Pluriel des noms communs

Pluriels en s

Les noms communs sont généralement variables, et forment leur pluriel en ajoutant un s au nom singulier :
un éléphant → des éléphants
une envie → des envies
un détail → des détails
un sou → des sous
Seuls les noms terminés par s, x ou z au singulier ne varient jamais au pluriel :
un ours → des ours
un choix → des choix
un nez → des nez
Il arrive que la consonne finale, prononcée dans le nom au singulier, ne soit pas prononcée au pluriel :
un œuf [œf] → des œufs [ø]
un bœuf [bœf] → des bœufs [bø]
un os [ɔs] → des os [o]

Pluriels en x

Les noms terminés par ‑au, ‑eau, ‑eu ont un pluriel en ‑aux, ‑eaux, ‑eux :
un noyau → des noyaux
un chapeau → des chapeaux
un cheveu → des cheveux
Landau, sarrau, pneu, bleu, émeu, lieu (dans le sens de « poisson ») prennent un s au pluriel :
des landaus, des sarraus, des pneus, des bleus, des émeus, des lieus
Les noms terminés par ‑al ont un pluriel en ‑aux :
un animal → des animaux
Quelques noms en ‑al ont un pluriel en ‑als :
un bal → des bals
un carnaval → des carnavals
un festival → des festivals
Certains noms en ‑al ont deux pluriels : un pluriel en ‑als et un pluriel en ‑aux :
un idéal → des idéals ou des idéaux
un val → des vals ou des vaux
un étal → des étals ou des étaux
Les noms en ‑ail suivants ont un pluriel en ‑aux :
un bail → des baux
un corail → des coraux
un émail → des émaux
un fermail → des fermaux
un soupirail → des soupiraux
un vantail → des vantaux
un vitrail → des vitraux
Les noms en ‑ou suivants ont un pluriel en ‑oux :
un bijou → des bijoux
un caillou → des cailloux
un chou → des choux
un genou → des genoux
un hibou → des hiboux
un joujou → des joujoux
un pou → des poux
Quelques noms ont deux pluriels différents selon le contexte :
  • Travail donne travails au pluriel quand il désigne le dispositif servant à immobiliser les animaux pour les ferrer ou les soigner. Dans son sens ordinaire, il donne travaux :
    Ce maréchal-ferrant possède plusieurs travails.
    Il y a de gros travaux à faire dans cette maison.
  • Aïeul donne aïeuls quand il désigne les grands-parents. Il donne aïeux lorsqu'il désigne les ancêtres au sens large :
    Mes aïeuls sont nés tous les quatre en 1929.
    Mes aïeux quittèrent la Russie au xviiie siècle.
  • Ciel donne ciels au sens figuré. Il donne cieux dans son sens propre de « voûte céleste » :
    des ciels de lit, les ciels d'une carrière
    l'immensité des cieux
  • Œil donne œils dans les noms composés, et yeux quand il est employé seul :
    des œils-de-bœuf (lucarnes), des œils-de-perdrix (cors), des œils-de-chat (pierre précieuse)
    des yeux verts, les yeux du fromage

Noms employés uniquement au singulier ou au pluriel

Certains noms ne s'emploient qu'au pluriel :
babines, beaux-arts, décombres, dépens, entrailles, fiançailles, frais, funérailles, mœurs, rillettes, ténèbres, vivres
À l'inverse, certains noms s'emploient presque exclusivement au singulier. C'est le cas des noms indénombrables, notamment :
  • des noms de matières ou de substances : la farine, le café, la soie, l'argent, le fer
  • des noms abstraits : la peur, la gentillesse, la chance
  • des noms de sciences, d'arts, de sports : la génétique, la peinture, le football
Ces noms s'emploient parfois comme des noms dénombrables. On peut alors les trouver au pluriel :
Le vendeur m'a fait goûter trois cafés différents.
On peut aussi les trouver au pluriel dans un autre sens :
On m'a offert de jolies peintures. (les objets, et non l'art de peindre)
Grammaire
Classes grammaticales
Accords
Orthographe
Le dessous des mots Évasion textile Évasion textile

L'Orient évoque des visions lointaines et mystérieuses, des fastes somptueux et colorés. Pendant des siècles, il a été pour l'Occident la source de connaissances savantes fondamentales en matière d'astronomie, de mathématiques et de médecine, ainsi que de produits précieux tels que les épices, l’encens et les riches étoffes. Les draps d’or, de soie, les velours d’Orient, pourpre, soie, brocart, par leur caractère luxueux et leur prix élevé, participaient au prestige de leurs riches et puissants possesseurs, souverains et ecclésiastiques. Les étoffes byzantines ont survécu dans les trésors des églises d’Occident, pour protéger les reliques des saints ou confectionner les habits sacerdotaux d’apparat. 

Marie-Hélène Drivaud 17/07/2020