feu

 

définitions

feu ​​​ nom masculin

Le feu : combustion dégageant de la chaleur et de la lumière (➙ flamme ; pyr(o)-). Allumer, faire du feu, faire brûler des matières combustibles. Mettre le feu à qqch., faire brûler. ➙ enflammer. Prendre feu. Matière en feu. —  locution Faire feu de tout bois, utiliser tous les moyens, toutes les possibilités. —  Jouer avec le feu, avec le danger. —  Feu follet*.
Matières rassemblées et allumées (pour produire de la chaleur, etc.). ➙ foyer. Faire un feu, le feu. —  Feu de bois. Se chauffer devant le feu. —  proverbe Il n'y a pas de fumée sans feu, pas d'effet sans cause. —  locution, au figuré Feu de paille : sentiment vif et passager.
Feu de joie, allumé en signe de réjouissance. —  Feu de camp (dans un camp de scouts, etc.).
Source de chaleur (à l'origine, foyer enflammé) pour la cuisson des aliments, etc. Mettre un plat sur le feu. Cuire qqch. à feu doux, à feu vif. —  Coup de feu : action vive du feu ; au figuré moment de presse, de grande activité.
vieilli Foyer, famille. Un hameau de vingt feux. —  locution N'avoir ni feu ni lieu, ne pas avoir de domicile fixe.
Embrasement ; incendie (➙ brasier). Au feu ! Il y a le feu à la maison. au figuré Ne t'énerve pas, il n'y a pas le feu ! —  familier Avoir le feu au cul, agir avec précipitation ; (Canada) être en colère. —  locution Mettre un pays à feu et à sang, détruire par la guerre.
Supplice du bûcher. —  au figuré À petit feu, lentement et cruellement.
Ce qui sert à allumer le tabac. Avez-vous du feu ?, des allumettes, un briquet.
(Combustion amenant une déflagration)
Coup de feu. ➙ détonation. —  Arme à feu : arme lançant un projectile par l'explosion d'une matière fulminante.
au figuré Faire long feu : échouer. —  Ne pas faire long feu : ne pas durer.
Tir d'armes à feu. Ouvrir le feu. Faire feu. Feu !
locution, au figuré Être pris entre deux feux, entre deux dangers. —  Un feu roulant de questions, une suite ininterrompue.
Feu d'artifice. ➙ artifice.
familier Pistolet, revolver. Il a sorti son feu.
Source de lumière (d'abord flamme d'un feu). ➙ lumière, flambeau, lampe, torche. Les feux de la ville. Les feux de la rampe* (au théâtre).
Signal lumineux (➙ fanal). Les feux d'un navire. Feux de détresse, de croisement… d'une voiture.
(Réglant la circulation routière) Feu tricolore : feu rouge (passage interdit), orange (ralentir), vert (voie libre). —  au figuré Donner le feu vert à, autoriser (une action ; qqn à agir).
poétique Les feux de l'aurore, du couchant.
locution, au figuré N'y voir que du feu, ne rien y voir (comme qqn qui est ébloui) et, par extension, n'y rien comprendre.
Éclat. Les feux d'un diamant. —  Le feu d'un regard.
Sensation de chaleur intense, de brûlure. Le feu lui monte au visage. Avoir les joues en feu. —  Le feu du rasoir (après s'être rasé).
Ardeur (des sentiments, des passions). ➙ exaltation. Dans le feu de la colère. locution Être tout feu tout flamme, ardent, passionné. Le feu de l'inspiration. —  Parler avec feu. ➙ chaleur, conviction. —  Dans le feu de l'action. —  littéraire Passion amoureuse. Les feux de la passion.

feu ​​​ , feue ​​​ adjectif

littéraire Qui est mort depuis peu de temps. ➙ défunt. Feu son père. Feu la reine. (entre le déterminant et le nom) La feue reine.
 

synonymes

feu nom masculin

flambée, brasier, flammes, fournaise, incendie

âtre, cheminée, foyer

[vieux] foyer, maison, ménage

allumette, briquet

attaque, bombardement, fusillade

[familier] arme, calibre, pétard (familier)

