Rectifications de l'orthographe de 1990 : graphies particulières fixées ou modifiées

Objectif des listes de graphies particulières des Rectifications de l’orthographe de 1990

En plus des sept règles d'application générale, le texte des Rectifications de l'orthographe donne plusieurs listes closes de graphies à régulariser. Il s'agit soit de mots dont la graphie est irrégulière, pour lesquels il propose une forme rectifiée, soit de mots dont la graphie n'est pas fixée, pour lesquels il conseille d'adopter la variante existante la plus conforme aux règles du français. Ainsi, certaines graphies présentées comme rectifiées étaient déjà bien ancrées dans l'usage en 1990.
Seuls quelques exemples sont donnés ici, et non les listes complètes. Ces listes sont consultables dans la troisième partie du texte des Rectifications.

Rectifications de l'orthographe de 1990 : mots composés

Un certain nombre de mots composés d'un élément verbal (généralement suivi d'une forme nominale ou de tout) sont soudés : la liste est limitée.
En voici des exemples : brisetout, mangetout, passepartout, porteclé, tirebouchon.
Le texte des Rectifications précise que la liste est limitée car il était exclu de modifier d'un coup plusieurs milliers de mots composés, l'usage [pouvant] le faire progressivement.
Un certain nombre de mots composés d'éléments nominaux ou adjectivaux sont également soudés : la liste est limitée.
En voici des exemples : arcboutant, bassecour, millepatte, sagefemme.
Un certain nombre de mots composés d'origine latine ou étrangère qui n'ont pas valeur de citation sont soudés : les listes sont limitées.
En voici des exemples : apriori, exlibris, exvoto, statuquo, basketball, bluejean, covergirl, weekend

Rectifications de l'orthographe de 1990 : onomatopées

Un certain nombre d'onomatopées et de mots expressifs sont soudés : la liste est limitée.
En voici des exemples : blabla, coincoin, pêlemêle, pingpong, traintrain

Rectifications de l'orthographe de 1990 : tréma

Le tréma est placé sur la voyelle prononcée. Les mots suivants sont concernés :
aigüe (et ses dérivés)
ambigüe, ambigüité
il argüe (et les formes conjuguées du verbe argüer)
exigüe, exigüité
cigüe
contigüe, contigüité
gageüre
mangeüre
rongeüre
vergeüre

Rectifications de l'orthographe de 1990 : accents modifiés ou ajoutés

On met des accents sur des mots où ils avaient été omis ou dont la prononciation a changé : la liste est limitée.
En voici des exemples : asséner, bésicles, québécois, recéler, réfréner
On met l'accent grave dans les mots qui avaient échappé à la régularisation de l'Académie française aux xviiie et xixe siècles : la liste est limitée.
En voici des exemples : abrègement, cèleri, crèmerie, évènement, règlementaire, règlementairement, règlementation, règlementer, sècheresse
Les mots d'origine latine ou empruntés à d'autres langues, et qui n'ont pas valeur de citation, sont munis d'accents : la liste est limitée.
En voici des exemples : artéfact, critérium, désidérata, média, placébo, véto, allégro, diésel, imprésario, pédigrée, péséta, révolver, trémolo

Rectifications de l'orthographe de 1990 : anomalies rectifiées

Des rectifications faites par l'Académie en 1975 sont reprises et complétées. Des listes limitées sont données. On écrit par exemple :
absout (comme absoute)
bonhommie, prudhommal (sur homme)
boursouffler, boursoufflement (sur souffler)
charriot (sur charrette)
combattif, combattivité (sur combattre)
imbécilité (sur imbécile)
nénufar (suppression du faux ph étymologique)
persiffler (sur siffler)
relai (comme balai)
ognon
La graphie ‑illier, dans laquelle le i est muet, est remplacée par ‑iller dans les mots suivants :
joailler, marguiller, ouillère, quincailler, serpillère
La graphie ‑olle est remplacée par ‑ole dans les mots suivants :
barcarole, corole, fumerole, girole, grole, guibole, mariole, bouterole, lignerole, muserole, rousserole, tavaïole, trole
Seuls folle, molle, colle ainsi que leurs dérivés et composés conservent une terminaison en ‑olle.
Le e muet n'est pas suivi d'une consonne double dans les mots suivants :
lunetier, prunelier, dentelière, interpeler
Grammaire
Classes grammaticales
Accords
Orthographe
Le mot du jour Reprise Reprise

En français, le préfixe re-, ré-, r- est issu du latin re-, red- qui marque un retour à un état antérieur, une répétition ou un mouvement en sens contraire qui déconstruit tout ce qui a été établi.

Aurore Vincenti 11/05/2020