Email catcher

courir

définitions

courir ​​​ verbe

verbe intransitif (êtres animés)
Se déplacer par une suite d'élans, en reposant alternativement le corps sur l'une puis l'autre jambe, et à une allure, la course*, plus rapide que la marche. ➙ filer, trotter ; familier se carapater, cavaler, foncer. Courir à toutes jambes (→ prendre ses jambes à son cou), à perdre haleine, à fond de train, très vite. —  Courir après qqn, pour le rattraper. —  Courir (+ infinitif) : aller en courant (faire qqch.). Il a couru embrasser sa mère.
Disputer une épreuve de course. Pilote qui court en Formule 1.
Aller vite. ➙ se dépêcher, se précipiter. Ce n'est pas la peine de courir, nous avons le temps. J'y cours. Les gens courent à ce spectacle, ils y vont avec empressement. —  au figuré Courir à sa perte, à sa ruine, à un échec. —  familier Courir après qqn, le rechercher avec assiduité. Courir après une femme. ➙ coureur. Courir après le succès, essayer de l'obtenir. —  familier Tu peux toujours courir !, attendre (tu n'auras rien).
(choses) Se mouvoir avec rapidité. L'eau qui court. ➙ couler ; courant, cours.
Être répandu, passer de l'un à l'autre. ➙ circuler, se propager, se répandre. Le bruit court que…
(temps) Suivre son cours, passer. ➙ courant (I, 4). —  locution Par les temps qui courent : actuellement. —  L'intérêt de cette rente court à partir de tel jour, sera compté à partir de ce jour. —  familier Laisser courir : laisser faire, laisser aller (→ laisser tomber, familier pisser).
verbe transitif
vieux ou locution Poursuivre à la course, chercher à attraper. Courir deux lièvres* à la fois.
Participer à (une épreuve de course). Courir le cent mètres.
Rechercher, aller au-devant de. Courir les aventures. —  Courir un danger, y être exposé. Courir un risque. Courir sa chance. ➙ essayer, tenter.
Parcourir. Courir la campagne. ➙ battre. —  locution Ça court les rues : c'est banal, commun.
Fréquenter assidûment. ➙ hanter. Courir les magasins. ➙ faire. Courir les filles (➙ coureur (II)).
familier Courir qqn, l'énerver. Tu commences à nous courir avec tes histoires.

conjugaison

actif

indicatif

présent

je cours

tu cours

il court / elle court

nous courons

vous courez

ils courent / elles courent

imparfait

je courais

tu courais

il courait / elle courait

nous courions

vous couriez

ils couraient / elles couraient

passé simple

je courus

tu courus

il courut / elle courut

nous courûmes

vous courûtes

ils coururent / elles coururent

futur simple

je courrai

tu courras

il courra / elle courra

nous courrons

vous courrez

ils courront / elles courront

synonymes

verbe intransitif

filer, foncer, galoper, trotter, avoir le diable à ses trousses (familier), avoir le feu au derrière (familier), bomber (familier), cavaler (familier), droper (familier), piquer un cent mètres, un sprint (familier), prendre ses jambes à son cou (familier), tracer (familier), brûler le pavé (familier, vieux), jouer des flûtes (familier, vieux), tricoter des pincettes (familier, vieux), [en tous sens] courailler (rare ou Québec)