éclairage, lumière, signal, balise lumineuse, brandon, fanal, flambeau, lamparo, lampe, torche, [de voiture] code, lanterne, phare, veilleuse, lumière (emploi critiqué, Québec)

lueur, brillant

inflammation, démangeaison, embrasement, éruption, irritation

animation, allant, ardeur, chaleur, conviction, élan, enthousiasme, entrain, exaltation, excitation, ferveur, flamme, fougue, impétuosité, passion, véhémence, vivacité, zèle

feu d'artillerie

barrage, tir, pilonnage

en feu

embrasé, brûlant, ardent, en flammes, enflammé, incandescent, igné (littéraire), ignescent (littéraire)

agité, animé, enfiévré, excité

mise à feu

[d'une fusée] allumage

être en, prendre feu

flamber, brûler, s'enflammer, être la proie des flammes

résistant au feu

ininflammable, ignifugé, apyre (Technique)

arme à feu

[de poing] pistolet, revolver, [d'épaule] carabine, fusil, [à répétition] mitraillette, mitrailleuse, pistolet-mitrailleur, kalachnikov, [anciennt] arquebuse, mousquet, tromblon

faire feu

tirer

 

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
La communauté internationale exige un cessez-le-feu immédiat, le retrait immédiat des forces militaires, l'accès à l'aide humanitaire et la liberté de circulation de la population.Europarl
Une politique monétaire européenne orientée vers la stabilité monétaire et, parallèlement, des politiques économiques, fiscales et sociales nationales concurrentes agissent entre elles comme le feu et l'eau.Europarl
Et ce rôle, qu'il remplit d'ailleurs, est bien un rôle d'assistance, j'allais dire de pompier, en cas de sinistre et de feu.Europarl
En tant qu'homme du feu, je serais également ravi de nouer des contacts avec les organisations régionales et nationales de sapeurs-pompiers volontaires.Europarl
Le 3 septembre, les maoïstes ont annoncé un cessez-le-feu de trois mois, ce qui a suscité de nombreux espoirs.Europarl
Je suis responsable de la lenteur de certaines réponses, mais je crois que nous avons aussi un feu roulant de questions extrêmement importantes.Europarl
Nous sommes inquiets car nous voyons, entre autres, que le feu se rapproche dangereusement de notre pays, et cela avec la complicité du gouvernement grec.Europarl
Les raisons de l'échec des négociations ne sont pas tout à fait claires mais ce sont les factions maoïstes qui ont rompu le cessez-le-feu.Europarl
Mais permettez-moi de souligner un point en particulier : le déploiement des forces internationales de sécurité ne garantira pas forcément un cessez-le-feu à court terme.Europarl
Cependant, la multiplication des demandes d'assistance a entraîné une situation où les limites de capacité dans la lutte aérienne contre le feu ont été atteintes.Europarl
Un cessez-le-feu temporaire impliquerait, de par sa nature même, un retour ultérieur à la guerre, ce dont personne ne veut.Europarl
Un « round » apparaît donc comme le contre-feu le plus sûr à la tentation du protectionnisme.Europarl
Lors de l'explosion du véhicule, une énorme langue de feu a très rapidement parcouru une grande distance, calcinant tout sur son passage, personnes, animaux, végétation, maisons, etc.Europarl
Mais avant tout, il faut adresser un appel insistant aux partis kurdes pour qu'ils arrêtent les hostilités et concluent un cessez-le-feu mettant un terme à leur folle guerre fratricide.Europarl
Vous donnez le feu vert au placement de produits, et je comprends bien qu’il s’agit de la seule option à suivre.Europarl
Je ne pense pas que cet acolyte ferait long feu s'il ne répondait pas à la première lettre !Europarl
Il s'agirait donc d'imposer à toutes les parties au conflit un cessez-le-feu humanitaire pour l'acheminement de l'aide aux populations près du front.Europarl
Troisièmement, dès qu'il y aura un cessez-le-feu, nous allons faire tout notre possible pour rétablir complètement les services de base à la population, qui ont été si gravement perturbés.Europarl
Dès lors, nous ne devons pas pointer du doigt un seul camp, comme nous l'avons vu, mais essayer d'instaurer un cessez-le-feu et fournir une aide à cet égard.Europarl
La protection des civils et le contrôle du cessez-le-feu seront les éléments essentiels de l’opération.Europarl
Afficher toutRéduire
 

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « FEU » subst. masc.

