Verbes impersonnels

Un verbe impersonnel (aussi appelé verbe unipersonnel) ne s'emploie qu'à l'infinitif ou à la 3e personne du singulier avec le pronom il (ou, plus rarement, avec les pronoms ça, ce ou cela).
Les verbes impersonnels sont essentiellement des verbes exprimant des phénomènes météorologiques :
Il pleut. Il neige. Il grêle. Il vente. Il bruine.
Certains de ces verbes peuvent s'employer personnellement, mais uniquement au sens figuré :
Les malheurs pleuvent sur lui.
Il existe cependant quelques autres verbes essentiellement impersonnels, comme falloir :
Il faut que tu m'aides.
Les tournures présentatives il est, il y a, il fait sont également impersonnelles :
Il est 8 heures. Il y a longtemps. Il fait nuit.
De plus, un certain nombre de verbes peuvent s'employer de manière impersonnelle. Ce sont principalement :
  • des verbes passifs :
    Il est écrit que c'est interdit. Il est venu quelqu'un. Il est prouvé que le sport est bon pour la santé.
  • des verbes pronominaux :
    Il s'agit de sa famille. Il se met à pleuvoir.
  • des verbes actifs intransitifs :
    Il manque une page dans ce cahier. Il ne subsiste que des ruines.
  • des verbes d'état :
    Il paraît que tu as déménagé. Il me semble l'avoir déjà rencontré.
  • de locutions construites avec le verbe être :
    Il est nécessaire d'y remédier. Il est intolérable que cette guerre continue. Il est interdit de fumer ici.
Dans les constructions impersonnelles, le pronom il ne désigne aucune réalité : c'est le sujet grammatical du verbe, mais ce n'est que le sujet apparent. Le sujet réel ou logique, c'est-à-dire l'agent de l'action exprimée par le verbe, apparaît parfois derrière lui. Le verbe s'accorde toujours avec le sujet apparent, et non avec le sujet réel :
Il est interdit de fumer. (= Fumer est interdit.)
Il tombe d'énormes grêlons. (= D'énormes grêlons tombent.)
Grammaire
Classes grammaticales
Accords
Orthographe
Le Top 10 des mots les plus étonnants Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada Top 10 des mots qui ont un sens différent au Canada

La langue française varie selon les différentes régions du monde. Certains mots et expressions sont employés seulement en France, en Belgique, en Suisse, en Afrique ou au Canada : on parle alors de francismes, de belgicismes, d’helvétismes, d’africanismes et de canadianismes (ou de québécismes pour ceux qui concernent uniquement le Québec). Il arrive aussi qu’un même mot ait des sens différents selon les pays, ce qui peut causer bien des malentendus ! Voici quelques exemples avec nos dix canadianismes sémantiques favoris.

Édouard Trouillez 23/05/2020