Graphies du son [i]

Le son [i] peut s'écrire :
  • i :
    idée, hirsute
  • î :
    île, abîme
    Les Rectifications de l'orthographe de 1990 préconisent d'abandonner l'accent circonflexe sur le i et le u, sauf :
    • aux 1re et 2e personnes du pluriel du passé simple :
      nous voulûmes, vous voulûtes ; nous fîmes, vous fîtes
    • à la 3e personne du singulier de l'imparfait et du plus-que-parfait du subjonctif :
      qu'il suivît, qu'il mourût ; qu'il eût suivi, qu'il eût voulu
    • lorsqu'il permet d'établir une distinction de sens :
      mûr et mur, sûr et sur, jeune et jeûne, cru et crû
    Ainsi, on peut écrire indifféremment il paraît ou il parait, cîme ou cime, voûte ou voute, piqûre ou piqure. Cette préconisation n'affecte pas les noms propres et leurs dérivés tels que Nîmes, Nîmois.
  • ï :
    naïf, stoïque
  • y :
    type, pays, abbaye
  • ea ou ee dans certains mots empruntés à l'anglais :
    leader, meeting
Grammaire
Classes grammaticales
Accords
Orthographe
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020