Element chaud & sec, qui entre en la composition de tous les corps naturels, & sur tout de ceux qui sont animez. Les Anciens ont creu qu'il y avoit un feu élementaire dans le concave de la lune : ce qui est une pure vision establie sans fondement. le feu n'est autre chose qu'une matiere fort subtile & violemment agitée. le feu est le plus violent de tous les acides. dans les forges on n'employe que du feu de charbon ; dans les verreries que du feu de bois sec ; dans les chambres on allume du feu clair, du feu de fagot, quand on veut prendre l'air du feu, une poignée de feu. les pauvres font du feu de tourbes & de mottes. les Volcans sont de grands gouffres de feu, des feux sousterrains qui sortent de temps en temps. On fait du feu avec des pierres, avec un fusil. Aux Indes Orientales on en fait en frottant deux morceaux de bois de candou l'un contre l'autre : aux Occidentales, avec un autre bois qu'on appelloit Vyaca, qui ressemble à la canelle, & qui sert de fusil. Mathiole dit que les Anciens avant l'invention de l'acier tiroient le feu d'un bois dur frotté avec un bois tendre & spongieux, tel que le bois de la vigne sauvage.
 
FEU, en termes de Chymie, se dit des degrez de la chaleur, qui servent à en faire les operations. Ainsi les Chymistes appellent Feu de digestion, le fumier, qu'ils nomment autrement Ventre de cheval, dont la chaleur est telle, qu'on ne sçauroit tenir la main dans le milieu d'un grand tas de fumier échauffé, ni souffrir dans la main une verge de fer qu'on y aura introduitte & tenuë quelques moments. Le second feu, est celuy du bain vaporeux, du bain Marie, du bain de cendre, du bain de sable, du bain de limaille, & autres qui sont expliquez à Bain. Le troisiéme est le feu nud, ou immediat, qui est le feu ordinaire qu'on applique sous le vaisseau. Le quatriéme feu, est le feu de lampe, qui est moderé & égal, qu'on peut augmenter par la grosseur & le nombre des mesches qu'on allume. C'est celuy qui sert aux esmailleurs. Le cinquiéme est le feu de roüe, qu'on allume en rond autour d'un creuset, qu'on approche peu à peu autour du vaisseau également & pour l'échauffer. Le sixiéme feu est nommé de suppression, qui se donne lors que non seulement on environne le vaisseau, mais aussi lors qu'on le couvre tout à fait de charbons allumez, dont on augmente la force suivant le besoin. Le septiéme feu est celuy de reverbere clos, qui se fait dans un fourneau, où non seulement il frappe le vaisseau, mais encore il se refleschit & le refrappe par dessus & tout autour. Il y a encore un feu de reverbere ouvert, qui se fait dans un fourneau qui n'a point de couverture. Le huitiéme feu est le feu de flamme ou de fusion, qui se fait pour la fusion & calcination des metaux & mineraux. On l'appelle aussi, Feu d'atteinte. Le neuviéme feu est celuy des grandes verreries, qui sert à vitrifier les cendres des plantes, les sables & les caillous ; qui est plus violent que tous les autres. Le feu Olympique est celuy des rayons au soleil qu'on ramasse avec des miroirs ardens.
 
On dit, Mesurer le feu, donner le feu par degrez, pour dire, le donner plus ou moins violent, en ouvrant ou fermant les registres ou trous du fourneau : & on l'appelle alors un feu gradué.
 
On croit aussi en Chymie, qu'il y a un feu central qui cuit & produit les metaux & les mineraux, qu'on nomme l'Archée. On dit aussi, qu'on esprouve les metaux par le feu, qu'il faut qu'ils souffrent le feu, pour dire, la coupelle.
 