se dépêcher, s'empresser, se hâter, se presser

couler, s'écouler, filer, glisser, passer

circuler, se communiquer, se propager, se répandre

par les temps qui courent

actuellement, à l'heure actuelle, en ce moment

exemples

Ces exemples proviennent de sources externes non révisées par Le Robert. N'hésitez pas à nous signaler tout contenu inapproprié. En savoir plus.
Je dois appliquer un mouchoir sur mon visage et courir à mon bureau.Europarl
Finalement, ça résonne comme une fable écologique, une critique de notre monde qui court à sa perte.Ouest-France, Gilles KERDREUX, 16/05/2019
Tout mon espoir est que vous vous abusez peut-être sur le danger que court cette malheureuse enfant...Eugène Sue (1804-1857)
Cependant, j'aimais encore mieux courir auprès d'elle et lui faire ce que j'appelais la conversation.Louise-Eléonore-Charlotte-Adélaide d'Osmond Boigne (1781-1866)
Ça courait de partout, ça envoyait, c'était du combat à chaque minute de jeu.Ouest-France, 06/11/2018
Quand il sort de l'école, c'est pour courir à la ferme et grimper sur les machines agricoles.Ouest-France, Philippe ECALLE, 19/09/2017
Lors de l'introduction de l'euro en espèces, nous courrons des risques particulièrement importants.Europarl
Les habitants lésés aimeraient qu'a minima l'opérateur prenne soin des lignes de cuivre qui courent dans la campagne en aérien.Ouest-France, Sylvie HROVATIN, 17/12/2020
Un des autres la ramasse, et se met à courir aussitôt.Jean-François de La Harpe (1739-1803)
Lorsqu'on leur demandait un service, ils partaient en courant alors qu'il n'y avait aucune urgence.Ouest-France, 12/08/2021
Nous nous sommes contentés de courir derrière les faits, derrière les événements.Europarl
Les défenseurs courent plus de risques de développer des maladies neurodégénératives.Ouest-France, 02/08/2021
Un vieux proverbe roumain dit « tu peux courir, mais point te cacher ».Europarl
Là-bas, il est courant de s'attaquer aux dragons, ce qui déplaît fortement au jeune homme.Ouest-France, Alexis Savona, 05/03/2021
Je me levai et courus a ma fenêtre.George Sand (1804-1876)
Il n'est pas bon être intermittent du spectacle par les temps qui courent, avec la pandémie qui sévit et les salles fermées.Ouest-France, 06/02/2021
Un second suivra, courant avril, mettant l'accent sur l'enfance, l'éducation et la santé, qui porterait l'effort à 4 000 milliards.Ouest-France, Bruno RIPOCHE, 31/03/2021
Du côté des adhérents, le passe sanitaire mis en place courant de l'été, a dans l'ensemble été bien accepté.Ouest-France, Marie PETIT, 09/09/2021
Dites-moi où ils sont, et je courrai à eux.Alexandre Dumas (père) (1802-1870)
Elle courut donc l'annoncer à sa famille, et alla lui dire tout ce qu'elle avait entendu.Henri Loëb (1805-1899)
Afficher toutRéduire

définition ancienne (17e siècle)

Ces définitions sont issues du Dictionnaire universel de Furetière, publié en 1690. Il convient de les replacer dans le contexte historique et sociétal dans lequel elles ont été rédigées. En savoir plus.

Définition de « COURIR, ou Courre » v. act. & neut.

Se mouvoir promptement, impetueusement, de toute sa force. Courir la poste, le galop. Courir en lice, en une carriere. C'est un homme qui court bien, qui fait grande diligence en courant. Il court comme un Basque. Il court comme un fou. Il court comme un perdu, comme s'il avoit le feu au cul. Il court à toutes jambes, à bride abattuë. On y court comme au feu, comme à la nopce.
 
COURIR, signifie aussi, Poursuivre quelqu'un. Il faut faire courir aprés ces voleurs. Il fut couru long-temps l'épée dans les reins par son ennemy.
 
COURIR, se dit en ce sens des incursions, hostilitez & ravages qui se font à main armée. Cette garnison vient courir jusqu'à nos portes. Les Corsaires vont courir les mers, vont piller, pirater. Il a été enjoint de courir sus à ces paysans revoltez. On a été contraint de courir aux armes.
 
COURIR, se dit aussi des courses qui se font par jeu & par exercice. Alexandre ne voulut pas courir aux Jeux Olympiques, à moins que des Rois n'y courussent. Dans les Academies on court la bague, les testes, le faquin. En Espagne on court les taureaux.
 
COURIR, ou Courre, en termes de Chasse, signifie, Poursuivre le cerf, le lievre, le chevreuil. Laisser courre les chiens, c'est les decoupler. On appelle aussi le laisser courre, le lieu où on decouple les chiens.
 
COURIR, dans les maneges, signifie, Faire galoper un cheval de toute sa force. Vous avez trop couru ce cheval, c'est à dire, Vous l'avez outré, fait courir trop viste & trop long-temps.
 
COURIR, signifie encore, Voyager. Cet homme a bien couru par mer & par terre. Il a couru les quatre coins du monde. On dit en ce sens, qu'un homme a bien couru le monde, pour dire, qu'il a bien appris à vivre, qu'il est experimenté, qu'il a bien veu de sortes de gens. On dit aussi des gens inquiets, qui ne sçauroient demeurer en aucun lieu, qu'ils ne font que courir, qu'on ne les peut trouver chez eux.
 
COURIR, en termes de Marine, signifie, Faire route, gouverner, porter le cap du costé où l'on veut aller. Ce vaisseau a couru deux jours sous un même rumb, sous un même meridien. On appelle courir des bordées differentes, quand on est obligé à louvier & à faire divers revirements. On dit que les Corsaires courent le bon bord, quand ils poursuivent des vaisseaux marchands.
 
COURIR, se dit aussi des terres, des rochers & des costes. Cette coste court Est-Oüest, c'est à dire, va droit d'Orient en Occident. Ces rochers courent Sud-Oüest environ trois lieuës, pour dire, s'étendent depuis le Midy jusqu'à l'Occident.
 
