Féminin des noms

Les noms de personnes ou d'animaux varient en genre. Leur féminin se forme généralement en ajoutant un e au nom masculin :
un commerçant → une commerçante
un ennemi → une ennemie
un ours → une ourse
Cet ajout n'est manifeste à l'oral que lorsque le nom masculin se termine par une consonne muette, qui sera prononcée au féminin :
un commerçant → une commerçante [kɔmɛʀsɑ̃, kɔmɛʀsɑ̃t]
un Français → une Française [fʀɑ̃sɛ, fʀɑ̃sɛz]
Quand le nom masculin se termine par une voyelle nasale (‑an, ‑in, ‑ain…) le féminin perd la sonorité nasale dans la prononciation :
un artisan → une artisane [aʀtizɑ̃, aʀtizan]
un gamin → une gamine [gamɛ̃, gamin]
un souverain → une souveraine [suv(ə)ʀɛ̃, suv(ə)ʀɛn]
Certains noms n'ont pas de formes masculines et féminines distinctes : on les appelle noms épicènes. Il s'agit :
  • soit de noms déjà terminés par un e au masculin (plus quelques exceptions) ; dans ce cas, l'article porte la marque du genre :
    un/une camarade ; un/une pianiste ; un/une enfant
  • soit de noms d'animaux qui s'emploient toujours au masculin ou toujours au féminin, quel que soit le sexe de l'animal qu'ils désignent ; leur article ne varie donc pas :
    un papillon ; une araignée ; un hibou
Certains noms de métiers, titres, grades ou fonctions autrefois réservés aux hommes ont longtemps été épicènes. À partir des années 80 et dans toute la francophonie, divers textes officiels ont proposé des formes féminines pour ces différents noms. En France, le guide Femme, j'écris ton nom… répertorie ces formes. La plupart sont aujourd'hui attestées dans les dictionnaires.
Attention, un grand nombre de féminins ne se forment pas seulement par ajout d'un ‑e au masculin. S'il n'y a pas de règle absolue permettant de déduire la formation des féminins, parfois irréguliers, on peut cependant répertorier ci-dessous les principales règles.

Noms en ‑eau

La plupart des noms en ‑eau font leur féminin en ‑elle :
un chameau → une chamelle
un agneau → une agnelle
un jouvenceau → une jouvencelle

Noms en ‑el

Les noms en ‑el forment leur féminin en ‑elle :
un colonel → une colonelle
un intellectuel → une intellectuelle

Noms en ‑er

Les noms en ‑er font leur féminin en ‑ère :
le boulanger → la boulangère
le crémier → la crémière

Noms en ‑et

Les noms en ‑et forment leur féminin en ‑ette :
un minet → une minette
le cadet → la cadette
Exception :
le préfet → la préfète

Noms en ‑f ou ‑p :

Les noms en ‑f ou ‑p changent le ‑f ou le ‑p en ‑ve au féminin :
un veuf → une veuve
un Juif → une Juive
un loup → une louve

Noms en ‑ien et ‑yen :

Les noms en ‑ien et ‑yen forment leur féminin en ‑ienne et ‑yenne :
le chien → la chienne
un collégien → une collégienne
un doyen → une doyenne

Noms en ‑on :

Les noms en ‑on forment leur féminin en ‑onne :
un piéton → une piétonne
un champion → une championne
Exceptions :
un mormon → une mormone
un letton → une lettone

Noms en ‑teur

Les noms en ‑teur auxquels on ne peut pas associer de verbe formé sur un radical identique font leur féminin en ‑trice :
le verbe rédacter n'existe pas → un rédacteur → une rédactrice 
le verbe électer n'existe pas → un électeur → une électrice
Quelques rares noms en ‑teur répondant à ce critère ont un féminin en ‑teuse, en dépit de la règle.
Par exemple, basketteur a pour féminin basketteuse bien que le verbe basketter n'existe pas.
Éditeur, exécuteur, inspecteur, inventeur et persécuteur font leur féminin en ‑trice bien qu'il existe un verbe formé sur leur radical. Au féminin, docteur fait docteur, docteure ou doctoresse.

Noms en ‑eur et noms en ‑teur dérivés d'un verbe

Les noms terminés par ‑eur et les noms terminés par ‑teur auxquels on peut associer un verbe formé sur un radical identique à celui de la forme du masculin font leur féminin en ‑euse :
chanter → un chanteur → une chanteuse
donner → un donneur → une donneuse
Quelques noms forment leur féminin en ‑eresse, notamment dans la langue juridique :
bailleur → bailleresse
chasseur → chasseresse
défendeur → défenderesse
demandeur → demanderesse
enchanteur → enchanteresse
pécheur → pécheresse

Noms en ‑x

La plupart des noms en ‑x ont un féminin en ‑se :
un époux → une épouse
un paresseux → une paresseuse
Exceptions :
un roux → une rousse
un vieux → une vieille

Autres cas

Les autres noms forment leur féminin :
  • en ‑esse, avec éventuellement une modification du radical du masculin :
    âne → ânesse
    duc → duchesse
    prophète → prophétesse
  • par ajout du suffixe ‑ine au nom masculin :
    tsar → tsarine
    speaker → speakerine
  • par disparition du suffixe du masculin :
    canard → cane
    dindon → dinde
    mulet → mule
    compagnon → compagne
  • par modification du radical du masculin :
    dieu → déesse
    roi → reine
    empereur → impératrice
    neveu → nièce
Grammaire
Classes grammaticales
Accords
Orthographe
Le mot du jour Soin Soin

Le soin que l’on a, que l’on prend et que l’on confie ; celui que l’on donne et que l’on reçoit.

Aurore Vincenti 23/04/2020