En autres occasions on dit, qu'il faut qu'elles passent par le feu, sur le feu, pour les purger du mauvais air.
 
On a veu ces dernieres années quelques Charlatans à Paris qui ont mangé du feu, qui ont marché sur le feu, qui ont lavé leurs mains de plomb fondu. Le plus fameux a esté Richartson Anglois, dont le secret ne consiste qu'en un pur esprit de soulfre dont on se frotte les mains & les parties qui doivent toucher le feu, parce qu'il brusle & cauterise l'épiderme, & l'endurcit aussi bien que le cuir, & le fait resister au feu, comme il est dit dans le 21. Journal des Sçavans de l'année 1680. D'ailleurs ce n'est pas un secret nouveau, puis qu'Ambroise Paré dit avoir éprouvé sur luy-même, qu'aprés avoir lavé ses mains de son urine, ou bien avec de l'unguentum aureum, on les peut laver seurement de plomb fondu. Il dit aussi qu'il fit distiller du lard fondu avec une pelle rouge sur ses mains aprés les avoir lavées du jus d'oignon.
 
FEU, signifie aussi, Incendie, embrasement. Le feu a pris à la maison, à la cheminée. on sonne le tocsin, on crie au feu, quand le feu est quelque part. une petite bluette, une étincelle de feu cause souvent un grand incendie. il a fallu abattre ce corps de logis à cause que le feu gagnoit.
 
FEUX D'ARTIFICES, ou feux de joye, sont des feux faits artistement avec de la poudre à canon, qu'on tire dans les resjoüissances publiques, ou dans les regals magnifiques. Il sont composez de fusées volantes, saucissons, petards, lances à feu, pots à feu, girandoles &c. & accompagnez pour l'ornement de plusieurs figures & Devises. On fait à la Greve un feu de joye la veille de la St. Jean : on en fait aux naissances, entrées & mariages des Rois dont les compositions se trouvent dans les pyrotecnies de Hanzelet, Vanoccio, Malthus, & sur tout de Casimir Simieirowies, Polonois, qui en a fait un excellent livre in folio. On dit aussi au figuré, qu'un homme fait des feux de joye dans son coeur, quand il se resjoüit secrettement dans son ame de quelque chose qui est arrivée.
 
FEU, se dit souvent en termes de Guerre. On voioit les feux de l'armée, c'est à dire, les feux qu'on allume la nuit dans un camp : les armes à feu sont celles qu'on charge de poudre, comme pistolets, mousquets, canons, grenades, bombes & carcasses. On appelle aussi les fusils, les carabines, Bastons à feu. On dit des villes prises d'assaut, qu'on y a mis tout à feu & à sang.
 
Le feu de la place, c'est le flanc, ou la partie de la courtine où aboutit la ligne de deffense, d'où on fait feu pour deffendre la face du bastion opposé. La meilleure façon de fortifier est celle qui donne le plus de feu. en cet assaut la courtine estoit toute en feu. il fallut soustenir, essuyer le feu de cette demi-lune. cette trenchée estoit enfilée, exposée au feu de la place. On dit d'un homme brave & intrepide, qu'il ne craint point le feu, qu'il va au feu comme à la nopce.
 
Le feu Gregeois, est un feu d'artifice qui brusle jusques dans la mer, & qui augmente sa violence dans l'eau. Il a un mouvement contraire à celuy du feu naturel, parce qu'il se porte en-bas à droit & à gauche, selon qu'on le jette. Il a esté appellé Gregeois, parce que les Grecs s'en sont servis les premiers vers l'an 660. comme remarque le Pere Petau, fondé sur l'autorité de Nicetas, de Zonare, de Theophanes, & de Cedrenus, & qu'il fut inventé par un Ingenieur de Heliopolis en Syrie nommé Callinicus, qui s'en servit si bien dans les batailles que les Generaux de l'armée navalle de Constantin Pogonat livrerent aux Sarazins auprés de Cizique en l'Helespont, qu'il brusla toute leur flotte, sur laquelle il y avoit 30. mille hommes : quoy que d'autres soustiennent qu'il est plus ancien, & qu'il fut inventé par Marcus Graccus. En effet il y a quelques Auteurs qui font mention que les Grecs & les Romains, s'en sont servis dans leurs guerres. Il est composé de soulfre, de naphte, de poix, de gomme, de bitume. Voyez Jules Scaliger en ses Exercitations contre Cardan. Il est inextinguible, si ce n'est avec du vinaigre meslé de sable & d'urine, ou avec des cuirs verds.
 
