Adverbes de quantité ou d'intensité

Qu'est-ce qu'un adverbe de quantité ou d'intensité ?

Les adverbes de quantité ou d'intensité, parfois appelés adverbes de degré, répondent à la question combien ?
Il est très grand.
J'ai assez mangé.
Les principaux adverbes et locutions adverbiales de quantité ou d'intensité sont :
à demi, à moitié, à peine, à peu près, assez, aussi, autant, beaucoup, bien, combien, comme, davantage, encore, énormément, entièrement, environ, force, guère, même, moins, moult, peu, plus, presque, quasi, que, quelque, si, tant, tellement, tout, très, trop
Certains de ces adverbes peuvent se construire avec la préposition de suivie d'un nom. Ce nom porte la marque du pluriel s'il est dénombrable :
J'ai lu beaucoup de livres.
Elle a peu d'amis.
S'il est indénombrable, il reste au singulier :
Il y a trop de beurre dans ce plat.
J'ai eu moins de chance que toi.
Les adverbes d'intensité si, tant et tellement peuvent se construire avec la conjonction que pour introduire un rapport causal :
Je suis si fatiguée que mes yeux se ferment tout seuls.
Il est tellement heureux qu'il ne peut pas s'empêcher de sourire.
Certains adverbes de quantité servent à former les comparatifs et les superlatifs :
Il est aussi fort que son grand frère.
C'est la plus maligne.
Ils peuvent à eux seuls exprimer un degré de comparaison :
Elle sort moins depuis qu'elle travaille.
Combien, comme et que sont employés pour marquer l'exclamation. C'est pourquoi on les classe aussi dans la catégorie des adverbes exclamatifs :
Si tu savais combien tu m'as manqué !
Comme elle a changé !
Que tu es bête !
Combien est de plus un adverbe interrogatif :
Combien de sushis as-tu mangé ?

quasi

L'adverbe quasi, d'emploi régional ou littéraire, signifie presque, pour ainsi dire. Il est toujours invariable.

Employé avec un nom

Quasi est toujours lié par un trait d'union au nom qui le suit :
J'ai la quasi-certitude qu'il a menti.
La décision a été votée à la quasi-unanimité.

Employé avec un adjectif

Quasi n'est jamais lié par un trait d'union à l'adjectif qui le suit :
La tarte est quasi cuite.
J'ai acheté des chaussures quasi identiques aux siennes.

tout (adverbe)

Règle générale d'accord

Tout est le seul véritable adverbe qui ne soit pas toujours invariable.
Tout, qui signifie « tout à fait, entièrement », est invariable au masculin et devant les adjectifs féminins commençant par une voyelle ou par un h muet :
Ils sont tout nus.
Elle a mangé la tarte tout entière.
Elles sont tout hésitantes.
Il varie en genre et en nombre devant les adjectifs féminins commençant par une consonne ou un h aspiré :
La page est toute déchirée.
Ce sont de toutes jeunes filles.
Sa peau est toute hâlée.
Employé pour renforcer un nom, l'adverbe tout peut s'accorder avec ce nom selon les règles précédentes, ou bien rester invariable :
Il est tout douceur ou Il est toute douceur.

tout autre

Lorsque tout autre signifie « entièrement autre », tout reste invariable car c'est bien un adverbe qui modifie l'adjectif autre :
C'est tout autre chose. (= c'est entièrement autre chose)
Mais lorsque tout autre signifie « n'importe quel autre », tout s'accorde avec le nom ou le groupe nominal qu'il détermine, car c'est alors un adjectif :
Nous étudierons toute autre proposition. (= n'importe quelle autre proposition, toute proposition autre)

tout à, tout de

Devant les prépositions à et de, on accorde ou non tout avec le nom ou le pronom féminin singulier :
Elle est tout à ou toute à son affaire.
une cérémonie tout de sobriété et d'émotion ou toute de sobriété et d'émotion.
En revanche, tout est toujours invariable lorsque le pronom ou le nom (masculin ou féminin) est au pluriel :
Elles sont tout à leur affaire.
des discours tout de sobriété et d'émotion
Avec un nom de couleur, tout de est invariable :
Elles étaient tout de noir vêtues.

tout en, tout contre

Devant les prépositions en et contre, tout est invariable :
Je porte une chemise tout en coton.
Elle dort tout contre sa mère.

tout…que

La locution concessive tout…que est normalement suivie de l'indicatif :
Tout puissant qu'il est, il ne la fera pas fléchir.
Cependant, l'emploi du subjonctif est aujourd'hui courant :
Tout puissant qu'il soit, il ne la fera pas fléchir.
Tout peut aussi être :
  • un adjectif indéfini :
    Tout travail mérite salaire.
  • un pronom indéfini :
    Tout est bon à prendre.
  • plus rarement, un nom :
    Le tout, c'est de commencer.
Grammaire
Classes grammaticales
Accords
Orthographe
Le dessous des mots Un homme sur deux est une femme Un homme sur deux est une femme

Au-delà de la formule destinée à faire sourire, force est de constater que la moitié des hommes sont des femmes. Cet énoncé est correct grammaticalement et fait pleinement sens, ce paradoxe apparent étant rendu possible par la polysémie du mot homme, qui désigne à la fois un individu de sexe masculin et un mammifère du genre Homo, membre de l’humanité. Des bricolages de fortune ont tenté de contourner cette regrettable polysémie. Des solutions empiriques, telles que la typographie, prétendent distinguer l’homme de l’Homme (de la même manière, et pour les mêmes raisons, que l’histoire du Petit Chaperon rouge et l’Histoire et ses sources). Disons-le tout net, ça ne fonctionne pas.

Marie-Hélène Drivaud 28/05/2020