COURRE, signifie aussi, Donner de l'exercice à autruy. Ce plaideur a fait renvoyer son procés en un Parlement éloigné, il a bien donné à courre à ses parties. On a donné un soufflet à ce Gentilhomme, c'est à luy à courre.
 
COURIR, signifie aussi, Hanter, frequenter en certains lieux, se plaire à y aller souvent. Les curieux de tableaux, de bijoux, courent les inventaires. Les devots courent les Sermons. Les galants courent le bal, les ruelles. Les Musiciens courent les concerts. On dit en ce sens, On court un tel Predicateur. Cet homme est si agreable, que toutes les Dames le courent.
 
COURIR, se dit aussi de toute autre affaire qu'on fait viste. Il faut écrire posément, & ne pas courir, quand on veut bien apprendre. Il ne faut pas courir, quand on dit son Breviaire, le dire trop viste.
 
COURIR, s'employe aussi en parlant d'une abondance de vermine, d'insectes. Les souris courent dans cette maison. Les poux courent sur cette chemise. Les fourmis courent dans ce jardin, &c.
 
COURIR, se dit encore du mouvement naturel des choses fluides. Les eaux courent dans plusieurs ruisseaux, dans plusieurs rigoles de ce jardin. Le sang, les humeurs courent dans le corps. Il a un rhumatisme qui luy court sur divers membres ; une dartre qui luy court sur le visage. On dit aussi, qu'un muid court, pour dire, qu'il s'enfuit, que la liqueur s'échappe du vaisseau.
 
COURIR, se dit aussi du temps. C'est le mois qui court, l'année qui court, pour dire, le mois, l'année presente. Le temps de son bannissement a couru d'un tel jour, pour dire, a commencé un tel jour. On le dit aussi des interêts qui courent du jour de la demande en Justice, du jour de la constitution, pour dire, qu'ils sont deus dés ce temps-là. On dit aussi, qu'un homme court sa 15. année, court son année climaterique, pour dire, qu'il est parvenu à ces âges-là.
 
COURIR, signifie aussi, Estre à la mode, estre receu, approuvé. La mode qui court est toûjours la plus approuvée. La monnoye qui court le plus est toûjours la plus nouvelle. Les chansons qui courent sont les plus agreables.
 
COURIR, se dit aussi de ce qui se publie, de ce qu'on fait passer par les mains, par la voix de plusieurs personnes. On a fait courir un Manifeste sur la declaration de la guerre. On a fait courir un libelle contre l'honneur de cette partie. Il court un bruit sourd d'une mauvaise nouvelle. Il faut faire courir la voix pour opiner sur cette proposition. L'advis qui court est celuy qui est le plus fort. On fait courir des billets pour assembler des Compagnies, ou pour recouvrer des choses perduës. On dit aussi, Faire courir une santé, pour dire, la faire boire à la ronde. On dit aussi, qu'il court bien des fievres, des maladies, pour dire, qu'elles sont bien communes, que plusieurs gens en sont attaquez.
 
COURIR, se dit aussi figurément en choses morales. On dit qu'un homme court une belle fortune, pour dire, qu'il est en belle passe : qu'il court à l'Evêché, au chapeau de Cardinal, au baston de Mareschal, pour dire, qu'il y aspire, qu'il y a apparence qu'il y peut parvenir : qu'il court à la gloire, pour dire, qu'il n'estime que l'honneur, que le prix de la vertu : qu'il court une charge, un Benefice, pour dire, qu'il tâche de l'obtenir. Et au contraire on dit, qu'il court à l'Hospital, à sa ruine, à sa perte, pour dire, qu'il gouverne mal ses affaires. On dit aussi, qu'un homme court hasard, court fortune d'estre riche, d'estre assommé, pour dire, qu'il luy peut arriver du bien & du mal. On dit encore, qu'un homme veut bien courir la risque de quelque chose, quand il la prend à ses perils & fortunes, qu'il veut bien que la perte tombe sur luy. On dit encore, qu'un homme a bien couru des fortunes en sa vie, pour dire, qu'il a bien essuyé des perils, des dangers. On dit aussi, qu'un homme court sur le marché d'autruy, qu'il court sur ses brisées, pour dire, qu'il encherit sur un autre, qu'il veut obtenir ce qu'un autre pretendoit d'avoir. On dit en ce sens, qu'il ne faut pas courir aprés son esteuf, pour dire, qu'il ne se faut pas defaire d'une chose dont on peut avoir besoin quelque jour.
 
On dit qu'un homme est fou à courir les ruës, pour dire, qu'il est tout à fait hors de son sens.
 
COURU, UË. part. & adj.
Le mot du jour Le mot du jour : hommage Le mot du jour : hommage

Il y a tout juste un an, le 28 octobre 2020, Alain Rey nous quittait. À l’occasion de la parution du livre hommage Salut Alain !, nous avons...

28/10/2021