FEU, signifie quelquefois simplement, la lumiere d'une bougie, d'une chandelle, d'un flambeau. Dans les villes policées il est deffendu de marcher la nuit sans feu, sans flambeau, & sans lanterne. on demande du feu pour cacheter une lettre. Les Fermes du Roy s'adjugent au premier feu, au second feu, c'est à dire, à l'extinction de la premiere ou de la seconde bougie qu'on allume pendant les encheres. il est deffendu de pescher, de chasser au feu, c'est à dire, la nuit avec de la lumiere. Chez les Teinturiers on dit, qu'il faut passer une estoffe sur un feu, c'est à dire, la mettre une fois seulement dans un bain chaud.
 
FEU, en termes de Marine, signifie le fanal ou lanterne qui est sur la pouppe des vaisseaux pour servir de guide la nuit. L'Amiral porte quatre feux, fait fanal de quatre feux. le Vice-Amiral, le Contre-Amiral & le Chef d'Escadre en portent chacun trois. Les autres vaisseaux n'en portent qu'un. Le feu sert aussi de signal pour regler la route, la voilure & la manoeuvre. On les met en divers endroits & aux haubans de divers masts, suivant qu'il a esté concerté entre les Officiers. On dit des grands vaisseaux, qu'ils ne craignent que la terre & le feu. Un Corsaire qui craint la corde, s'il est pris, met le feu aux poudres, & fait sauter le vaisseau. On appelle aussi feux, ces fanaux qui sont allumez sur le haut d'une tour sur la coste, ou à l'entrée des ports & des rivieres, pour éclairer & guider pendant la nuit les vaisseaux dans leur route.
 
FEU, signifie quelquefois, la cheminée. Il y a tant de feux en cette maison, c'est à dire, tant de chambres à feu, à cheminées. Quelquefois il se dit du feu actuel qu'on entretient dans un atre. Il me faut 20. voyes de bois par an, car j'ay toûjours deux feux jour & nuit. Quelquefois il se dit des utenciles qui servent à attiser, detiser, entretenir & souffler le feu, comme grille, pelle, pincettes, tenailles, soufflet. Un feu garni d'argent.
 
FEU, se dit quelquefois aussi d'un mesnage, de toute une famille. Il y a tant de feux en cette Parroisse. le beaupere & son gendre ne font qu'un feu, c'est à dire, vivent ensemble, ne font qu'un mesnage. Ce mot vient du Latin focus.
 
FEU, en termes de Theologie, se dit des feux immateriels dont Dieu se sert pour punir les meschants. Les feux d'enfer & du Purgatoire sont des feux inextinguibles qui bruslent les malheureux sans les consumer. le monde doit perir par un deluge de feu. Sodome & Gomorre furent punis par le feu du ciel ; ils avoient fait des crimes qui meritoient le feu. Dieu apparut à Moïse sous la figure d'un feu ardent en un buisson. le St. Esprit descendit sur les Apostres en langues de feu. le camp des Israëlites estoit guidé par une colomne de feu. les Hebreux conservoient un feu sacré dans le temple. les Payens ont adoré le feu. les Vestales gardoient le feu sacré des Romains. les Perses ont encore des feux qui bruslent depuis plus de mille ans sur des montagnes.
 
