. Et comme les Chefs de ces tournois faisoient habiller toutes leurs Quadrilles de même parure, cela a fait qu'on a appellé couleurs les habits que les personnes de condition donnoient à leurs gens de livrée. Ainsi on dit que le bleu c'est la couleur du Roy, le verd la couleur de la Maison de Lorraine, &c. On appelle proprement Gens de couleurs, les Pages, Laquais, Cochers & Suisses. Et quand on dit absolument, qu'un homme a porté les couleurs, on entend luy reprocher qu'il a été Laquais.
 
Le mot de couleur vient du Latin color, qui vient du verbe Grec chroo, coloro, je donne la couleur.
Les mots croisés du Robert Les mots du voyageur Les mots du voyageur

En attendant de pouvoir explorer de lointaines contrées, voyagez avec les mots-croisés du Robert... Une nouvelle grille thématique à découvrir ici !

10/06/2020