Rectifications de l'orthographe de 1990 : préconisations

À qui s'adressent les préconisations des Rectifications de l'orthographe de 1990 ?

Le texte des Rectifications de l'orthographe se termine par quelques préconisations, qui sont de simples recommandations aux lexicographes et créateurs de néologismes. Elles n'ont pas valeur de règles et ne s'imposent pas, a priori, au simple utilisateur, qu'il soit particulier ou professionnel.
Il est par ailleurs recommandé aux lexicographes, au-delà des rectifications présentées dans le texte, de toujours privilégier, en cas de concurrence entre plusieurs formes dans l'usage, la forme la plus simple.

Rectifications de l'orthographe de 1990 : trait d'union dans les syntagmes composés

Le trait d'union pourra être utilisé lorsque le syntagme est employé métaphoriquement :
langue-de-bœuf (en botanique)
On utilisera les espaces lorsqu'il n'y a pas de métaphore, ou lorsque la métaphore ne porte que sur l'un des termes :
langue de bœuf (en cuisine)
taille de guêpe (la métaphore ne porte que sur le second terme)

Rectifications de l'orthographe de 1990 : soudure des mots composés

On aura recours à la soudure lorsque le mot est bien ancré dans l'usage et senti comme une seule unité lexicale, sauf quand la réunion de deux lettres pourrait susciter des prononciations défectueuses (par exemple a et u dans extra-utérin).
L'extension de la soudure pourra concerner les cas suivants :
  • noms composés d'un élément verbal suivi d'une forme nominale ou de tout ;
  • mots composés d'une particule invariable suivie d'un nom, d'un adjectif ou d'un verbe. La tendance à la soudure sera généralisée avec les particules contre et entre utilisées comme préfixes (contrechant, à contrecourant, contrespionnage, entraide, s'entredévorer) ;
  • mots composés avec les préfixes latins extra‑, intra‑, ultra‑, infra‑ ;
  • noms composés d'éléments nominaux et adjectivaux devenus peu analysables ;
  • mots composés à partir d'onomatopées ou similaires ;
  • noms composés d'origine latine ou étrangère ;
  • composés sur éléments dits savants, en particulier en ‑o (aéroclub, radioactif).
En revanche, on conserve le trait d'union dans les cas de coordination entre deux noms géographiques :
franco-italien, anglo-danois, gréco-romain

Rectifications de l'orthographe de 1990 : emprunts

Les mots empruntés seront francisés dans la mesure du possible. Cette francisation se fera grâce à :
  • leur adaptation à l'alphabet et à la graphie du français :
    cañon → canyon
    llanos → lianos
    maelström → maelstrom
    nirvâna → nirvana
  • l'accentuation des voyelles pour rendre compte de la prononciation :
    artefact → artéfact
    brasero → braséro
    Les mots ayant valeur de citation ne seront pas accentués :
    requiem
  • un pluriel français régulier : un imprésario → des imprésarios
    un kibboutz → des kibboutz
S'il existe plusieurs graphies de l'emprunt, on retiendra la plus proche du français : lychee ou letchi ou litchi → litchi
muesli ou musli → musli
Lorsque le suffixe anglais ‑er est prononcé eur, on lui substituera le suffixe ‑eur :
challenger → challengeur
leader → leadeur

Rectifications de l'orthographe de 1990 : préconisations pour les anomalies

On écrira en ‑otter les verbes formés sur un nom en ‑otte et en ‑oter les verbes formés sur un nom en ‑ot :
botter sur botte
greloter sur grelot
Lorsque l'hésitation est possible, on ne modifiera pas la graphie existante :
flotter sur flotte ou sur flot
La graphie des dérivés suivra celle du verbe correspondant :
grelotement, frisotis

Rectifications de l'orthographe de 1990 : néologie

Les mots nouveaux dérivés de mots en ‑an s'écriront avec un n simple devant le suffixe.
Les mots nouveaux dérivés de mots en ‑on s'écriront avec un n simple devant un suffixe commençant par un i, o, a.
Les mots nouveaux s'écriront sans accent circonflexe sur le i et le u.
Grammaire
Classes grammaticales
Accords
Orthographe
Drôles d'expressions À la bonne franquette À la bonne franquette

À la bonne franquette : sans façon, sans cérémonie. 

Alain Rey 16/02/2020