FEU, se dit aussi des astres & des meteores. Les Poëtes appellent tous les astres, les feux du firmament, les feux de la nuit, des globes de feu. la lune est un des moindres feux du ciel. les feux follets, ou ardents, sont des exhalaisons qui s'enflamment. On dit, que le ciel est tout en feu, pour dire, qu'il tonne & éclaire beaucoup. On appelle sur la mer, le feu St. Elme, certains feux volants autour des masts & des manoeuvres, & de la cage, causez apparemment par quelques exhalaisons qui restent aprés une tempeste, & qui en presagent la fin. les Mariniers les appellent St. Nicolas, Sainte Claire, Sainte Helene ; les Italiens Hermo ; les Castillans San Elmo ; les Anciens Castor & Pollux. Quand il n'en paroist qu'un, on l'appelle Furolle ou Helene : ce qu'on tient de mauvais presage. Quand il en paroist deux, les Mariniers s'en resjoüissent, & les saluent avec leurs sifflets.
 
FEU, se dit aussi en Medecine & en Chirurgie. Le feu St. Anthoine, estoit autrefois une maladie fort dangereuse. Du feu volage, est une espece de dartre qui s'enflamme, & qui vient sur tout au visage. on oste le vin aux malades, de crainte de mettre le feu dans une playe, d'augmenter le feu de la fievre. l'arsenic met le feu dans la bouche, dans les entrailles. il y a des playes qui ne se guerissent qu'avec le feu. Le feu actuel, est un bouton de feu, un fer chaud. un feu potentiel, est celuy qui est enfermé dans les remedes caustiques, comme les cauteres, & en quelques mineraux ou plantes corrosives. On dit aussi, Donner le feu à un cheval, quand on luy applique un bouton ou un couteau de feu pour le guerir du farcin ou de quelques autres maladies.
 
FEU, se dit en termes de Lapidaires, de l'éclat, de la vivacité de quelque corps, de la lumiere qu'il jette ou qu'il refleschit. Un diamant fin jette bien du feu, de l'éclat. l'escarboucle est une pierre imaginaire, qu'on dit jetter assez de feu pour éclairer une chambre. des yeux vifs & brillants jettent du feu. les vers luisants, la pierre de Boulogne, le Phosphore, la nuit jettent du feu. On appelle couleur de feu un rouge vif & foncé qui a l'éclat du feu. Les couleurs de feu, orangé & nacarat sont feintes avec bourre & garence sans les mesler. De Fustel.
 
FEU, se dit aussi de certains poils roux qui viennent autour des yeux des petits chiens, qui les font beaucoup estimer par ceux qui en sont curieux.
 
FEU, se dit figurément en choses spirituelles & morales de la vivacité de l'esprit, de l'ardeur des passions. Cet Advocat a bien du feu, c'est un esprit tout de feu. ce Poëte n'a point de genie, il n'eut jamais de feu. le feu brille par tout dans ses Escrits. il a l'ame échauffée d'un beau feu, d'un noble feu.
 
On dit d'un homme en colere, qu'il a les yeux tout en feu, que le feu luy a monté au visage, qu'il jette feu & flammes, qu'il luy faut laisser jetter son feu. On dit aussi d'un homme amoureux, qu'il brusle d'un beau feu, qu'il nourrit un feu discret, un feu caché sous la cendre, un feu qui le devore. la bonne morale veut qu'on éteigne le feu de la concupiscence.
 
On dit aussi, Brusler d'un feu divin, d'un feu celeste, d'un amour divin. On dit en ce sens, qu'il faut laisser passer le feu de la jeunesse, ses emportemens. Le feu se dit aussi du courage. On a du mal à soustenir le premier feu, la premiere impetuosité des François.
 
FEU, se dit aussi des troubles, des seditions. Pendant les guerres des Huguenots, tout le Royaume estoit en feu, des Predicateurs seditieux mettoient le feu par tout. le Roy a esteint enfin le feu de la sedition. Quand on use en ces occasions de remedes violents, on dit qu'il y faut appliquer le fer & le feu.
 
On dit au lansquenet, que le premier Roy qui viendra fera feu, pour dire, qu'il fera gagner ou perdre quelque coup notable.
 
