Tréma

Le tréma est un signe constitué de deux points alignés placés au-dessus d'une voyelle. Il se place généralement sur les voyelles e, i et u (et y dans les noms propres) pour signaler que la voyelle qui précède doit être prononcée séparément :
maïs, héroïne, aïeul, capharnaüm, Saül, L'Haÿ-les-Roses, Noël
Le tréma se place également sur les voyelles a et o dans certains emprunts, où il signale un changement de timbre de la voyelle :
länder [lɛndœʀ] (pluriel du mot allemand Land : le ä se prononce comme un è)
angström [ɑ̃gstʀøm] (le ö se prononce comme le mot eux)
On peut rencontrer le tréma sur le e de certains noms propres pour indiquer qu'il est muet :
Mme de Staël, Saint-Saëns (mais la ville de Caen)
On trouve aussi parfois le tréma sur le i après le groupe ‑gu‑, pour indiquer que les lettres guï se prononcent [gɥi] comme dans aiguille et non [gi] comme dans guitare :
ambiguïté, contiguïté, exiguïté
Enfin, le tréma est présent sur le e muet à la fin des mots terminés en ‑guë :
aiguë, ambiguë, ciguë, contiguë, exiguë
Il signale que le groupe final doit se prononcer [gy] et non [g], mais sa présence sur une lettre non prononcée peut dérouter.
Les Rectifications de l'orthographe de 1990 préconisent de placer le tréma sur la voyelle prononcée.
Ainsi sont admises les graphies aigüe, ambigüe, ambigüité, cigüe, exigüe, exigüité, contigüe, contigüité
Les Rectifications recommandent également de placer le tréma sur le u des mots contenant gu ou geu lorsque ce groupe se prononce [jy] :
gageure → gageüre
mangeure → mangeüre
rongeure → rongeüre
vergeure → vergeüre
argue → argüe (et toutes les formes conjuguées du verbe argüer)
Dans certains mots, comme ouïe et inouï, le tréma n'a pas vraiment de fonction phonétique.
Grammaire
Classes grammaticales
Accords
Orthographe
Le mot du jour Déconfinement Déconfinement

Confinement existait depuis le XVe siècle. Déconfinement, lui, s’est pointé comme une fleur, un 1er avril, pour offrir, dès le début de la période, une perspective de sortie.

Aurore Vincenti 29/04/2020