FEU, se dit proverbialement en ces phrases. un feu à rostir un boeuf, c'est un grand feu & fort violent. un feu de reculée. On dit aussi, Il n'est feu que de gros bois. On dit des desbauchez, qu'ils font grande chere & bon feu. On dit aussi, qu'un homme a mis le feu à la cheminée, pour dire, qu'il a mangé des viandes trop salées ou trop espicées, & qu'il s'est mis le gosier, le palais en feu. On dit aussi, C'est un feu de paille, d'une émotion qui ne dure pas long-temps, d'une entreprise qu'on n'achevera point. On dit aussi, Faire du feu violet, pour dire, Faire quelque chose avec vigueur, ou éclat à cause que le feu de bois verd qui est le plus violent, tire sur le violet. On dit encore, Le bois tortu fait le feu droit. On dit d'un homme qui s'enfuit fort viste, qu'il court comme s'il avoit le feu au cul. On dit de deux personnes ennemies qui ne se sçauroient souffrir, que c'est le feu & l'eau. On dit aussi, Dites luy cela, & vous allez chauffer au coin de son feu, pour dire, Allez luy reprocher cela en face. On dit d'une maison qu'on trouve en desordre, Il n'y a ni pot au feu, ni escuelles lavées. On dit d'un homme fort pauvre, qu'il n'a ni feu ni lieu, quand il n'a aucune retraitte, aucune demeure asseurée. On dit de celuy qui n'a point voyagé, qui n'a point veu le grand monde, qui n'a point esté à la guerre, que c'est un cagnardier qui n'a jamais bougé du coin de son feu. On dit, Faire mourir quelqu'un à petit feu, pour dire, le faire languir dans une longue attente d'une chose dont il a besoin. On dit, que le feu ne va point sans fumée, pour dire, qu'il paroist toûjours quelque signe au dehors d'une violente passion qu'on a dans l'ame, & qu'il y a toûjours quelque chose de vray de ce qu'on dit publiquement. On dit encore, Mettre les fers au feu, en parlant d'une affaire, pour dire, Commencer à la remuer, ou s'y appliquer vigoureusement. On dit aussi, que le feu est à une marchandise, pour dire, qu'il y a presse à l'acheter, qu'on y court comme au feu. On dit aussi, Mettre le feu aux estouppes, mettre le feu aux poudres, jetter de l'huile sur le feu, mettre le feu sous le ventre à quelqu'un, pour dire, l'exciter, l'encourager à faire quelque action à laquelle il estoit desja porté d'ailleurs, animer sa colere, sa passion. On dit, qu'un homme se mettroit au feu pour son amy, pour dire, qu'il est prest de le servir dans les choses les plus difficiles ; & qu'il mettroit la main au feu, son doit au feu quand il propose quelque chose dont il est tres asseuré. Ce proverbe se dit par allusion à une coustume qu'on avoit autrefois de se purger d'une accusation par l'attouchement du fer chaud. Cunegonde femme de l'Empereur Henry de Bavieres se purgea du soubçon que son mari avoit contre elle, en marchant les pieds nuds sur 12. socs de charruë ardents.
 
FEU, FEÜE. subst. Terme indeclinable, dont on se sert en parlant des deffunts, dont la memoire est encore assez recente. Le feu Roy se dit du Roy dernier mort. la feüe Reine. feu mon pere, mon oncle. Les Notaires de quelques Provinces disent encore au plurier furent, en parlant de deux personnes conjointes & decedées : ce qui marque que ce mot vient de fuit & de fuerunt. Neantmoins Menage pretend avec quelque apparence, qu'il vient de functus, au lieu de fato functus.
 
S'il se trouve quelque conformité en cet endroit avec le Dictionaire de l'Academie, le lecteur n'en doit pas estre surpris, puisque c'est le même Auteur qui en a fait le canevas, dont la minute qui est escrite de sa main peut faire foy. Ce mot, qui apparemment se fera distinguer des autres, doit suffire pour faire cesser le reproche qui luy est fait, de n'avoir pas voulu communiquer ses lumieres à la compagnie ; puis qu'il n'en a pas esté chiche toutes les fois qu'on les a voulu recevoir.
Le mot du jour Ennui Ennui

Contrairement aux apparences, l’ennui prend deux sens, deux directions : un sens fort, dans la langue classique, et un sens atténué qui domine aujourd’hui.

Aurore Vincenti 30/04/2020